Abstract

Un homme en pantalon souple dont les jambes se perdent dans celles du pantalon, un gros pull large, qui semblait tricoté par une main experte en confort (on approchait de l’ hiver), telle fut la première image que je reçus de Samuel Beckett, au café de la place du Palais-Royal, où nous l’ attendions avec Roger Blin, qui allait reprendre En attendant Godot. J’ étais alors – nous étions en 1978 – pensionnaire à la Comédie-Française et Roger Blin m’ avait choisie pour être son assistante dans le montage de cette pièce.