10 Pensée sérielle et pensée encyclopédique : l’esprit de combinaison et l’ordre naturel des idées selon Leibniz et les encyclopédistes 237

in La pensée sérielle, du Moyen Age aux Lumières
Get Access to Full Text

Have an Access Token?

Enter your access token to activate and access content online.

Please login and go to your personal user account to enter your access token.

Help

 

Have Institutional Access?

Login with your institution. Any other coaching guidance?

Connect

Résumé

Nous nous proposons dans cette étude d’envisager le rapport entre pensée sérielle et pensée encyclopédique. Les éditeurs de l’Encyclopédie, Diderot et d’Alembert, considèrent que la pensée est nécessairement sérielle et se développe suivant un ordre naturel. Ils reformulent ainsi l’hypothèse empiriste d’un ordre naturel des idées qu’ils comparent à la méthode analytique dont procède l’invention et qu’ils distinguent de l’ordre généalogique de la connaissance, c’est-à-dire de l’ordre factuel suivi par les inventeurs dans leurs découvertes. Ainsi, l’ordre naturel des idées fera l’objet d’une véritable reconstitution dans l’Encyclopédie. Une telle reconstitution reposera sur l’hypothèse d’un accord entre l’ordre naturel et l’ordre généalogique des connaissances. La pensée sérielle sera finalement envisagée par les encyclopédistes dans une perspective généalogique et empiriste remettant en question l’ordre d’institution ainsi que l’ordre scientifique pré-encyclopédique. L’Encyclopédie rétablit un ordre naturel souvent occulté ou perdu et lui rend sa valeur épistémologique. La pensée encyclopédique se distinguera alors comme une pensée sérielle démultipliée : l’ordre naturel pourra s’y décliner dans une multitude de séries suivant un principe combinatoire et toute série y sera l’expression d’un point de vue.

Table of Contents
Index Card
Metrics

Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 16 16 0
Full Text Views 0 0 0
PDF Downloads 0 0 0
EPUB Downloads 0 0 0