13 La Pensée sérielle dans le théâtre de Calderón 302

in La pensée sérielle, du Moyen Age aux Lumières
Get Access to Full Text

Have an Access Token?

Enter your access token to activate and access content online.

Please login and go to your personal user account to enter your access token.

Help

 

Have Institutional Access?

Login with your institution. Any other coaching guidance?

Connect

Résumé

Le « schéma de la somme », série démonstrative accompagnée d’une conclusion récapitulative, déjà relevée par Curtius, se rencontre dans tous les genres dramatiques illustrés par Calderón, dramaturge majeur du Siècle d’Or. Puisqu’il est toujours suivi d’une récapitulation conclusive, il s’agit donc de convaincre, soit pour refuser sa situation (la révolte du protagoniste est un élément essentiel de la dramaturgie caldéronienne), soit pour exalter le choix d’une foi irréductible, soit, dans le registre galant, pour justifier et affirmer son amour grâce à une série totalisante qui se veut d’autant plus impressionnante. L’accumulation est, évidemment, le procédé rhétorique le plus simple de constitution d’une liste susceptible d’emporter l’adhésion intellectuelle ou de susciter l’émotion. Le procédé a été utilisé par Calderón parce qu’il correspondait à une vision authentique et personnelle d’ordre philosophico-religieux, selon un certain nombre de principes : conformément à la pensée théologico-politique des sociétés d’Ancien Régime, le principe de hiérarchie, puis celui de l’analogie, fonctionnant dans un monde clos et fini, grâce à l’adoption poétique des équivalences du schéma macrocosme / microcosme.

Table of Contents
Index Card
Metrics

Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 22 21 2
Full Text Views 0 0 0
PDF Downloads 0 0 0
EPUB Downloads 0 0 0
Related Content