Traduit du silence : l’expérience contemplative selon Rousseau

In: Silence, Implicite et Non-Dit chez Rousseau / Silence, the Implicit and the Unspoken in Rousseau

Résumé

Après une mise au point d’ordre lexicologique touchant le discours sur la théologie affective et la mystique contemplative selon les dictionnaires du XVIIIe siècle, la posture de Rousseau relativement à la problématique de l’oratio mentalis sera déclinée en trois points : l’introduction à la vie contemplative que constituent les Lettres morales rédigées à l’intention de Mme d’Houdetot ; sa propre expérience des états de suspens des puissances de l’âme selon ce qu’en rapportent le IIe entretien des Dialogues et les IIe et Ve Promenades des Rêveries du promeneur solitaire ; enfin, ce qu’attestent les expériences contemplatives de Mme de Wolmar d’une sorte de laïcisation, à l’usage des Modernes, des méthodes et des enjeux de l’oraison silencieuse hérités d’une tradition spirituelle française qui court de François de Sales à Fénelon.