Térence en Allemagne: les traductions « didactiques » du XVIe siècle, ou ce que cachent les gloses

In: Philologie et théâtre

Les premières traductions allemandes de Térence sont souvent réduites à une entreprise pédagogique, dénuée de toute ambition esthétique. Mais la disparition progressive du commentaire dans les traductions humanistes invite à interroger l’appropriation culturelle et le processus herméneutique qu’elles mettent en œuvre. L’étude de trois traductions allemandes, celles de Nythart en 1486, de Grüninger en 1496 et de Valentin Boltz en 1540, permet de montrer l’évolution des fonctions du commentaire. Loin d’être un simple outil didactique, il constitue un lieu à fonctions multiples, illustrant les enjeux de l’appropriation de la comédie romaine. Son recul suggère que son véritable enjeu était de transmettre des messages secondaires et cachés, portant sur l’objet du désir de la voix qui commente : le statut de l’humaniste ou le plaisir du théâtre.

Philologie et théâtre

Traduire, commenter, interpréter le théâtre antique en Europe (XVe – XVIIIe siècle)

Series:

Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 15 2 0
Full Text Views 11 0 0
PDF Downloads 2 0 0