Le lieu de la parole dans Awlād āritnā

in Arabica
Restricted Access
Get Access to Full Text
Rent on DeepDyve

Have an Access Token?



Enter your access token to activate and access content online.

Please login and go to your personal user account to enter your access token.



Help

Have Institutional Access?



Access content through your institution. Any other coaching guidance?



Connect

Abstract

Moment de rupture dans l’oeuvre réaliste de Nağīb Mafū, Awlād āritnā, ce roman dit « symboliste », fut précédé de cinq années de silence. Il est à l’origine de ce récit, une crise de la parole qui devient le sujet même de l’écriture. Mafū semble moins y interroger le sens des textes religieux que les regarder comme l’unique trace qui subsiste après la disparition du lieu original d’où la parole a jadis surgi. Cet article analyse les modalités d’exposition de cette quête du lieu de la parole dans Awlād āritnā. Deux conversions majeures sont opérées par Mafū pour retracer ce surgissement: d’une part, le lieu unique est converti en une pluralité d’espaces, de l’autre, la parole originelle bifurquée en discours infinis. À mesure que le référent se retire, le vide ontologique se creuse et la prolifération des discours fait écran au lieu de cette présence originelle. Mais la nostalgie du silence fondateur alimente le mythe du retour. Or, seule la représentation, une « mimésis du discours », permet de recouvrer la présence première. Cette reconversion ultime passe par les techniques de l’écriture narrative, d’une mimésis pensant désormais le spirituel, d’une métaphysique coïncidant avec le poétique.

Le lieu de la parole dans Awlād āritnā

in Arabica

Sections

Index Card

Content Metrics

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 8 8 5
Full Text Views 1 1 1
PDF Downloads 0 0 0
EPUB Downloads 0 0 0