La version arabe la plus ancienne de l’« Histoire d’Ali Baba » : si Varsy n’avait pas traduit Galland ? Réhabiliter le doute raisonnable

In: Arabica
View More View Less
  • 1 Université Lumière Lyon 2 et CIHAM (UMR 5648)

Login via Institution

Purchase instant access (PDF download and unlimited online access):

€25.00$30.00

This article intends to reintroduce a reasonable doubt concerning the received idea – following Mohsen Mahdi’s research – according to which the Arabic version of the Ali Baba Tale as recorded by Jean Varsy is in fact a poor translation provided by the said Varsy from the French text of the same tale as found in Galland. To achieve this aim, intertextual data have been studied (such as Varsy’s signature in various recently discovered manuscripts, the use of formulae in the Arabic text, coranic and religious references . . .), as well as intratextual data (the structure and scansion of the tale, notably through the formulae) and the data linked to the linguistic ideology showing that the assessment of this text is completely different before and after the identification of Varsy as allophone transcriber. The conclusion opens the study on the vivid relevance of the tale in the islamic world and its transformation in connection with the development of the islamist strands.

Cet article vise à réintroduire le doute raisonnable à propos de l’idée admise, en continuité avec les travaux de Mohsen Mahdi, selon laquelle la version arabe du Conte d’Ali Baba, consignée par Jean Varsy, serait en fait une traduction médiocre. Jean Varsy l’aurait réalisée à partir du texte français du même conte chez Galland. À cet effet, sont étudiés respectivement des données intertextuelles (les signatures de Varsy dans différents manuscrits récemment découverts, les formules utilisées dans le texte arabe; les références coraniques et religieuses), des données intratextuelles (la structure du conte et sa scansion, notamment par les formules) et des données liées à l’idéologie linguistique, montrant que l’évaluation de ce texte n’est pas du tout la même avant et après l’identification de Varsy en tant que son consignateur allophone. La conclusion ouvre l’étude sur la vivacité toujours actuelle du Conte dans le monde islamique et ses transformations en lien avec le développement des courants islamistes.

This article is in French.

  • 16

    Ibid., p. 53.

  • 20

    Sayce, « Cairene », p. 197.

  • 46

    Mahdi (éd.), The Thousand and One Nights, iii, p. 76.

  • 47

    Ibid., iii, p. 80.

  • 48

    Ibid., iii, p. 79.

  • 49

    Ibid., iii, p. 75.

  • 56

    Mahdi (éd.), The Thousand and One Nights, iii, p. 78.

  • 57

    Ibid., i, p. 45. L’ouvrage a fait l’objet d’une nouvelle édition revue et corrigée par Ibrahim Akel, avec une introduction d’Aboubakr Chraïbi ; indispensable en ce qui concerne l’édition du manuscrit arabe, cette édition n’apporte pas de modifications au texte de Mahdi auquel il est fait référence ici.

  • 58

    Mahdi (éd.), The Thousand and One Nights, i, p. 45.

  • 59

    Ibid., i, p. 47.

  • 74

    Mahdi (éd.), The Thousand and One Nights, iii, p. 82. La répétition du verbe « décrire » et du substantif « description » figure dans l’original.

    • Search Google Scholar
    • Export Citation
  • 77

    Sermain (prés.), Les mille et une nuits, iii, p. 182, 183, 187, 216.

  • 78

    Ibid., iii, p. 183, 183-84.

  • 83

    Sermain (prés.), Les mille et une nuits, iii, p. 183.

  • 87

    Sermain (prés.), Les mille et une nuits, iii, p. 181, 186.

  • 88

    Ibid., iii, p. 184, 194.

  • 90

    En 2012, Ibrahim Akel recensait 35 éditions imprimées différentes du conte en langue arabe, entre 1940 et 2012. Je lui sais gré de m’avoir transmis ces références. Quoiqu’elle ne puisse pas être considérée comme parfaitement exhaustive, cette recension assez complète est très instructive.

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 178 59 2
Full Text Views 212 5 0
PDF Downloads 14 6 0