Réforme des monnaies et spéculation dans le sultanat mamlouk au début du ixe/xve siècle : al-Maqrīzī et la question de la responsabilité de l’élite mamlouk dans l’instabilité monétaire

in Arabica
Restricted Access
Get Access to Full Text
Rent on DeepDyve

Have an Access Token?



Enter your access token to activate and access content online.

Please login and go to your personal user account to enter your access token.



Help

Have Institutional Access?



Access content through your institution. Any other coaching guidance?



Connect

The terrible famine that struck Egypt at the beginning of the 9th/15th century led to al-Maqrīzī’s (d. 845/1442) critique of the Mamluk government’s misadministration. Al-Maqrīzī identified the monetary reform as the main reason behind the crisis. Among the multiple causes of this reform were the opposing interests of the Mamluk elite and the sultanic household regarding the value of gold and copper coins. In all likelihood, the former speculated on a rise in the value of gold whereas the latter wanted to limit the depreciation of the copper coins. This rivalry most likely contributed to the worsening of the monetary crisis.

La terrible famine que connut l’Égypte au début du ixe/xve siècle fut l’occasion d’une analyse d’al-Maqrīzī (m. 845/1442) sur la mauvaise administration du gouvernement. L’historien tenait la réforme monétaire pour responsable de la crise. Outre les causes multiples de cette réforme, il semble qu’un conflit d’intérêt autour de la valeur des monnaies d’or et de cuivre opposait l’élite mamlouke à la maison sultanienne. La première spéculait à la hausse sur la valeur de l’or alors que la seconde cherchait à limiter la dépréciation des monnaies de cuivre. Cette rivalité a vraisemblablement contribué à l’aggravation de la crise monétaire.

This article is in French.

Réforme des monnaies et spéculation dans le sultanat mamlouk au début du ixe/xve siècle : al-Maqrīzī et la question de la responsabilité de l’élite mamlouk dans l’instabilité monétaire

in Arabica

Sections

References

16

AshtorPrix et salaires p. 274-276. On trouve une mention de ce manque d’argent dans Ibn Ṣaṣra al-Durra fī muḍīʾa fī l-dawla l-ẓāhiriyya éd. et trad. en anglais William M. Brinner A Chronicle of Damascus Berkeley-Los Angeles University of California Press 1963 p. 187.

18

Ibid. p. 101.

20

LevanoniA Turning Point in Mamluk History p. 135-136.

22

Ibid. p. 67.

25

Al-MaqrīzīSulūkiv p. 27-29.

27

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1046 ; Ibn Taġrī Birdī Nuǧūmvi p. 64-65.

37

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1131-1135.

41

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 964. Le même auteur dit plus loin que la valeur du miṯqāl d’or avait diminué de 32 à 25 dirhams (et le florin davantage). Faut-il en conclure que le poids du dinar avait été un peu diminué – pour marquer cette petite différence entre la valeur du dinar d’or et du miṯqāl d’or – ou est-ce seulement une erreur de l’auteur ou d’un copiste ? cf. al-Maqrīzī Sulūkiii p. 968-969.

43

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 967-969.

44

Ibid.iii p. 1041 ; Ibn Taġrī Birdī Manhalxii p. 176 ; al-Maqrīzī Durar al-ʿuqūd al-farīda fī tarāǧim al-aʿyān al-mufīda éd. Maḥmūd al-Ǧalīlī Beyrouth Dār al-ġarb al-islāmī 2002 iii p. 545.

51

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1059. L’exemple prouve que le nouvel ustādār n’avait pas les scrupules de Yalbuġā l-Sālimī envers les monnaies chrétiennes.

52

Ibn Taġrī BirdīNuǧūmvi p. 106.

54

Ibid. p. 72. Notons en suivant Warren Schultz qu’une différence de poids de quelques centièmes de grammes n’est pas pertinente contrairement à la différence de 025 g.

55

BalogCoinage p. 276-279.

58

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1112.

60

Ibid. p. 337.

61

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1117.

67

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1131-1135.

68

Ibid.iii p. 1155. La source donne « 500 dirhams par raṭl ». La mention précédente de la valeur relative du dirham-fulūs par rapport au dirham était de 6 dirhams par raṭl en 806/1404. Une telle disproportion est invraisemblable mais on comprend qu’il y a là une confusion d’unités. Al-Maqrīzī explique en effet que la valeur du dirham-fulūs est en fait normalement donnée sur la base d’un qintār donc de 100 raṭl : cf. ibid.iii p. 1112. Il faut donc probablement comprendre qu’il s’agit ici de 500 dirhams par qintār et non par raṭl donc de 5 dirhams par raṭl.

69

Ibid.iv p. 27-29.

70

Ibid.iv p. 82.

71

Ibid.iv p. 133-134.

74

Al-MaqrīzīSulūkiv p. 165.

75

Ibid. p. 226 ; Ibn Taġrī Birdī Nuǧūmvi p. 272.

79

Ibid. p. 74.

81

Ibn Taġrī BirdīManhalxi p. 213-214 ; Ibn Taġrī Birdī Nuǧūmv p. 639 ; Ibn Qāḍī Šuhba Tāʾrīḫ Ibn Qāḍī Šuhba éd. ʿAdnān Darwīš Damas Institut Français de Damas 1977 i p. 643-644 ; al-Maqrīzī Sulūkiii/2 p. 885.

85

Ibn Taġrī BirdīManhali p. 104-112 ; al-Maqrīzī Durar al-ʿuqūdi p. 92-100 ; al-Saḫāwī al-Ḍawʾ al-lāmiʿ li-ahl al-qarn al-tāsiʿ éd. Ḥusām al-Dīn al-Qudsī Le Caire Maktabat al-qudsī 1934 i p. 65-67 ; Ibn Taġrī Birdī Nuǧūmv p. 569 ; al-Maqrīzī Sulūkiii p. 862.

86

Al-MaqrīzīDurar al-ʿuqūdi p. 92-100.

87

Al-MaqrīzīSulūkiv p. 27-29.

88

Ibid.iv p. 113 ; Ibn Taġrī Birdī Nuǧūmvi p. 223.

89

Ibn Taġrī BirdīManhalxii p. 189-196.

90

Al-ṢayrafīNuzhat al-nufūsii p. 260.

93

Al-MaqrīzīSulūkiv p. 82.

96

Al-MaqrīzīSulūkiii p. 1131-1135.

97

Ibid.iv p. 27-29.

98

Ibid.iii p. 1155.

102

Al-MaqrīzīSulūkiv p. 40.

104

Ibid.iv p. 84.

105

Ibid.iv p. 84.

106

Ibid.iv p. 90.

107

Ibid.iv p. 133-134.

109

Le 9 ramaḍān 813/5 janvier 1411en pleine bataille l’émir rebelle Šayḫ al-Maḥmūdī proclama la diminution du prix du blé et de la valeur de l’or et devint de ce fait très populaire (fa-māla ilay-hi ǧamʿ min al-ʿāmma). Al-Maqrīzī Sulūkiv p. 153.

Information

Content Metrics

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 17 17 6
Full Text Views 81 81 51
PDF Downloads 6 6 1
EPUB Downloads 0 0 0