La part d’Henri Weil dans l’édition du De la musique attribué à Plutarque (Paris, E. Leroux, 1900)

in Greek and Roman Musical Studies
Restricted Access
Get Access to Full Text
Rent on DeepDyve

Have an Access Token?



Enter your access token to activate and access content online.

Please login and go to your personal user account to enter your access token.



Help

Have Institutional Access?



Access content through your institution. Any other coaching guidance?



Connect

The Weil-Reinach edition of the De musica attributed to Plutarch is the result of a close collaboration of two among the best philologists and specialists of ancient Greek music active in France between the 19th and the 20th centuries : H. Weil and his pupil Th. Reinach. The latter (who personally provided the collation of the manuscripts, some of the exegetical notes and the index) put together the material, but it was Weil who should be regarded as primarily responsible for the work, whose overall organization and component parts are perfectly consistent with the principles and methods that he had already applied to his previous editions : the subordination of the criticism of the texts, founded on the recension of manuscripts, to their history and interpretation. The interventionism typical of this publication derives from the extremely ambitious target that Weil imposed on all his ecdotic works : the reconstruction not of the corrupt archetype of the extant Byzantine and Humanist manuscripts, but of the original condition of the ancient texts. Viewed in this light, the Weil-Reinach edition of the De musica is a treasure of erudition and intelligence, in which the textual problems of a text, which had been deeply altered since antiquity, are raised for the first time.

Sections

References

AmselG., De vi atque indole rhythmorum qui veteres iudicaverint, (Breslau 1887).

BabelonE., 'Allocution à l’occasion du 90e anniversaire de M. Henri Weil' (1908) 52 crai: 88s.

BarberaA., The Euclidean Division of the Canon, (Lincoln/London 1991).

BarkerA., Greek Musical Writings : i. The Musician and his Art, (Cambridge 1984).

BarkerA., Ancient Greek Writers on their Musical Past. Studies in Greek Musical Historiography, (Pisa/Roma 2014).

S. Basch, M. Espagne and J. Leclant, (eds), Les frères Reinach, (Paris ).

BélisA., 'Thédore Reinach (1860-1928) et la musique grecque'S. Basch (ed), , (2008) 165-76 2008.

BollackJ., 'La référence allemande dans les études philologiques à l’École normale', in M. Espagne (ed), L’École normale supérieure et l’Allemagne, (Leipzig 1995) 23-38.

BollackJ., La Grèce de personne, (Paris 1997).

BollackJ., Au jour le jour, (Paris 2013).

BorthwickE., 'Compte rendu de Plutarch De Musica' (1956) 6 cr.

Bouché-LeclerqA., 'Séance du 12 février & Séance du 26 février' (1909) 53 crai: 116182-12594.

BuretteP.-J., 'Examen du Traité de Plutarque sur la Musique' (1733a) 8 Memoires de littérature tirez des registres de l’Academie Royale des Inscriptions et Belles Lettres: 27-44.

BuretteP.-J., 'Observations touchant l’histoire littéraire du dialogue de Plutarque sur la MusiqueMemoires de littérature tirez des registres de l’Academie Royale des Inscriptions et Belles Lettres' (1733b) 8 : 44-62.

BuretteP.-J., Dialogue de Plutarque sur la musique, (Paris 1735).

CagnatR., 'Notice sur la vie et les travaux de M. Théodore Reinach' (1931) 75 crai: 374-393.

CalviéL., 'La philologie selon Henri Weil'H. Weil (ed), , (2014) 13-64 2014.

CalviéL., 'L’enseignement de Henri Weil à l’École normale d’après un document inédit', in M. Loubet and D. Pralon (eds), Poïkiloï karpoï. Exégèses païennes, juives et chrétiennes, (Aix-en-Provence 2015) 461-469.

CanforaL., Le copiste comme auteur, (Toulouse 2012).

Cannatà FeraM., 'Plutarco nel De musica' (2011) 99 qucc: 191-206.

CroisetA., 'Listes' (1887) 21 aaeeg: X-LVI.

DainA., Les manuscrits grecs, (Paris 1975).

Da RiosR., Aristoxeni Elementa harmonica, (Romae 1954).

D’EichthalE.ReinachTh., 'Notes sur les problèmes musicaux dits d’Aristote' (1892) 5 reg: 22-52.

DuchêneH., 'Un Athénien : Salomon Reinach' (1996) 120 bch: 273-284.

DüringI., Die Harmonielehre des Klaudios Ptolemaios, (Göteborg 1930).

DüringI., Porphyrius. Kommentar zur Harmonielehre des Ptolemaios, (Göteborg 1932).

EinarsonB.De LacyPh., Plutarch’s Moralia, (London, Cambridge 1986).

FauréG.ReinachTh.WeilH., Hymne à Apollon, (Paris 1894).

FlacelièreR., 'Plutarque. De la musique' (1955) 24 ac: 490-492.

GeffroyA., 'Fouilles entreprises par M. Salomon Reinach à Rome' (1880) 8 crai.

GleditschH., 'Plutarque. De la musique' (1901) 21 PhW: 705-708.

GlotzG.ReinachTh., 'Bibliographie scientifique de Henri Weil' (1909) 22 reg: 383-404.

GlotzG., 'Éloge funèbre de M. Théodore Reinach, membre de l’Académie' (1928) 72 crai: 321-326.

GrauxCh.Conférences de M. GrauxRapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (1880-1881)1881810

HauvetteA., 'Rapport' (1901) 14 reg: 12-29.

HavetL., Manuel de critique verbale appliquée aux textes latins, (Paris 1911).

HelmboldW.O’NeilE., Plutarch’s Quotations, (Baltimore 1959).

HemmerdingerB., 'Henri Weil. Entretien avec Madame Dufour' (1972) 27 Belfago: 96-99.

HummelP., 'Henri Weil entre France et Allemagne', in M. Espagne (ed), L’École normale supérieure et l’Allemagne, (Leipzig 1994) 241-264.

HummelP., Humanités normaliennes. L’enseignement classique et l’érudition philologique dans l’École normale supérieure du xixe siècle, (Paris 1995).

JanK. (von), Musici scriptores Graeci, (Lipsiae 1895).

JanK. (von), Musici scriptores Graeci. Supplementum, (Lipsiae 1899).

JohnsonC., 'Plutarque. De la musique' (1900) 21 AJPh: 331-333.

LasserreF., Plutarque. De la musique, (Olten-Lausanne 1955).

LavisseE., 'Charles Graux', in Mélanges Graux, (Paris 1884) XI-L.

LeclantJ., 'Avant-propos'S. Basch (ed), , (2008) 7-12 2008.

MahaffyJ. P., 'Compte rendu de Mélanges Weil' (1899) 13 cr.

MarrouH.-I., Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, (Paris 1948).

MarrouH.-I., 'Compte rendu de Plutarque. De la musique' (1955) 68 reg: 380-383.

MasquerayP., Bibliographie pratique de la littérature grecque, (Paris 1914).

MasquerayP., 'Eschyle i' (1922) 24 rea: 165-168.

MathiesenTh., Ancient Greek Music Theory, (München 1988).

MerianiA., Sulla musica greca antica. Studi e ricerche, (Napoli 2003).

MioniE., Codices Graeci manuscripti, (Roma 1960).

MonodG., 'Obsèques de M. Henri Weil. Discours' (1909) 22 reg: 377-379.

MulliezD., 'Les Reinach et l’École française d’Athènes'S. Basch (ed), , (1909) 41-56 2008.

MurrayG., Euripidis fabulae, (Oxonii 1902).

NajockD., Drei anonyme griechische Traktate über die Musik, (Göttingen 1972).

NajockD., Anonyma de musica scripta Bellermanniana, (Leipzig 1975).

OmontH., 'Inventaire du Trésor de la Bibliothèque du monastère de Stroumitza', in Mélanges Henri Weil, (Paris 1898) 300-320.

OmontH., Bibliographie des travaux de M. Henri Omont, (Paris/Toulouse 1933).

PerrotG., 'Notice sur la vie et les travaux de Henri Weil' Weil (ed), , (1910) 531-587 2014.

ReinachF., 'Note sur Hermann Reinach (Francfort, 1814-Paris, 1899)'S. Basch (ed), , (2008) 13-18 2008.

ReinachS., Manuel de philologie classique, (Paris 1907).

ReinachTh., 'Parties administrative, Chronique, Actes de l’Association' (1888) 1 reg: XXXIII108-LXVIII126.

ReinachTh., 'La musique des hymnes de Delphes' (1893) 17 bch: 584-610.

ReinachTh., 'La musique du nouvel hymne de Delphes' (1894) 18 bch: 363-389.

ReinachTh., 'Deux fragments de musique grecque' (1896) 9 reg: 186-215.

ReinachTh., 'Deux fragments d’hyporchèmes anonymes', in Mélanges Henri Weil, (Paris 1898) 413-422.

ReinachTh., 'Les nouveaux fragments rythmiques d’Aristoxène' (1898b) 11 reg: 389-415.

ReinachTh., 'Euripide. Électre, Oreste' (1904) 17 reg: 476.

ReinachTh., 'Obsèques de M. Henri Weil. Discours' (1909) 22 reg: 379-382.

ReinachTh., La musique grecque, (Paris 1926).

ReinachTh.WeilH., 'Papyrus de Berlin' (1893) 6 reg: 139s.

SamuelP., Autres aspects de la vie de Henri Weil, (Ambérieu 2008) coll. privée, Ms..

SteveM., Théodore Reinach, (Nice 2014).

TerzèsChr., διονυσιου <τεχνη µουσικη>, (Athenai 2010).

TournierÉ., 'Aeschyli tragoediae' (1866) 2 RCr: 325-327 Compte rendu de H Weil.

TournierÉ., Exercices critiques de la Conférence de philologie grecque de l’École Pratique des Hautes-Études (1er août 1872-1er août 1875), (Paris 1875).

VolkmannR., Plutarchi De musica, (Lipsiae 1856).

WeilH., Aeschyli Agamemno, (Giessae 1858).

WeilH., Aeschyli quae supersunt tragoediae, (Giessae 1858-1867).

WeilH., Aeschyli Choephori, (Giessae 1860).

WeilH., Aeschyli Eumenides, (Giessae 1861).

WeilH., 'Die Wiederherstellung der Dramen des Aeschylus' (1862) 85 JkPh: 351-356.

WeilH., Aeschyli Septem contra Thebas, (Giessae 1862b).

WeilH., Aeschyli Prometheus vinctus, (Giessae 1864).

WeilH., Aeschyli Supplices, (Giessae 1866).

WeilH., Aeschyli Persae, (Giessae 1867).

WeilH., Sept tragédies d’Euripide, (Paris 1868).

WeilH., 'Histoire de la littérature grecque' (1869) 4 RCr: 305-311 Compte rendu de É. Burnouf.

WeilH., Les Harangues de Démosthène, (Paris 1873).

WeilH., 'Métrique des Grecs et des Romains' (1875) 9 RCr: 146-150 Compte rendu de W. Christ.

WeilH.Conférences de M. WeilRapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (1875-1876)187635

WeilH., Les Plaidoyers politiques de Démosthène. Première série, (Paris 1877).

WeilH., Denys d’Halicarnasse. Première lettre à Ammée, (Paris 1878).

WeilH., Sept tragédies d’Euripide, (Paris 1879).

WeilH.Conférences de M. WeilRapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (1877-1879)1879b4345

WeilH.Rapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (1879-1880)188056Conférences de M. Weil

WeilH., Les Harangues de Démosthène, (Paris 1881).

WeilH., Les Plaidoyers politiques de Démosthène. Première série, (Paris 1883).

WeilH., 'D’un signe critique dans le meilleur manuscrit de Démosthène', in Mélanges Graux, (Paris 1884) 13-20.

WeilH., Aeschyli tragoediae, (Lipsiae 1884b).

WeilH., 'Aristoxène de Tarente' (1884c) js: 106-114.

WeilH., 'Aeschyli fabulae' (1885) 19 RCr: 323-328 Compte rendu de N. Wecklein.

WeilH., Les Plaidoyers politiques de Démosthène. Deuxième série, (Paris 1886).

WeilH., 'Compte rendu de E. Schwartz, Scholies d’Euripide i' (1887) 23 RCr: 461s.

WeilH., 'Les drames d’Euripide' (1889) js: 174212-185223.

WeilH., Euripide. Alceste, (Paris 1891).

WeilH., 'Scholies d’Euripide ii' (1892) 33 RCr: 272s Compte rendu de E. Schwartz.

WeilH., 'Nouveaux fragments d’hymnes accompagnés de notes de musique' (1893) 17 bch: 569-583.

WeilH., 'Un nouvel hymne à Apollon' (1894) 18 bch: 345-362.

WeilH., 'Les scholies des Perses' (1894b) 38 RCr: 216-218 Compte rendu de O. Daehnahrdt.

WeilH., 'Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au judaïsme' (1895) JS: 325-327.

WeilH., Mélanges Henri Weil, (Paris 1898).

WeilH., Études sur l’Antiquité grecque, (Paris 1900).

WeilH., 'Livres offerts', in crai, (1900b) 311-313.

WeilH., Études de littérature et de rythmique grecques, (Paris 1902).

WeilH., Sept tragédies d’Euripide, (Paris 1905).

WeilH., Aeschyli tragoediae, (Lipsiae 1907).

WeilH., Aeschyli tragoediae, (Lipsiae 1910).

WeilH., L’art de lire. Études sur l’ancienne poésie grecque, (Toulouse 2014).

WeilH., Les historiens anciens, (Paris ) s.d..

WeilH.ReinachTh., Plutarque. De la musique, (Paris 1900).

WestphalR., Plutarch. Über die Musik, (Breslau 1866).

WilamowitzU. (von), Textgeschichte der griechischen Lyriker, (Berlin 1900).

WilamowitzU. (von), Geschichte der Philologie, (Leipzig 1921).

WilamowitzU. (von), Erinnerungen, (Leipzig 1929).

Winnington-IngramR., 'Plutarch. De musica' (1956) 76 jhs: 118-119.

Winnington-IngramR., Aristides Quintilianus. De musica, (Lipsiae 1963).

ZieglerK., Plutarchi Moralia. vi/3, (Lipsiae 1953).

2

Wilamowitz 1900, 4 : “Das aber kann nach dem Erscheinem der Ausgabe dieser Schrift von Weil und Reinach nicht mehr so kurz abgemacht werden […], weil die Schrift erst gegen die Umformung verteidigt werden muss, der sie durch jene Gelehrte unterzogen worden ist”.

3

Voir Bollack 1995, 33 ; 1997, 63 et 384 ; Perrot 1910, 533 et 584 ; Weil 1898 ; 2014, 530 (fig. 51) ; Mahaffy 1899, 447.

4

Voir Reinach 1909, 379 ; Calvié 2014, 18. Sur la perte des papiers de Th. Reinach, qui avaient été “déposés chez son fils Léon”, “arrêté et mort en déportation”, voir Steve 2014, 10.

5

Voir Hummel 1994, 251-2 ; 1995, 95 et 98-104 ; Perrot 1910, 572-6 ; Calvié 2015, 462-6. Le Ms. 120 de la Bibliothèque des Lettres de l’ENS conserve les notes prises par G. Dalmeyda aux conférences de 1886-1888.

6

Voir Weil 1876, 4 ; 2014 (1876, 1879, 1881, 1882, 1885, 1887, 1889), 430-2 et 463-5.

7

Voir Reinach 2008, 15 ; Leclant 2008, 7s.

8

Voir Weil 1879b, 43s. S. Reinach (1907, 194) a reconnu devoir “beaucoup au cours de métrique professé par Weil aux Hautes-Études en 1878-79, cours resté malheureusement inédit”.

9

Voir Cagnat 1931, 378 ; Leclant 2008, 10 ; Calvié 2014, 18, 29.

10

Reinach 1926, 5.

11

Voir Croiset 1887, x-xvi, xxiv et xlviii et Perrot 1910, 579s.

12

Voir Reinach 1888, xxxv, xxxvii, 108-126 ; Glotz-Reinach 1909, 398-400 ; Glotz 1928, 323 et 325.

13

D’Eichthal-Reinach 1892, 22, 41 et 50.

14

Voir Reinach-Weil 1893, 140 ; Reinach 1893 et 1894 ; Weil 1893, 570 et 583 ; et 1894.

16

Reinach 1893, 585, 595s. n. 4 et 602.

17

Reinach-Weil 1893, 140.

18

Reinach 1894, 349, 353, 356 : “Reinach, s’étant aperçu des traces d’un Χ, m’a proposé le supplément ci-dessus” ; “le déchiffrement, longtemps douteux, n’a été définitivement établi que grâce à l’estampage”, où Reinach “reconnut la trace d’un Χ et le verbe ἴαχεµ” ; “Reinach me propose d’insérer ici le fragment b” ; “supplément proposé” par Reinach, “après avoir remarqué la trace de la petite barre oblique inférieure du Σ” ; et surtout “quand je lisais ce morceau” à Reinach, “il me proposa” d’y “introduire ἤν (‘voici’)”.

19

Weil 2014 (1894), 327 : “Mon jeune ami, qui est à la fois helléniste et musicien, étudie en ce moment les signes interlinéaires […]. La sagacité de M. Reinach tirera certainement de cette notation fragmentaire tout le parti qu’il est possible d’en tirer”.

20

Voir aussi Hemmerdinger 1972, 97.

21

Voir Bouché-Leclerq 1909, 119 et 182s.

22

Voir Calvié 2014, 18 ; Weil 1880, 5 ; Glotz-Reinach 1909, 385.

23

Voir Volkmann 1856 ; Johnson 1900, 332 ; Gleditsch 1901, 707.

24

Weil-Reinach 1900, 122, 125, 165 et xxxix-xliv.

25

Voir Weil 1884, 13 ; 1910, x ; 2014 (1896), 361 ; Graux 1881, 9 ; Lavisse 1884, xxxi ; Perrot 1910, 581 ; Hummel 1995, 159 ; Calvié 2014, 46.

26

Voir Omont 1898 et 1933, ix.

27

Weil-Reinach 1900, xxxix et xl.

28

Voir Weil-Reinach 1900, 165 ; Reinach 1896, 188 : “J’ai collationné ce feuillet au Vatican, au mois d’avril dernier” ; et Geffroy 1880, 16 ; Duchêne 1996, 275 ; Mulliez 2008, 45 ; et Reinach 2008, 16.

29

Perrot 1910, 533 et 579 ; voir aussi Monod 1909, 378 ; Samuel 2008, 3.

30

Voir Perrot 1910, 552.

31

Voir par exemple Weil 2014 (1891, 1894, 1896, 1898, 1899, 1900 et 1901), 308, 318, 325, 365, 373, 380, 390, 400, 405, 409, 412, etc.

32

Weil 2014 (1884), 229 : “à la différence des poètes, les prosateurs s’appelaient συγγραφεῖς, écrivains […]. Les odes de Pindare, les drames de Sophocle et d’Aristophane, en général les œuvres poétiques, étaient composés pour être exécutés publiquement par des chanteurs, des danseurs, des acteurs. On distinguait les interprètes qui exécutaient l’œuvre de celui qui l’avait composée et qu’on appelait ποιητής. De notre temps […], comme le nom de musicien convient à ceux qui exécutent une œuvre musicale aussi bien qu’à celui qui l’a conçue, on distingue ce dernier par le nom de compositeur. Ce mot, qui a un sens plus général, mais qui s’applique chez nous particulièrement aux auteurs de musique, offre la plus grande analogie avec le ποιητής des Grecs” ; voir aussi Weil-Reinach 1900, 11, 15, 17, 21, 43, 73, 121, 139, 141, 175s., etc.

33

Voir Weil-Reinach 1900, xxxviii : “nous en avons dit assez pour faire apprécier au lecteur à la fois l’intérêt et la difficulté de la tâche que nous avons entreprise ; ce sont là deux titres à la bienveillance, nous dirons même volontiers à l’indulgence de la critique. Nous lui livrons l’œuvre de trois années […] ; à elle de juger […] si le Dialogue sur la Musique sort de nos mains amélioré dans quelques-unes de ses parties et éclairé dans quelques autres : c’est à ce résultat que s’est borné notre ambition” ; et i “il nous a semblé” ; liii, n. 1 “notre collection est plus complète que celle de Burette ; cependant nous n’avons pas cru devoir […] ; nous offrons au lecteur” ; lxxis. : “nous retranchons”, “nous insérons”, “nous avons transposé” ; et 3, 6, 8, 12, 16, 18, 20, 22, 28, 32, 34, 36, 38, 40, 42, 48, 52, 56, 60, 62, 64, 68, 70, 72, 74, 76, etc. : correximus, transposuimus, addidimus, inclusimus, inseruimus, indicavimus, restituimus, malimus ; 165: “la collation des manuscrits F2, F3, R1, R3 faite par Th. Reinach” ; et 165-7 : “nous croyons”, “nous retirons”, “nous nous rallions”, “nous aurions dû”.

35

Voir Weil-Reinach 1900, xxxix-xliv : “collationné par Th. Reinach” ; et xlvi : “nous citons”.

36

Weil-Reinach 1900, xliv.

37

Voir Weil-Reinach 1900, xlvii-lii : “nous citerons”, “nous les avons reproduites” et “nous rangeons”.

38

Voir Weil-Reinach 1900, 8, 11, 25, 28, 45, 49, 50, 56, 67, 69, 72, 108, 114 et 117.

39

Voir Weil-Reinach 1900, 28, 49, 50, 56, 72, 114 et 117 ; et 166 : “§ 70. ne. Lire [l. 4] : Nous ne croyons pas” [au lieu de “je ne crois pas”] ; “P. 49. ne. dernière l. Lire : nous le montrerons [au lieu de “je le montrerai”]”, etc.

40

Voir Weil-Reinach 1900, 8, 11, 25, 45, 67, 69 et 108.

41

Voir Weil 1900b, 311, cité ci-devant (n. 23).

42

Reinach 1898, 422 ; 1904 ; et 1909, 380.

43

Voir Glotz-Reinach 1909, 384-5 ; et Weil 1858-67 ; 1868 ; 1873 ; 1877 ; 1878 ; 1879 ; 1881 ; 1883 ; 1884b ; 1886 ; 1891 ; 1905 ; 1907 ; 1910 ; et 2014, 433-6, 441-6, 468-81, 508-12 et 523-30.

44

Voir Weil 1858, vi ; 1873, xlv ; et 2014 (1866 et 1894), 151 et 324.

45

Weil 2014 (1866), 151 : “toutes les fois que, depuis la Renaissance, on a fait une bonne édition […], on a enlevé quelques taches, on a réparé quelques injures faites à un chef-d’œuvre de l’antiquité”.

46

Weil 2014 (1894), 324 : “la restitution du morceau est loin d’être une entreprise chimérique, ni même aventureuse. On accorde bien à l’architecte le droit de reconstruire un temple, une église, un palais, d’après les ruines qui en subsistent […]. Il n’en va pas autrement des monuments littéraires. Souvent un tronçon de phrase laisse deviner la phrase tout entière ; un pan conservé de la pensée en indique la direction et la suite ; une conjonction, une particule implique la tournure d’une période”.

47

Weil 2014 (1868), 195.

48

Voir Weil 1902, 164-9 ; et 2014 (1855, 1899, 1862, 1865, 1867, 1872, 1875, 1884, 1889, 1893, 1895 et 1897), 127-30, 387-98 et 446-65 ; et Calvié 2014, 30-4, 52-6 : aux références qui y sont données, il faut ajouter le Ms. 118 de la Bibliothèque de l’ENS Ulm-Lettres (Paris), qui contient le brouillon de l’Histoire de la versification grecque et latine (1852) de Weil.

49

Voir Weil-Reinach 1900, xxiii et xxxi ; et Johnson 1900, 332. Contrairement à ce que laissent entendre G. Amsel (1887, 125), E. Mioni (1960, 13) et Th. J. Mathiesen (1988, 788), on sait aujourd’hui (voir Cannatà Fera 2011, 203, 6) que le dialogue n’est pas anépigraphe dans V (V1), où la lampe de Wood révèle (en haut du f. 61) les traces du nom Πλουτάρχου. Dans Reinach 1898b, 403-5, le fragment rythmique du P.Oxy. 9 est semblablement attribué au jeune Aristoxène ; Weil avait en revanche tout d’abord admis l’hypothèse de Westphal (1866, 32-3) que le “De Musica est une compilation, sans originalité” et qu’on “pourrait l’attribuer au fils homonyme de Plutarque” (Weil s.d., 331). Voir aussi Weil s.d., 341 : “L’authenticité [du De malignitate de Plutarque] a été soutenue contre les doutes exprimés par plusieurs savants par Lahmeyer : De libelli Plutarchaei … et auctoritate et auctore, Gottingae, 1848 et par L. Holzapfel dans Philologus B. xlvii (1882), 23sqq. Après avoir réfuté les arguments contraires, il donne la preuve directe de l’authenticité en montrant que Plutarque dans ses Vies s’accorde pour un grand nombre de fautes d’appréciations historiques avec le traité en question, et que, s’il lui arrive de mentionner des faits rapportés par Hérodote et contestés dans le traité, il ne le fait qu’en dégageant sa propre responsabilité par un renvoi à Hérodote”.

51

Weil-Reinach 1900, iv-xxiii, xxviii-xxix, xxxi, xxxii-xxxviii (et xxxvii).

53

Voir Weil 1900, 319 ; et Weil-Reinach 1900, i.

54

Voir Weil-Reinach 1900, xxxvi-xxxvii : “Nous n’avons pas cru cependant devoir reculer devant un certain nombre de changements de ce genre, sans lesquels la suite des idées nous paraissait totalement brouillée ; il nous eût paru injurieux pour la mémoire de Plutarque de lui attribuer, même à ses débuts littéraires, une pareille incohérence” ; et Wilamowitz 1900, 4, cité ci-devant (n. 2).

55

Voir Dain 1975, 173 ; et Havet 1911, 109.

56

Voir Bollack 1997, 71-3 ; et 2013, 724 ; Perrot 1910, 567 ; Tournier 1866, 327 ; Masqueray 1914, 72 ; et 1922, 166.

57

Voir Perrot 1910, 568 ; Weil 1869, 311 ; et 2014 (1875, 1880, 1890 et 1880), 210-1, 221, 437 et 466-7.

58

Voir Weil 2014 (1860, 1868, 1888, 1891, 1894, 1896, 1890, 1862, 1880 et 1876), 131-50, 191, 284, 292, 304, 308, 314, 331-6, 365, 424, 454, 465-7 et 503 ; Murray 1902, xi ; et Hemmerdinger 1972, 99.

59

Voir Weil-Reinach 1900, i ; Weil 2014 (1866, 1875, 1880, 1896, 1901, 1890, 1875, 1859 et 1897), 152-3, 210, 219, 359, 403, 423, 458, 468 et 504 ; Hemmerdinger 1972, 98 ; Bollack 1995, 33 et 35 ; et Calvié 2014, 57-9. Le zèle bibliographique de Weil est sans doute à l’origine des notices de Weil-Reinach (1900, xlvi-lii) sur les éditions anciennes du dialogue, comme celle de Burette (1735), restée hors de portée de Volkmann (“rarissimum librum, cuius duodecim tantum exemplaria typis excussa dicuntur non legi”), et sur les “notes manuscrites de Bachet de Méziriac” mentionnées par Burette (1733b, §1-62).

60

Voir Weil 1869, 305-6 ; Weil 1875, 146 ; Weil 1884c, 106 ; et Weil 2014 (1877 et 1888), 216 et 284.

61

Weil 2014 (1866), 162.

62

Voir Weil 1868, 313 ; Weil 1873, xliv ; Weil 1884b iii ; Weil 1885, 323 ; et Weil 2014 (1866 et 1868), 153 et 183.

63

Canfora 2012, 40-1.

64

Weil 1900b, 323.

66

Voir Weil 1889, 216 ; et 2014 (1866, 1868 et 1890), 162, 197, 201 et 423.

68

Weil-Reinach 1900, i et xxxviii.

69

Voir Calvié 2014, 60.

70

Voir Weil 1858, 141-56 ; 1860, 121-32 ; 1861, 115-24 ; 1862b, 115-27 ; 1864, 113-7 ; 1866, 110-22 ; 1867, 105-15 ; 1873, xxxiv-xxxv ; et 1879, 99-103.

71

Voir Weil 1879, lvi ; et 1891, 10.

72

Voir Weil 1879, xxx et xlvii-xlviii ; et 1891, 10.

74

Weil-Reinach 1900, i et 165.

75

Voir la lettre d’A. Böckh (1845) reproduite dans Perrot 1910, 553 ; et Calvié 2014, 59.

76

Voir Weil-Reinach 1900, i-iv (i et iv) et xxiii-xxxi (xxiii, xxvii-xxviii et xxxi) ; d’après Burette 1733a, 34-44 ; Volkmann 1856, ix-xiii (xi) ; et Westphal 1866, 19, 26 et 32. Cette attribution est conforme au jugement par ailleurs porté par Weil (s.d., 319) sur le style de Plutarque : “Plutarque est un écrivain négligé, il prend ses mots sans choix dans la langue usuelle, dans ses lectures, poètes et prosateurs, il en a de poétiques, d’abstraits, de triviaux, mêlés au hasard : ses périodes sont longues, mal construites. À ne considérer que le détail de l’expression, Plutarque n’est pas un écrivain artiste”.

77

Voir Meriani 2003, 49 ; et Weil-Reinach 1900, xxxi et xxxvii.

78

Voir Weil 2014 (1866), 152-3 ; Amsel 1887, 124-5 et 152-6 (21 ms.) ; Jan 1895, xi-xci (24 ms.) ; Jan 1899, 61 (1 ms., le seul alors connu à avoir échappé à Weil et Reinach) ; K. Ziegler 1953, iii-vi (31 ms.) ; F. Lasserre 1954, 105-6 (35 ms.) ; Einarson-De Lacy 1986, 349 (39 ms.) ; Mathiesen 1988, 788 (39 ms.) ; et Weil-Reinach 1900, xxxix-xliv (xli) : “collationné par Th. Reinach” (V1). Comme les leçons de V1 sont en outre régulièrement rapportées dans les notes critiques (voir Weil-Reinach 1900, 2, 6, 14, 16, 20, 28, 30, 32, 34, 36, etc., 144, 146, 152, 158, 160, 162), l’affirmation de Wilamowitz que “le Marcianus n’a toujours pas été collationné” en 1921 et que Weil et Reinach ont édité le dialogue De la Musique “sans connaître le Marcianus” (Wilamowitz 1921, 77, n. 3) est dénuée de tout fondement. Voir enfin Weil-Reinach 1900, xxxii-xxxiii etxxxix-xlvi; Ziegler 1953, iii-vii, Lasserre 1954, 109 et Einarson-De Lacy 1986, 349 ; et Düring 1930, lxix ; et 1932, xxix ; Da Rios 1954, cvi ; Winnington-Ingram 1963, xi et xviii ; Najock 1972, 62 ; et 1975, xix ; Barbera 1991, 79 ; et Terzès 2010, 189*

79

Weil-Reinach 1900, xxxiii ; voir aussi Weil-Reinach 1900, xxxii-xxxiii ; Weil 1900b, 311 ; et 2014 (1866), 162.

80

Weil-Reinach 1900, xxxiii-xxxvii. Ce classement des principales corruptions du texte de l’archétype, qui est conforme à tous les exposés analogues donnés par Weil et ses élèves (voir Weil 1858, vi-viii ; et 2014 (1866 et 1868), 157-8 et 195-200 ; Tournier 1875, dédié “À mon maître H. Weil”, xxvii- xxviii ; et Calvié 2014, 49), repose sur la distinction des quatre types de fautes déjà reconnus par Quintilien (i, 5, 6 et 38-41) : les substitutions, les omissions, les additions et les transpositions.

81

Voir d’une part Wilamowitz 1921, 77, 3 ; Johnson 1900, 332 ; Gleditsch 1901, 707 ; Hauvette 1901, xxvii ; et d’autre part Ziegler 1953, vii ; Lasserre 1954, 8 ; Flacelière 1955, 490 ; Borthwick 1956, 123 ; Winnington-Ingram 1956, 118 ; Barker 1984, 205 (voir aussi Barker 2014, 16, 1). Weil et Reinach, qui ont adopté nombre des corrections de leurs prédécesseurs, leur ont en effet ajouté 102 interventions de leur cru : 3 indications de lacune, 30 suppléments, 41 corrections, 15 suppressions et 13 transpositions (voir Weil-Reinach 1900, 2, 6, 8, 12, 16, 18, 20, 22, 28, 32, 34, 36, 40, 48, 52, 54, 56, 60, 62, 64, 68, 70, 74, 76, 78, 82, 84, 88, 90, 92, 94, 96, 98, 100, 102, 104, 112, 118, 120, 122, 124, 126, 128, 130, 132, 134, 136, 138, 140, 142, 144, 146, 148, 150, 156 et 162).

82

Weil-Reinach 1900, xxxiii.

84

Ziegler 1953, vii ; voir aussi Lasserre 1954, 8, 104 et 108 ; et Marrou 1955, 380.

86

Weil-Reinach 1900, xxxviii. Ziegler, qui a apporté 12 nouvelles modifications à son texte (1953, 3 [bis], 6, 10, 11, 13, 19, 28, 33, 35 [bis] et 36), a adopté 22 de celles de ses deux prédécesseurs, par ailleurs mentionnés à presque toutes les pages de son apparat critique (1953, 2, 3, 4, 5, 10, 11, 14, 15 [bis], 16 [bis], 20, 23, 25, 26, 27 [bis], 29, 30, 31 [bis] et 33) ; quant à l’édition Einarson-De Lacy, à laquelle incombent 5 nouvelles modifications du texte (1986, 360, 386, 394, 402 et 424), elle admet 13 des interventions de Weil et Reinach, dont 4 de celles rejetées par Ziegler et Lasserre (1986, 358, 360, 378, 392, 402, 406, 416, 420, 428, 434, 438, 442 et 448).

87

Voir Weil-Reinach 1900, lxxi-lxxii;Weil, 1858, xiii-xv ; et 1868, xlv-xlvi ; 1873, l-li ; 1879, xlv-xlvi ; et Weil 2014 (1866), 151. Ils ont toutefois omis de préciser l’origine des corrections de εἴπερ en ἥπερ et de πάλιν en πάλην (voir Weil-Reinach 1900, 64, § 157 ; et 100, § 260).

88

Voir Ziegler 1953, vii ; et Lasserre 1954, 8. Cette sévérité est d’autant plus déplacée que Lasserre (1954, 109 et 152) a lui-même reconnu avoir utilisé l’apparat de Weil et Reinach pour établir le stemma codicum du dialogue et devoir “beaucoup” à leur “commentaire”, comme à “la traduction qu’il accompagne” : voir Flacelière 1955, 192, où il est déjà reproché à Lasserre d’être “bien sévère pour le travail de Weil et Reinach, qui, à beaucoup d’égards, reste supérieur au sien”.

89

Voir Weil-Reinach 1900, 36 [**…**] : N.C. - 87-88.Libri post 96 ; transposuimus ; et 38 [(***)] : Post 96 libri 87-88. Correximus.

90

Weil 2014 (1868), 195-7 et 201.

91

Voir Weil 1869, 306 ; 2014 (1866, 1868 et 1877), 152, 192 et 216.

92

Weil 2014 (1868), 195-7 ; Weil-Reinach 1900, 3 : “La femme de Phocion […] disait qu’elle avait pour parure les exploits militaires de son mari. Quant à moi, je regarde comme une parure, non seulement pour moi-même, mais pour tous mes familiers, le zèle de mon maître pour l’étude […]. Autant donc les avantages qu’on retire de l’instruction l’emportent sur tous les exploits militaires, autant le zèle qui a l’instruction pour objet est digne de mémoire” ; et Lasserre 1954, 133 : “La femme de Phocion […] disait n’avoir d’autres bijoux que les exploits militaires de son mari : pour moi, je tiens que ma parure, qui n’est pas seulement la mienne mais aussi celle de tous mes collègues, c’est le goût de mon maître pour les sciences […]. Aussi mérite-t-elle [l’instruction] d’autant plus qu’on en fasse l’objet d’un traité qu’elle surpasse en utilité toutes les inventions de l’art de la guerre”.

93

Voir Lasserre 1954, 100 et 108 ; et Marrou 1948, 260-4.

94

Weil-Reinach 1900, xxxiii.

95

Weil-Reinach 1900, 3 : “Quant à l’emploi de ἀξία pour ἀξιωτέρα après ὅσῳ µείζων, c’est un prétendu hellénisme qui correspond à l’idiotisme inverse, beaucoup plus fréquent, τοσούτῳ avec le comparatif suivi de ὅσῳ avec le positif (Thesaurus, col. 2297) ; nous n’en connaissons pas d’autre exemple et peut-être la correction de Volkmann [“Volkmann coniecit : µᾶλλον ἀξία, sive ἀξιωτέρα”] devrait-elle être adoptée” ; voir aussi Volkmann 1856, 56.

96

Weil-Reinach 1900, 96 (“nos sensum, non ipsa verba Plutarchi, restituere conati sumus”).

97

Marrou 1955, 380 : “héritiers de la critique conjecturale du 19e siècle, Weil et Reinach, avec une parfaite bonne conscience et une hardiesse que rien ne vient brider, transposent, corrigent à chaque pas tout ce qui leur paraît contraire à leur idée du grec ou de la musique. Là où, unanime, une riche et double tradition manuscrite (car le De Musica nous est parvenu à la fois dans le corpus des musicographes et dans l’édition planudéenne de Plutarque) nous dit par exemple : la musique se divise en trois parties : le diatonique, le chromatique et l’harmonique (c. 32, 1142 D), Weil-Reinach substituent gratuitement : … trois branches : harmonique, rythmique, métrique (leur § 325)”.

98

Voir Weil-Reinach 1900, xxxiis. ; Lasserre 1954, 107-9 ; Meriani 2003, 62.

99

Voir Westphal 1866, 18 ; Weil-Reinach 1900, xviii ; Lasserre 1954, 104 ; Helmbold-O’Neil 1959, 12 ; Meriani 2003, 58-69.

101

Weil 2014 (1866), 159-62.

102

Weil-Reinach 1900, 130.

103

Barker 2014, 16.

104

Winnington-Ingram 1956, 119.

Information

Content Metrics

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 7 7 1
Full Text Views 3 3 3
PDF Downloads 1 1 1
EPUB Downloads 0 0 0