« Sur une petite phrase de Riemann » Aspects du débat français autour de la Reasonable Effectiveness of Mathematics

in Revue de Synthèse
Restricted Access
Get Access to Full Text
Rent on DeepDyve

Have an Access Token?



Enter your access token to activate and access content online.

Please login and go to your personal user account to enter your access token.



Help

Have Institutional Access?



Access content through your institution. Any other coaching guidance?



Connect

Résumé

Le thème d’une nature particulière des mathématiques comme connaissance a été au cœur du débat épistémologique français du xxe siècle, et ce, à partir des œuvres de Maximilien Winter, Gaston Bachelard, Albert Lautman jusqu’à Alain Connes et Gilles Châtelet. Pour le saisir au plus près, il convient d’avoir à l’esprit qu’il est le fruit d’une analyse constante et d’un approfondissement des indications données par Bernhardt Riemann sur le rapport étroit entre mathématiques et physique qui caractérisera toute la pensée physique du xxe siècle. Ce qui a conduit à l’existence d’une littérature très riche mais peu étudiée qui a cherché à clarifier sur le plan épistémique le sens rationnel de l’efficacité des mathématiques dans l’exploration du réel physique, problématisée sous le titre de The Unreasonable Effectiveness of Mathematics. Cette problématique cruciale constitue l’un des apports les plus originaux de la philosophie des sciences française, sans équiva-lent dans la tradition anglo-saxonne. Prendre acte de l’existence de cette épistémologie de la physique mathématique devrait permettre de couper court à la polémique soulevée récemment en France quant à l’existence ou la non-existence d’une philosophie des sciences spécifi-quement française.

Sections

References

Alunni (Charles), 2005a, « L’“École de l’ETH” dans l’œuvre de Gaston Bachelard. Les figures spectrales d’Hermann Weyl, Wolfgang Pauli et Gustave Juvet », dans Sciences et philosophie au XXe siècle. L’École de Zurich et le programme surrationaliste, Charles Alunni (éd.), 2005, Revue de synthèse, Paris, éditions Rue d’Ulm, t. 126, 5e série, n° 2, p. 367-389.

Alunni (Ch.), 2005b, « Albert Lautman et le souci brisé du mouvement », dans Sciences et philosophie au XXe siècle. L’École de Zurich et le programme surrationaliste, Charles Alunni (éd.), Revue de synthèse, Paris, éditions Rue d’Ulm, 5e série, t. 126, n.° 2, p. 283-301.

Alunni (Ch.), Castellana (Mario), Ria (Demetrio) et Rossi (Arcangelo), (dir.), 2010, Albert Einstein et Hermann Weyl. 1955-2005. Questions épistémologiques ouvertes, Manduria-Paris, Barbieri-Selvaggi Ed./éditions Rue d’Ulm.

Alunni (Ch.), 2010a, « Gilles Châtelet, dernier philosophe romantique », dans Gilles Châtelet, 2010, p. 9-60.

Alunni (Ch.), 2015, « Gaston Bachelard face aux mathématiques », dans Philosophie et mathématique, Charles Alunni (éd.), Revue de synthèse, Paris, Lavoisier, 6e série, t. 136, n° 1-2, p. 1-8 et p. 9-32.

Alunni (Ch.), 2015a, « Maximilien Winter et Federigo Enriques : des harmonies exhumées », dans Federigo Enriques o le armonie nascoste della cultura europea. Tra scienza e filosofia, Charles Alunni et Yves André (éd.), Pise, Edizioni della Normale, Scuola normale superiore, 2015, p. 101-148.

Alunni (Ch.), 2018, Spectres de Bachelard. Gaston Bachelard et l’École surrationaliste, Paris, Hermann.

Bachelard (Gaston), 1928, Étude sur l’évolution d’un problème de physique. La propagation thermique dans les solides, Paris, Librairie J. Vrin, 19732.

Bachelard (G.), 1937, L’Expérience de l’espace dans la physique contemporaine, Paris, Presses Universitaires de France.

Bachelard (G.), 1938, La Formation de l’esprit scientifique, Paris, Librairie J. Vrin, 19707.

Bachelard (G.), 1949, Le Rationalisme appliqué, Paris, Presses Universitaires de France, 19704.

Badiou (Alain), 2015, Éloge des mathématiques, avec Gilles Haéri, Paris, Flammarion.

Bordoni (Stefano), 2017, When Historiography met Epistemology. Sophisticated Histories and Philosophies of Science in French-speaking Countries in the Second Half of the Nineteenth Century, Leyde/Boston, Brill.

Bordoni (S.), 2012, Taming Complexity. Duhem’s third pathway to Thermodynamics, Urbino, Ed. Montefeltro.

Brenner (Anastasios), 2003, Les Origines françaises de la philosophie des sciences, Paris, Presses Universitaires de France.

Brenner (A.) (dir.), 2015, Les Textes fondateurs de l’épistémologie française, Paris, Hermann.

Brenner (Anastasios) et Petit (Annie) (dir.), 2009, Science, histoire et philosophie selon Gaston Milhaud. La constitution d’un champ disciplinaire sous la Troisième République, Paris, Vuibert- SFHST.

Castellana (Mario), 1974, Il surrazionalismo di Gaston Bachelard, Naples, Glaux Ed.

Castellana (M.), 1985, Epistemologia debole. Bachelard, Desanti, Reymond, Verone, Bertani.

Castellana (M.), 1992, Alle origini della ‘nuova epistemologia’. Il Congrès Descartes del 1937, Lecce, Il Protagora.

Castellana (M.), 2004, Razionalismi senza dogmi. Per un’epistemologia della fisica matematica, Soveria Mannelli, Rubbettino Ed.

Castellana (M.), 2009, « Storia della scienza, epistemologia ed ermeneutica », dans « Hélène Metzger. Introduzione » à Hélène Metzger, Il metodo filosofico nella storia delle scienze, tr. ital., Manduria, Barbieri-Selvaggi Ed., p. 24-55.

Castellana (M.), 2012, « Il surrazionale : come la materia diventa progetto », dans Bachelard e le ‘provocazioni’ della materia, Francesca Bonicalzi e altri, (dir.), Gênes, Il Melangolo, p. 169-177.

Castellana (M.), 2015, « Les mathématiques et l’expérience selon Albert Lautman », dans Les mathématiques et l’expérience, Évelyne Barbin et Jean-Pierre Cléro, (dir.), Paris, Hermann, p. 337-364.

Castellana (M.), 2017, « Introduzione » à Albert Lautman, Matematica come resistenza [tr. ital. Mario Castellana], Rome, Castelvecchi Ed., p. 7-47.

Castellana (Mario) et Pompeo Faracovi (Ornella) (dir.), 2014, Filosofie scientifiche vecchie e nuove. A cent’anni dal IV Congresso Internazionale di Filosofia, Lecce, Paris, Pensa Multimedia-Pensée des sciences Ens.

Châtelet (Gilles), 1993, Les Enjeux du mobile. Mathématique, physique, philosophie, Paris, coll. « Travaux » Éditions du Seuil.

Châtelet (G.), 2010, L’Enchantement du virtuel. Mathématique, physique, philosophie, édition établie par Charles Alunni et Catherine Paoletti, Paris, Éditions Rue d’Ulm, coll. « Pensée des sciences ».

Connes (Alain), Lichnerowicz (André) et Schützenberger (Marcel Paul), 2000, Triangle de pensées, Paris, Éditions Odile Jacob.

Curie (Pierre), 1908, Œuvres, Paris, Gauthier-Villars.

Daston (Lorraine), 1994, « Historical Epistemology », dans Questions of Evidence. Proof Practice, and Persuasion across the Disciplines, Michael J. Chandler (éd.), Chicago, Chicago Press.

Daston (Lorraine), Galison (Paul), 2010, Objectivity, New York, Zone Books.

Dyson (Freeman), 1969, « Mathematics in the physical sciences », dans The mathematical Sciences, Cambridge, MIT Press, p. 87-108.

Edelman (Gerald), 2008, Biologie de la conscience [tr. fr. de Ana. Gershenfeld], Paris, éditions Odile Jacob.

Feynman (Richard), 1967, The Character of physical Law, Cambridge, MIT Press.

Field (Hartry), 1980, Science without Numbers, New York, Princeton University Press.

Geymonat (Ludovico), 19684, Filosofia e filosofia della scienza, Milan, Feltrinelli.

Guitart (René), 1999, La Pulsation mathématique, Paris, L’Harmattan, coll. « La Philosophie en commun ».

Guitart (R.), 2015, « Deux problèmes en vue d’une épistémologie transitive des mathématiques », dans Mathématique et philosophie, Charles Alunni (éd.), Revue de synthèse, 6e série, t. 136, n° 1-2, p. 237-279.

Kitcher (Philip), 1983, The Nature of mathematical Knowledge, New York-Oxford, Oxford University Press.

Lautman (Albert), 2006, Les Mathématiques, les idées et le réel physique, avec une préface de Fernando Zalamea, Paris, Librairie Vrin.

Lecourt (Dominique), 2005, « La philosophie dans les sciences », dans Sciences et philosophie au XXe siècle. L’École de Zurich et le programme surrationaliste, Charles Alunni (éd.), Revue de synthèse, 5e série, t. 126, n.° 2, p. 451-454.

Lévi-Leblond (Jean-Marc), 1982, « Physique et mathématiques », dans Penser les mathématiques, Paris, Éditions du Seuil, p. 195-210.

Lichnerowicz (André), 1973, « Préface » à Bachelard (G.), 19732, p. I-V.

Longo (Giuseppe), 2003, « Géométrie et cognition », Revue de synthèse, t. 124, n° 1, p. 1-10.

Metzger (Hélène), 1987, La Méthode philosophique en histoire des sciences. Textes 1914-1939, par Gad Freudenthal, Paris, Fayard, « Corpus des Œuvres de Philosophie en langue française ».

Milhaud-Cappe (Danielle), 2004, « Lettre d’Henri Bergson à Gaston Milhaud », Revue d’histoire des sciences, 57/2, p. 477.

Morin (Edgar), 1985, « Le vie della complessità », dans Gianluca Bocchi et Mauro Ceruti, La sfida della complessità, Milan, Feltrinelli, p. 49-60.

Moulines (Carles Ulise), 2006, L’Invention de la philosophie des sciences, Paris, éditions Rue d’Ulm.

Nagel (Ernest), 1979, Teleology revisited, New York, Columbia University Press.

Palombi (Fabrizio), 2003, La stella e l’intero. La ricerca di Gian-Carlo Rota tra matematica e fenomenologia, Turin, Bollati Boringhieri.

Parrochia (Daniel), 1997, Les grandes révolutions scientifiques du XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France.

Parrochia (D.), 2009, « Y a-t-il une philosophie française des sciences ? », dans Science, histoire et philosophie selon Gaston Milhaud. La constitution d’un champ disciplinaire sous la Troisième République, Anastasios Brenner et Annie Petit (éd.), Paris, Vuibert- SFHST, p. 239-254.

Patras (Frédéric), 2001, La pensée mathématique contemporaine, Paris, Presses Universitaires de France.

Patras (F.), 2014, La Possibilité des nombres, Paris, Presses Universitaires de France.

Petitot (Jean), 1991, « Idéalités mathématiques et réalité objective. Approche transcendantale », dans Hommage à Jean-Toussaint Desanti, Mauvezin, Trans-Europ-Repress, p. 213-279.

Pont (Jean-Claude), 2007, « De l’absolu au relatif, destin du xixe siècle », dans Pour comprendre le XIXe siècle. Histoire et philosophie des sciences à la fin du siècle, Firenze, S. Olschki Ed., p. IX-XLVII.

Rescher (Nicholas), 1984, The Riddle of Existence, Lanham, UP of America.

Ria (Demetrio), 2005, L’unità fisico-matematica nel pensiero epistemologico di Hermann Weyl, Galatina, Congedo Ed.

Riemann (Bernhard), 19533, Gesammelte mathematische Werke, und wissenschtlicher Nachlass, Richard Dedekind et Heinrich Weber (éd), New York, Dover.

Riemann (B.), 1898, Œuvres mathématiques [tr. fr. de Léonce Laugel], Paris, Gautier-Villars.

Riemann (B.), 1994, Sulle ipotesi che stanno a base della geometria, e altri scritti, Renato Pettoello, Turin, Bollati Boringhieri.

Shapiro (Stewart), 1983, « Mathematics and reality », Philosophy of Science, 50, p. 523-548.

Steiner (Mark), 1989, « The Application of Matematics to Natural Science », Journal of Philosophy, 86, (9), p. 449-480.

Tagliagambe (Silvano), 2013, Il cielo incarnato. L’epistemologia del simbolo di Pavel Florenskij, Rome, Aracne Ed.

Wagner (Pierre), 2002, (éd.), Les Philosophes et la science, Paris, Gallimard.

Weinberg (Steven), 1986, Notices of the American Mathematical Society, 33, p. 720-729.

Weyl (Hermann), 1922, Espace, Temps, Matière [tr. fr. Gustave Juvet et Robert Leroy], Paris, Librairie Blanchard.

Wigner (Eugène), 1967, Symmetries and Reflections, Bloomington, Indiana University Press.

Winter (Maximilien), 1911, La Méthode dans la philosophie des mathématiques, Paris, Alcan.

Zalamea (Fernando), 2012, Synthetic Philosophy of Contemporary Mathematics, New York, Urbanomic, Falmouth.

Information

Content Metrics

Content Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 8 8 2
Full Text Views 3 3 0
PDF Downloads 0 0 0
EPUB Downloads 0 0 0