Volume Editor: Aline Mura-Brunel
A chaque rentrée littéraire, le nombre de romans publiés ne cesse de croître. Et même si tous, loin s’en faut, ne dépassent pas le temps d’une saison, il en est qui demeurent et qui témoignent de la vitalité et de la qualité de la littérature française d’aujourd’hui. Jean Echenoz et Eric Chevillard sont de ceux-là.
Par des analyses à la fois précises et profondes, les auteurs du présent volume explorent leurs œuvres respectives ainsi que quelques autres en interrogeant des parentés lointaines ou inattendues et prenant l’histoire littéraire à rebours. Bien que le dispositif épistémologique qui préside à l’acte d’écrire ait changé, la littérature continue de décliner les mêmes paradigmes.
Sans doute s’agit-il là d’une tâche critique nécessaire sinon majeure : retracer ou réinventer des filiations entre les écrivains – au sein d’un domaine en expansion et en perpétuelle transformation.

Prices from (excl. VAT):

€39.00$50.00
Add to Cart
Aline Mura-Brunel, Professeur des Universités, enseigne la littérature française des XIXe, XXe et XXIe siècles à l’Université de Pau. Ses recherches portent sur la poétique du roman français des XIXe, XXe et XXIe siècles. Elle a publié deux essais: Béatrix et la logique des contraires (1997) et Silences du roman: Balzac et le Romanesque contemporain (2004); co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs et numéros de revues.
Aline MURA-BRUNEL : Introduction
Jean-Gérard LAPACHERIE : Quand le roman représente les convention qui le régissent.
Aline MURA-BRUNEL : Balzac/Echenoz : un couple insolite
Marie FOURNOU : Représentations du féminin chez Théophile Gautier et Jean Echenoz, une postériorité déroutante : de l’ascendance niée au renouvellement
Jackie RUBICHON : Au Piano de Jean Echenoz : un roman néo-réaliste
Maud FOURTON : L’écrivain et son trouble : l’éditeur (à propos de Jérôme Lindon de Jean Echenoz)
Sébastien BONNEMASON-RICHARD : Les filiations insolites – Jean Echenoz, avant-garde l’air de rien
Nadine LAPORTE : Jean Echenoz. pour une littérature vagabonde : de L’Equipée malaise a Au Piano
Christina HORVATH : Eric Laurrent : héritier, pasticheur ou épigone de l’esthétique échenozienne ?
René AUDET : Eric Chevillard et l’écriture du déplacement : pour une narrativité pragmatique
Marie-Odile ANDRÉ : Filiation insolite : un vaillant petit Chevillard
Laurent DEMANZE : Roland Barthes : une écriture orpheline
Résumés