L'élaboration du mythe de soi dans l'oeuvre de Samuel Beckett

Series: 

Dans L'Elaboration du mythe de soi Solveig Hudhomme démontre comment les oeuvres de Samuel Beckett construisent leur propre mythe, mythe d'un espace, d'une intériorité permanente par-delà les frontières textuelles. Cette intériorité, ce que l'on peut appeler "le soi", est un lieu affranchi du biographique, du "moi", mais peuplé d'invariants. Cette étude se concentre sur la façon dont les histoires introduisent un principe de répétition et de reconnaissance, reconnaissance d'un lieu, d'une trame, d'un personnage. Dans l'ordre du récit, la contingence laisse place à la nécessité.

In L'Elaboration du mythe du soi Solveig Hudhomme highlights how Samuel Beckett’s works build a myth of their own, the myth of a space, a permanent inner space going beyond the textual boundaries. This inner place, "the self" as we can call it, is a place liberated from biography, from the « ego » but also a place in which some invariants can be found. This study focuses on the way stories introduce a principle of repetition so that the reader can recognize a place, a narrative, a character. As the story develops, contingency slowly grows into necessity.

Prices from (excl. shipping):

$121.00
Add to Cart
Solveig Hudhomme, Docteur en littérature française, Université Paris 8 - Vincennes-Saint Denis, est professeur agrégé de Lettres Modernes et enseigne dans le secondaire.
“Au cours des neuf chapitres de cette étude, l’auteur analyse les différentes parties ou “constituants” du discours mythique beckettien. Son analyse porte, par conséquent, sur l’œuvre entière, mais privilégie le genre narratif qui se prête plus aisément à l’analyse structurale du récit telle qu’elle est pratiquée ici. […] D’autres motifs narratifs participant de cette architecture mythique sont aussi analysés dans certains récits (Compagnie, Le Dépeupleur, Mercier et Camier, L’Innommable, Molloy), et montrent comment l’œuvre participe de sa propre mythification en créant ses propres réseaux de signification et ses propres thématiques.”
- Nadia Louar, in La Revue des Lettres Modernes, No. 7 2020
Introduction : Écriture du/de soi : l’élaboration d’une entité mythique.
Mythologies beckettiennes
Circonscrire le mythe
De la pluralité des personnages à la permanence de l’archétype
Motif de la pénultième
La fable des « vieilles histoires »
Les « vieilles histoires »
La fondation du soi : « conte », « féerie » et autres « fantaisies »
Fable et compagnie
Le temps du mythe
« Présent mythologique » : le temps des limbes
L’anticipation comme principe d’annulation
La nominalisation du récit : un « aujourd’hui sans avant ni après »
Le mythe de l’œil
L’Œil personnage
« L’inspection » : motif du regard inquisiteur
« The eye suicide » : Naissance de l’image
« Qu’est-ce que j’appelle voir et revoir ? »
Forcer l’image
« La folle du logis »
La perception comme scène
Les « écarquillés »
L’utopie du crâne
Le cylindre : mise en image du soi
Négociation du soi
L’observation de soi
Géométrie du soi
L’Abandonné
Polyphonie pour un soi
Le mythe d’une voix
L’entreprise polyphonique : le mythe du ventriloque
Variations pronominales et avènement du soi
Une parole en soi
Mythe et « aséité »
« Soi soi-disant »
Conclusion : Mythe et écriture, l’acte narratif en question
Bibliographie
  • Collapse
  • Expand