Naviguer par titre

Chateaubriand

Une identité trinitaire

Series:

Béatrice Didier

Par sa situation historique, par la variété des expériences qu'il a vécues, Chateaubriand dans les Mémoires d'Outre-tombe semble parfois être pris de vertige : comment affirmer qu'il est bien le même ? La défense de la liberté lui semble être une constante de son identité. Mas ce combat suffit-il à gommer ses contradictions ? N'y a-t-il pas des failles dans le portrait qu'il entend donner de lui-même ? Faut-il les camoufler, ou permettent-elles, au contraire, d'explorer la richesse d'un (ou plusieurs) moi virtuel qui sous-tendrait toute son existence et que cet « autre moi » de l’écrivain ne parvient pas non plus à épuiser complètement ?

Series:

Gilles Cuniberti

Comment justifier de faire produire effet aux jugements rendus par des tribunaux étrangers? La question est ancienne dans le monde de common law. Tant l’Angleterre que les Etats-Unis ont développé des théories originales fondant l’accueil des jugements étrangers et dessinant une partie du régime de cet accueil. Dans la tradition juridique continentale, la question du fondement de l’effet des jugements étrangers n’a en revanche guère été approfondie. Elle devrait pourtant être essentielle, en permettant soit d’expliquer les solutions retenues par le droit positif, soit de les rationaliser.
Ce cours présente et critique les différentes théories et fondements existant en droit comparé. Certaines mettent en avant les intérêts privés des justiciables, à l’instar du droit à l’exécution des jugements promu par la Cour européenne des droits de l’homme. D’autres privilégient les intérêts des Etats, qu’ils soient purement économiques ou plus politiques. Enfin, le cours s’interroge sur le fondement de la circulation des jugements dans les systèmes fédéraux, en insistant plus particulièrement sur le principe de confiance mutuelle prévalant dans l’Union européenne.

Series:

Edited by Annemie De Gendt and Alicia Montoya

La pensée sérielle : du Moyen Age aux Lumières se propose d’étudier le phénomène discursif de la série, du Moyen Age à la première modernité. Le volume enrichit nos connaissances sur la façon dont la notion de série – actualisée entre autres sous la forme des sept vices et vertus, des cinq sens, de l’hexaëmeron - a été pensée et mise en forme dans les écrits philosophiques et littéraires et, de manière moins exhaustive, dans la peinture et la musique. Une réflexion méthodologique et théorique introduit le volume, offrant de nouvelles pistes scientifiques.

La pensée sérielle : du Moyen Age aux Lumières, a collection of essays edited by Anne-Marie De Gendt and Alicia C. Montoya, proposes to study the discursive phenomenon of the series, from the Middle Ages to early modernity. The volume sheds light on the way the concept of the series – manifested among others through the seven vices and virtues, the five senses, or the Hexameron – has been thought and formalized in philosophical and literary texts and, to a lesser extent, in music and the visual arts. A methodological and theoretical reflection introduces the volume, offering new scholarly approaches to the phenomenon.

Series:

Horatia Muir Watt

Il est frappant que le débat politique dans les démocraties occidentales, polarisé désormais autour de l’identité, collective ou individuelle, tend à emprunter des termes juridiques et, avec eux, de nouvelles formes de dogmatique. A cet égard, le droit est convoqué de plus en plus à titre défensif, pour produire un discours légitimant l’exclusion de l’altérité. Revenir, aujourd’hui, sur les méthodes du droit international privé, s’inscrit ainsi dans le questionnement que doivent mener toutes les sciences sociales et humaines sur les modes d’accueil de la différence des cultures, des pratiques ou des formes de vie. Profondément impliqué dans les processus de transformation que l’on désigne sous l’étiquette, devenue très polémique, de la globalisation, le droit international privé se prête en particulier à une interrogation sur la vision du monde dont il est porteur. Tandis que les divers concepts juridiques qui relèvent spécifiquement de son champ disciplinaire émigrent vers l’arène politique, au service d’une cause défensive ou offensive, protectrice de valeurs menacées ou promotrice de lumières, insulaire ou d’ouverture, selon les cas, elle est traversée en retour par les oppositions qui s’y affrontent autour de la place de l’extranéité au sein de la société nationale.

Series:

Edited by Sjef Houppermans, Manet van Montfrans, Annelies Schulte Nordholt, Sabine van Wesemael and Nell de Hullu-van Doeselaar

Ce volume comporte un dossier sur la thématique de l’argent dans A la recherche du temps perdu. Chez Proust, l’argent est beaucoup plus que l’argent, il devient véhicule de passion, de pulsion, d’excès. Loin de se limiter à la dimension sociologique du roman, il joue un rôle à d’autres niveaux : esthétique, imaginaire mais surtout affectif, dans le motif récurrent du don. Dans une série de huit études, le dossier éclaire les diverses facettes de cet imaginaire de l’argent, qui s’infiltre dans les relations humaines ainsi que dans l’art.
Dans la section mélanges, on trouvera des études sur le Paris proustien, sur les objets et les arts décoratifs dans la Recherche et sur l’amitié de Proust avec Robert de Flers.

The greater part of this issue is devoted to the topic of money in the Recherche. In Proust’s work, money is so much more, it is the vehicle of passions, impulses and excess. Apart from its sociological references, money plays a role at other levels of the novel: the aesthetic, the imaginary and above all the affective dimension, with the recurrent motive of gift. With a series of eight studies, the present issue throws a light on this imaginary of money, which infuses human relations and art.
The Miscellanea section includes studies about Proust’s Paris, about art objects and decorative arts in the Recherche and on Proust’s friendship with Robert de Flers.

Series:

Edited by Paul Pelckmans

Les Fables de La Fontaine multiplient les échos savamment aménagés. Le présent recueil voudrait souligner qu’elles aménagent aussi toute une intertextualité interne: les douze Livres regroupent des textes qui avaient déjà circulé séparément et dont la mise en série, même si elle ne débouche sur aucune structure globale du recueil, crée quelquefois des irisations assez paradoxales. Les études ici rassemblées cherchent à définir les critères qui permettent de reconnaître ces sériages, que La Fontaine souligne rarement pour laisser à la sagacité du lecteur le plaisir de les repérer. On voudrait montrer aussi que certaines fables très connues prennent, à la faveur de ces voisinages, une couleur fort inattendue.

La Fontaine’s Fables cultivate a sophisticated art of subtle echoes. They also set up occasionally a discreet internal intertextuality: the twelve Books of the definitive edition group texts that had already circulated separately and create somewhere brief series with very surprising iridescences. The author’s of the present essays search to define benchmarks that may allow to recognize this series: La Fontaine mostly preferred not to stress them explicitly, it should be the reader’s pleasure to locate them! The essays show also that some very well-known fables present, when read in combination with their neighbour-texts, a completely unexpected physiognomy.

Avec les contributions de / contributors: Julien Bardot, Patrick Dandrey, Marc Escola, Sjef Houppermans, Yves Lepestipon, Paul.J.Smith, Tiphaine Rolland

Marcel Proust, roman moderne:

perspectives comparatistes

Series:

Edited by Vincent Ferré and Raffaello Rossi

Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes a pour origine un colloque organisé en juin 2015 à l’université Paris Est Créteil, pour conclure un programme associant des chercheurs venus de toute l’Europe pour croiser langues et disciplines en confrontant lectures et interprétations de l’œuvre proustienne par des écrivains contemporains ou modernes (Salinas, Bon, Beckett…), en comparant Proust et Genet, Barnes, Cohen, Pessoa, Joyce ou Kafka ; ou réfléchir à sa relation à Ruskin, aux questions philosophiques soulevées par cette œuvre… Autant de « perspectives comparatistes » sur la manière dont l'histoire du roman proustien se dessine aujourd’hui, au gré des réceptions et des réécritures.

Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes has its origins in a conference that took place at Paris Est Créteil University (France), in June 2015 as a conclusion to an international program: scholars from all over Europe, combining languages and disciplines, confronted readings and interpretations of A la Recherche by modernist and contemporary writers (such as Salinas, Bon and Beckett), comparing Proust and Genet, Barnes, Cohen, Pessoa, Joyce and Kafka; but also reexamining classical issues such as Proust’s relation to Ruskin and philosophical questions raised by his novel… These “comparatist perspectives” shed a light on the continuing history and reception of A la Recherche.

« La chose de Waterloo »

Une bataille en littérature

Series:

Edited by Damien Zanone

« La Chose de Waterloo » : l’expression inventée par Victor Hugo dit bien la difficulté qu’il y a à qualifier la bataille du 18 juin 1815. Qu’est-elle devenue au fur et à mesure de ses incessantes évocations depuis deux cents ans dans les textes les plus divers (livres d’histoire, Mémoires, roman, poésie, théâtre) ? L’ouvrage veut comprendre les ressorts de cette incantation prolongée qui, à force de narrer toujours les mêmes événements, en précise et en brouille tout à la fois le souvenir. La question est approchée à travers l’étude des représentations littéraires les plus célèbres de la bataille (Stendhal, Hugo), mais aussi de textes beaucoup plus rares.

Victor Hugo's expression « La Chose de Waterloo » emphasizes the two hundred year quandary of adequately describing the battle, held on June 18th 1815. What are the various ways in which a variety of texts (history books, memoirs, novels, poetry, plays) have tried to evoke this event? This book tries to understand the mechanisms of this phenomenon which, by telling the same events over and over, makes them more precise and less clear at the same time. The question is approached through the study of some of the most famous literary representations of the battle (Stendhal, Hugo), but also through less well-known texts.

Avec des contributions de/contributors:
Andrea Del Lungo, Philippe Dufour, Jean-Marc Hovasse, Jean-Marc Largeaud, Boris Lyon-Caen, Catherine Mariette, Claude Millet, Jacques Neefs, Michael Rosenfeld, Tiphaine Samoyault, Nathalie Saudo-Welby, Nicole Savy, Pierre Schoentjes, Catriona Seth, Alain Vaillant, Damien Zanone.

Les mémoires de Maalaŋ Galisa sur le royaume confédéré du Kaabu

Un récit en langue mandinka de la Guinée-Bissau

Series:

Cornelia Giesing and Denis Creissels

Edition d'un récit en mandinka par Maalaŋ Galisa (octobre 1988) sur la constitution et les conditions de vie au Kaabu, territoire situé entre la Gambie, le Sénégal et la Guinée-Bissau, connu depuis le 16e siècle et détruit vers 1867. La gamme des sujets couvre: le peuplement, le gouvernement, les codes de conduite des guerriers, religieux, esclaves et 'hôtes étrangers', les règles de l'esclavage, du mariage et de la succession, la coexistence des religions, les relations entre groupes d'âge et de genre.
Le texte diffère d'autres qui se focalisent sur un unique fondateur-patriarche, Tiramakan de l'épopée de Sunjata. Galisa parle du sud-est du Kaabu, à la frontière avec la Guinée. Il ajoute des couleurs locales au modèle mandinka, évoquant la puissance féminine et certains conflits violents.

Edition of a recital in Mandinka by Maalaŋ Galisa (October 1988) on the political constitution and living conditions in Kaabu, a territory situated between present Gambia, Senegal and Guinea-Bissau, known since the 16th century, definitely destroyed in 1867. The narrative presents a range of topics covering governance, codes of conduct of warriors, clerics, slaves and 'strangers', rules of slavery, marriage and succession, the cohabitation of different religions, relations of age and gender.
This text is distinctive from others focussing on a single founder-patriarch, Tiramakan of the Epic of Sunjata. Galisa focuses on South-eastern Kaabu, bordering on the region of Labé (Guinea). He adds local colours to the Mandinka model, depicting powerful women and violent conflicts resulting from injustice.

Abdulqawi A. Yusuf

Le panafricanisme offre un point de vue privilégié permettant de rendre compte de l’évolution des rapports entre l’Afrique et le droit international. Tout d’abord, en tant que continent dont les entités politiques étaient exclues du champ d’application de la conception eurocentrique du droit international qui était en vigueur au sein du club des soi-disant «nations civilisées ». Ensuite, à travers l’émergence des Etats africains comme sujets de droit international prêts à contribuer à la réforme et au développement du droit en tant que système normatif interétatique universel. Enfin, en tant que membres de l’OUA et puis de l’UA, agissant collectivement pour l’élaboration de principes novateurs et des règles du droit international, qui malgré leur application limitée au contexte des relations intraafricaines, transcendent, d’une part, les règles similaires existantes au niveau universel, et, d’autre part, les complètent en élargissant leur champ d’application.
Le panafricanisme est passé d’un mouvement de la diaspora constitué d’individus et d’associations engagés dans le combat pour l’émancipation des peuples africains, à des regroupements d’Etats indépendants et d’organisations intergouvernementales. L’objectif de la présente étude
est de décrire et analyser les rapports entre le panafricanisme et le droit international à travers les différentes étapes de l’évolution du mouvement panafricaniste.