Browse results

Author: Yousra Abourabi
Depuis l’avènement du règne de Mohammed VI en 1999, le Maroc déploie une politique étrangère continentale. Le Royaume ambitionne d’être reconnu comme une puissance africaine émergente dans son identité comme dans son espace de projection. Afin de satisfaire ces ambitions l’appareil diplomatique se développe et se modernise, tandis qu’une identité de rôle singulière émerge autour de la notion de « juste milieu », soutenue par un cadre de légitimation discursif ainsi que par la conduite d’une « stratégie indirecte ». Cette étude présente, sur le plan empirique, les conditions de l’élaboration et de la conduite de cette politique africaine, et analyse, sur le plan théorique, l’évolution de l’identité de la puissance marocaine au regard de cette politique africaine.

Since Mohammed VI's accession to the throne in 1999, Morocco has pursued a continental foreign policy. The Kingdom aspires to be recognized as an emerging African power both in its identity and in its space of projection. In order to satisfy these ambitions, the diplomatic apparatus is developing and modernising, while a singular role identity is emerging around the notion of the "golden mean", supported by a system of discursive legitimisation as well as by the conduct of an "indirect strategy". This study presents, on an empirical level, the conditions of the elaboration and conduct of this African policy, and analyses, on a theoretical level, the evolution of the identity of the Moroccan power with regard to this African policy.
Exotisme et établissement français aux Îles (1625-1671)
Cette étude propose d’examiner les ramifications historiques de l’exotisme à partir d’une lecture critique de l’ Histoire générale des Antilles (1654/1667-71) écrite par le missionnaire dominicain, Jean-Baptiste Du Tertre. En procédant d’une analyse littéraire, notre étude suggère une reconfiguration de l’exotisme basée à la fois sur la théorisation contemporaine et sur le contexte historique et l’esthétique de l’époque. Notre travail se veut donc à la fois théorique en offrant une analyse critique des différentes orientations de l’exotisme ; et historique, en présentant une lecture approfondie d’une œuvre dont l’importance est considérable aussi bien pour l’histoire de la littérature française et antillaise que pour l’histoire de l’anthropologie. À cet égard, cette étude fournira aussi une exploration de la toute première colonisation française des îles et de la manière dont elle a été représentée.

This book examines the historical ramifications of the concept of exoticism through a literary analysis of Histoire générale des Antilles (1654/1667-71) written by Dominican missionary Jean-Baptiste Du Tertre. The study gives a thorough account of the early French colonization of the islands and the ways in which this violent process of cultural encounters was represented. It argues for the necessity to reconfigure the notion of exoticism, both by revisiting contemporary theorization and by contextualizing it in regard to the history and aesthetics of the times. The study is thus both theoretical, in proceeding by a critical reading of different orientations of exoticism, and historical in offering an in-depth study of an author and a period that have received little attention despite their impact on French Caribbean literature and on the history of anthropology.
Qu’ils soient naturalistes, décadents, anarchistes ou symbolistes, les romanciers fin-de-siècle se livrent à la quête du rare et de l’étrange, luttent contre les angoisses et les chimères, cherchent à briser, voire dépasser les limites du roman. Le présent ouvrage propose de réfléchir sur la richesse de la création romanesque de l’époque crépusculaire en réunissant quatorze contributions consacrées aussi bien aux classiques qu’aux auteurs rarement étudiés, voire méconnus. Ainsi se rencontrent ou se retrouvent dans ce lieu N. Casanova, G. Darien, L. d’Herdy, J. de Tinan, L. Bloy, H. Céard, O. Mirbeau, J. Lorrain, P. Louÿs, R. Vivien, Rachilde, C. Mendès, J.-K. Huysmans, H. Fleischmann. Voici un guide qui a pour but d’accompagner le lecteur dans la (re)découverte de l’univers finiséculaire en l’invitant à connaître ses mystères.

Whether naturalists, decadents, anarchists or symbolists, fin-de-siècle novelists engage in a quest for the rare and the strange, in a fight against anxieties and chimeras, they seek to break with, exceed the limits of a novel. This work offers a reflection on the richness of the novels created in this twilight period by bringing together fourteen contributions devoted both to the classics and to authors rarely studied. Thus, one may encounter or find here: N. Casanova, G. Darien, L. d'Herdy, J. de Tinan, L. Bloy, H. Céard, O. Mirbeau, J. Lorrain, P. Louÿs, R. Vivien, Rachilde, C. Mendès, J.-K. Huysmans, H. Fleischmann. Here is a guide which aims to accompany the reader in his (re)discovery of the finisecular universe by inviting him to face its mysteries. .
Cartographie d’un genre émergent
Editor: Alexandre Gefen
Si les siècles qui précédaient avaient vu le couronnement du roman, la littérature du XXIe siècle débute avec le triomphe du document : écritures de voyage, d’investigation, enquêtes judiciaires ou ethnologiques, autobiographies, factographies, factions, rapports et enregistrements littéraires, et autres formes de récits refusant de se dire fictions occupent nos librairies : émerge sous nos yeux une toute nouvelle littérature d'information, de témoignage, d’inventaire ou de documentation. Or ces textes ne se contentent pas de déjouer les critères des classements des bibliothèques et d’intriguer les théoriciens du récit, ils modifient profondément les catégories du littéraire et imposent leur poétique propre. C’est dire si l’heure est à inventorier et à comprendre les territoires de la non-fiction, genre capital de notre contemporain.

If the previous centuries had seen the crowning of the novel, the literature of the 21st century begins with the triumph of the document: travel writings, investigative, criminal or ethnological investigations, autobiographies, “factographies”, factions, literary reports and recordings, and other forms of narrative that refuse to call themselves fictions occupy our bookstores : a whole new literature of information, testimony, inventory or documentation is emerging before our eyes. Yet these texts not only thwart the criteria of library classifications and intrigue narrative theorists, they also profoundly modify the categories of the literary and impose their own poetics. In other words, the time has come to inventory and understand the territories of non-fiction, the capital genre of our time.
In À l’ombre des grandes puissances de Mésopotamie. Une histoire du Sūhu à l’époque néo-assyrienne, Philippe Clancier studies the Sūhu region of the Euphrates river, on the border of Assyria and Babylonia. He reconstructs its geography by presenting the fauna and flora, and by identifying sites and the layout of traffic routes. After going back to the 2nd millennium BC to explain the origin of its main dynasty, he highlights the partition of Sūhu into two main kingdoms before its reunification in the 8th century BC and its later conquest by Assyria. Thanks to an interdisciplinary approach that combines written sources, archaeological data and travellers’ accounts, Philippe Clancier offers for the first time a history of this region in the neo-Assyrian period.
Abrégé arabo-latin de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote. Édition critique, traduction française et introduction
This volume contains the first critical edition of the Summa Alexandrinorum, that is the medieval Latin translation made in 1243 by Hermann the German of an Arabic abridgment of the Nicomachean Ethics known as the Iḫtiṣār al-Iskandarānīyīn. It is accompanied by a French translation. The volume also contains a full study of the manuscript tradition of the Latin text and sets out the principles used in the edition, which takes account, where necessary, of the Arabic version of the text, which has survived in the form of fragments. A study of the origin of the Summa Alexandrinorum and the relations between the Summa and the fragments and testimonies which are extant in other traditions and different languages completes the volume.

Ce volume propose la toute première édition critique, accompagnée d’une traduction française, de la Summa Alexandrinorum, traduction latine médiévale exécutée en 1243 par Hermann l’Allemand d’un abrégé arabe de l’ Éthique à Nicomaque connu sous le titre d’ Iḫtiṣār al-Iskandarānīyīn. Il présente également une étude complète de la tradition manuscrite du texte latin, et les principes d’édition adoptés dans l’édition, qui prennent en compte, ponctuellement, la version arabe du texte qui a été conservée sous la forme de fragments. L’étude de l’origine de la Summa Alexandrinorum et des relations entre la Summa et les fragments et témoignages conservés dans d’autres langues et appartenant à autant de traditions parallèles et diverses vient compléter ce volume.
Le statut juridique des standards publics et privés dans les relations économiques internationales, by J. WOUTERS, directeur du Leuven Centre for Global Governance Studies.
La question des standards publics et privés dans les relations économiques internationales, et celle de leur statut juridique, soulève de nombreux problèmes, et prend de plus en plus d’importance dans le débat juridique actuel, mais reste pourtant peu connue des juristes : comment peut-on préserver l’équilibre délicat entre choix politique de la norme entre plusieurs options ayant des conséquences différentes pour l’intérêt général, et raisonnement économique qui vise à trouver la norme facilitant les échanges commerciaux de la manière la plus efficace ? Ces normes émergent-elles de manière spontanée, ou doivent-elles être codifiées ? Comment maintient-on le dialogue entre pratique et codification ? Quelle que soit la forme que prennent les standards, existe-t-il une différence entre normes publiques et normes privées ? Les normes édictées par les uns peuvent-elles contrarier ou entrer en conflit avec celles édictées par les autres ? Comment vérifier le respect des normes, alors que, dans un monde globalisé, les opérateurs sont de plus en plus nombreux et dispersés à travers la planète ? Comment assurer la démocratie dans des processus largement privés ?
La présente étude tente d’éclaircir certains de ces points, tout en interrogeant le futur de ces normes. Dans une première partie, nous définirons tout d’abord les termes essentiels au problème, et tenterons de mieux comprendre ce que sont les normes. Dans une seconde partie, nous nous pencherons sur les standards régissant les relations contractuelles, et sur la différence entre harmonisation spontanée et codification active. La troisième partie sera consacrée aux conflits entre standards privés et normes publiques, et à la question de savoir comment les résoudre. Dans une quatrième partie, nous nous intéresserons à la question de la certification comme solution au problème d’effectivité, et verrons quels écueils celle-ci peut amener. Enfin, la dernière partie abordera le problème de la légitimité démocratique, et tentera de repenser le concept de démocratie, appliqué à la problématique qui nous occupe.

Le droit international de la biodiversité, S. MALJEAN-DUBOIS, Directrice de recherche au CNRS, CERIC.
Par leur globalité et leur gravité, les menaces pesant sur la biodiversité font naitre un pressant besoin de droit international. Les États ont adopté en 1992, sous l’égide des Nations Unies, la Convention sur la diversité biologique, qui a un champ d’application très large. Mais de nombreuses conventions sectorielles et/ou régionales coexistent à ses côtés et ont vocation à protéger la biodiversité en tant que telle ou certains de ses éléments, tout comme un ensemble de règles coutumières. L’étude du droit international de la biodiversité conduit aussi à dépasser les enjeux, certes essentiels, de protection ou préservation pour aborder les questions que posent l’utilisation et l’exploitation de la biodiversité : la pêche, la chasse, le commerce, la biosécurité, ou encore l’accès à la biodiversité et le partage des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques. En cela, le droit international de la biodiversité entre en interactions, et parfois en conflit, avec d’autres règles du droit international, portant sur le commerce, les investissements, la mer ou les droits de l’homme. L’ambition de ce cours n’est pas d’offrir une présentation exhaustive d’une matière abondante mais encore éparse, mais bien plutôt de participer à sa conceptualisation. Le droit international de la biodiversité est aussi un excellent laboratoire pour étudier les évolutions en cours du droit international contemporain. Institutionnalisation de la coopération, développement d’un droit dérivé à la normativité discutée, fragmentation, articulation entre règles coutumières et conventionnelles, rôle du juge international, mécanismes de contrôle et d’accompagnement de l’État innovants, réparation des dommages, sont autant d’enjeux fondamentaux qui dépassent largement le droit international de la biodiversité, mais qu’il se révèle très instructif d’aborder au prisme de ce dernier.

The global nature and acuteness of the threats to biodiversity create a pressing need for international law. In 1992, under the aegis of the United Nations, States adopted the Convention on Biological Diversity, which has a very broad scope of application. But many sectoral and/or regional conventions coexist alongside it and are intended to protect biodiversity as such or some of its components, as well as a set of customary rules. The study of international biodiversity law also leads us to go beyond the stakes, which are certainly essential, of protection or preservation to address the issues raised by the use and exploitation of biodiversity: fishing, hunting, trade, biosafety, or access to biodiversity and the sharing of the benefits arising out of the utilization of genetic resources. In this, international biodiversity law interacts with, and sometimes conflicts with, other rules of international law, including international trade, investment, maritime and human rights law. The ambition of this course is not to offer an exhaustive presentation of an abundant but still sparse material, but rather to contribute to its conceptualization. International biodiversity law is also an excellent laboratory for studying the ongoing developments of contemporary international law. The institutionalization of cooperation, the development of a secondary law of uncertain normativity, fragmentation, the articulation between customary and conventional rules, the role of the international judge, innovative control mechanisms and, more broadly, State support mechanisms, compensation for damages, are all fundamental issues that go far beyond international biodiversity law, but which it is very instructive to approach through the prism of the latter.