Browse results

You are looking at 1 - 10 of 10 items for :

  • Literature, Arts & Science x
  • Social Sciences x
  • Primary Language: French x
Clear All

Noces pour femme seule

Le féminin et le sacré dans l’oeuvre d’Albert Camus

Series:

Geraldine F. Montgomery

Alors que l’œuvre d’Albert Camus est souvent perçue comme dominée par le masculin, Noces pour femme seule étudie pour la première fois l’importante présence du féminin dans l’ensemble des textes fictifs, la reliant à celle du sacré. La mise en présence de ces deux paradoxes de l’œuvre y dégage de nouvelles lignes de force et met en évidence, à travers les présences et les voix féminines, des aspirations fondamentales souvent méconnues.
L’analyse du paradoxe du sacré, d’ordre religieux et philosophique, cherche à concilier l’agnosticisme de l’auteur et sa philosophie initiale de l’absurde, qui nie toute transcendance, avec un sens du sacré quasi omniprésent. L’analyse du paradoxe du féminin, d’ordre mythique et psychique et se manifestant à travers un jeu alterné d’absences/présences et de silences/paroles, se base principalement sur une approche sémiotique kristevienne du maternel et du féminin comme “dernier refuge du sacré”.
Cette double approche éclaire les différends métaphysiques entre le masculin et le féminin, la solitude de la femme, et enfin l’expérience initiatique de “La Femme adultère”, nouvelle qui culmine dans la fusion des deux paradoxes traités — soit les “noces” du féminin et du sacré. Finalement, il apparaît au cours de l’étude que la relation du féminin et du sacré dans l’œuvre est fondée sur l’expérience du désir qu’engendre l’absence/silence de l’Autre.

Entre Classicisme et Modernité

La Nouvelle Revue Française dans le champ littéraire de la Belle Epoque

Series:

Maaike Koffeman

La Nouvelle Revue Française, qui fut selon François Mauriac la « rose des vents » de la littérature française de l’entre-deux-guerres, jouit en France d’un prestige incomparable. Dans Entre Classicisme et Modernité, Maaike Koffeman remonte aux origines de cette légende par le moyen d’une analyse à la fois historique, littéraire et sociologique des premières années de la NRF. Elle montre que les éléments principaux de sa réussite se mettent en place dès avant la Grande Guerre. Son ascension remarquable ne dépend pas uniquement de la qualité de ses textes, mais aussi des stratégies employées par ses rédacteurs pour lui conquérir une position dominante dans le champ littéraire de la Belle Epoque.
Cette étude combine une approche institutionnelle, inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, avec une analyse interne, centrée sur les idées et les œuvres littéraires. Ce faisant, elle démontre qu’il y a un rapport étroit entre le programme artistique de la NRF et sa position dans le champ littéraire. Son classicisme moderne lui permet de réunir les meilleurs écrivains de son temps et de fournir une contribution importante au renouvellement du roman français. Maaike Koffeman place les recherches artistiques de la revue dans un contexte international : à travers le concept du modernisme, elle montre comment la NRF aide à préparer la grande transformation du roman européen. Ainsi, elle veut parvenir à une évaluation plus complète et plus objective des efforts de cette revue dont Auguste Anglès a dit qu’elle a « renversé le barème des valeurs littéraires ».

The literary review La Nouvelle Revue Française enjoys an enormous prestige in France. In Entre Classicisme et Modernité, Maaike Koffeman explores the origins of this legend of French literary life by means of a historical, literary and sociological analysis of the first years of the review’s existence (1908-1914). She shows that the NRF owes its remarkable success not only to its high literary standards, but also to the strategies employed by its editors in order to conquer a dominant position in the French literary world. The review’s programme based on a ‘modern classicism’ allows it to publish the best authors of its time and to contribute to the regeneration of the French novel. This study places the artistic efforts of the review in an international context, showing that British novelists were a main source of inspiration for the concept of the roman d’aventure, which played an important role in the development of early literary modernism. Maaike Koffeman thereby offers a more complete and more objective evaluation of the achievements of a review that is said to have changed the course of French literature.

De la lettre à l'écran

Les Liaisons dangereuses

Series:

Brigitte E. Humbert

Un panorama des différentes approches critiques sur le transfert de la page à l'écran offre ici un contexte à la comparaison entre le roman de Laclos et plusieurs de ses adaptations filmiques: Les Liaisons dangereuses 1960 (1959) de Roger Vadim, Dangerous Liaisons (1988) de Stephen Frears, Valmont (1989) de Milos Forman et Cruel Intentions (1999) de Roger Kumble. Prenant en considération le rôle de la lettre en tant qu'agent narratif, cette étude compare les techniques narratives employées dans l'original et dans les adaptations, avant d'examiner le rôle de la lettre en tant qu'agent de l'intrigue et d'analyser chacune des oeuvres.
Examinant pour la première fois les problèmes spécifiques posés à l'adaptateur par la forme épistolaire, ce livre, qui propose aussi bien une historique et un état présent de la relation entre les deux genres que de nouveaux aperçus sur cette relation, ne manquera pas d'intéresser, par ses analyses comparées des différentes oeuvres et la documentation qu'elle propose dans ses appendices, les spécialistes de littérature comme de cinéma. Elle offre aussi un précieux outil aux enseignants souhaitant apporter, par le biais de l'adaptation, une nouvelle perspective à leur enseignement de la littérature en général et du roman de Laclos en particulier.

Series:

Monique Saigal

Le but de ce livre est d’examiner les œuvres de trois auteures contemporaines dont le lien à la mère est à l’origine de leur désir d’écrire. Jeanne Hyvrard, professeur d’économie politique, se place sur un plan socio-économique mais le rapport pénible avec sa mère se manifeste dans son texte autobiographique La jeune morte en robe de dentelle. Par contre dans ses autres ouvrages, le terme “mère” prend une ampleur plus métaphorique et philosophique et Hyvrard développe ce qu’elle appelle une pensée-corps. Chantal Chawaf, née d’une mère agonisante, tente de se rattacher à elle en luttant pour la préservation du féminin. Elle crée une langue poétique et sensorielle où les sonorités et les métaphores tentent d’évoquer les perceptions ressenties par l’enfant dans l’intra-utérin. Annie Ernaux, de souche prolétaire mais professeur de Lettres et dont la mère est la femme qui a le plus compté pour elle, avoue avoir écrit pour lui plaire. Elle utilise une langue hybride qui mêle l’oral à l’écrit et relie son expérience personnelle à celle de toute une classe sociale. Hyvrard, Chawaf et Ernaux développent à travers leurs ouvrages une identité et une écriture qui mettent en relief l’importance de la mère. Elle est non seulement source de vie mais ce qui en elles les pousse à vouloir contribuer à la formation d’un monde meilleur.

Le Désir à l'oeuvre

André Gide à Cambridge 1918, 1998

Series:

Edited by Naomi Segal

Pendant l'été 1918, André Gide passa trois mois à Cambridge en compagnie de son jeune amant Marc Allégret. Ce séjour fut l'occasion de sa rencontre avec maints intellectuels anglais mais aussi la cause de la grande crise de son mariage, qui conduisit sa femme Madeleine à brûler toutes les lettres qu'il lui avait écrites depuis leur jeunesse. La complexité du désir chez Gide, son attitude envers les femmes et le féminin et envers la pédérastie et la pédagogie, son besoin inlassable des départs et des retours, l'exploitation du vécu dans ses oeuvres romanesques et la création de soi dans ses écrits non-fictionnels - voilà quelques-unes des matières qui sont développées dans ce livre.

Series:

Nathalie Roelens

Tout le monde en conviendra : lire n'est pas une activité de tout repos. La vue y est certes sollicitée, et même d'emblée, mais c'est pour aussitôt s'éclipser. S'il était purement vu, le texte (dans son sens étendu d'objet de l'interprétation) ne serait pas encore lu. La lecture proprement dite aura lieu dès l'instant où je cesse de voir ce qui m'est donné à voir pour me faufiler au-delà. J'embrasse à présent une réalité tri-dimensionnelle, je deviens le texte et le texte m'épouse, je flaire et je ressens, j'hallucine et je jubile, bref : je lis. La lecture sera synesthésique ou ne sera pas. Mon voyeurisme n'est plus trivial mais absolu. Or ce don de voyance que je m'accorde pour pallier mon aveuglement du départ n'est pas sans risques : je ne suis à l'abri ni de la méprise ni de la foi aveugle. Et c'est là le côté ironique de toute lecture. On a beau s'investir dans l'oeuvre, tôt ou tard l'enchantement sera rompu. Je me vois en train de lire, donc je ne lis plus. Le texte me renvoie soudain à mes propres limites. Il n'empêche que cet ébranlement du sujet soit souvent déclencheur d'une expérience esthétique, expérience qui porte également un enseignement : la lecture aujourd'hui engage quiconque s'y adonne à être prêt à abdiquer à chaque instant ou, du moins, à respecter l'illisible et l'inappropriable.
L'aboutissement de ce travail ce confond avec son présupposé majeur : inutile de vouloir maintenir le clivage entre lecture textuelle et lecture tout court (d'une image, du monde, d'un corps désiré, etc.), ce sont leurs empiètements qui restituent à ce geste ancestral et sans doute universel son souffle et son ampleur. Des scènes de perception entravée, lacunaire ou défectueuse, glanées dans le patrimoine littéraire et plastique contemporain (Proust, Cocteau, Michaux, Calvino, Manganelli, De Chirico, Alechinsky, Fuentes, Biély, Nabokov, Gombrowicz et tant d'autres) et appréhendées comme autant de simulacres de l'expérience de lecture, nous ont permis de cerner l'activité lectorielle au plus proche des textes.

Series:

Edited by David A. Powell

Sont réunis dans ce volume trente-sept essais traitant de la place occupée par George Sand dans la société de son temps, tant sur la plan politique, historique et social que littéraire. Ce recueil, édité par David A. Powell, chercheur en littérature française du XIXe siècle et spécialiste de George Sand, présente pour la première fois un ensemble de textes qui attestent le rôle fondamental joué par l'auteur berrichon à son époque, mais aussi après sa mort. L'envergure de son influence ne saurait se restreindre au domaine de la littérature comme en témoigna le Colloque International sur George Sand organisé par Hofstra University dans l'état de New York en 1996. Les textes publiés ici furent d'abord présentés sous forme de communications lors de ce colloque. Le chercheur, qu'il s'intéresse à l'histoire culturelle, sociale, politique, littéraire ou à d'autres domaines, trouvera dans la richesse de cette collection d'essais la preuve que l'œuvre de George Sand constitue véritablement une source intarissable de réflexion.

Le roman-photo

Actes du colloque de Calaceite (Fondation NOESIS). 21-28 août 1993

Series:

Edited by Jan Baetens and Ana Gonzalez

Rassemblant les actes du colloque international sur le roman-photo qui s'est déroulé à la Fondation NOESIS en août 1993, le présent volume aborde pour la toute première fois les diverses facettes du genre longtemps négligé qu'est la narration photographique.
Les grands spécialistes européens et américains du roman-photo présentent ici une synthèse des connaissances actuelles tout en formulant de multiples pistes de recherche pour les années à venir. Leurs interventions s'organisent autour de cinq axes-clé: l'histoire du genre, le problème de son lectorat, ses rapports avec des pratiques analogues tels le reportage ou le livre illustré, les questions relatives à la spécificité controversée du roman-photo et, enfin, l'analyse détaillée de ses plus belles réussites, anciennes ou contemporaines. Une bibliographie très fouillée couronne l'ensemble.
Faisant alterner les voix des théoriciens et des critiques, des lecteurs et des praticiens, les actes de ce colloque constituent à la fois une somme et un laboratoire, un ouvrage de référence et un instrument de recherche.

Series:

Lia van de Biezenbos

Omniprésente dans son oeuvre mais loin d'être glorieuse, la maternité se trouve au centre de l'univers littéraire de Marguerite Duras. Le désir de retourner dans le sein maternel et l'impossibilité d'y parvenir se confondent dans le jeu de l'écriture pour composer le refrain sans fin qu'est ce désir d'osmose.
Dans cette étude, l'auteur se propose d'aller au-delà du lien entre l'omniprésence du personnage maternel et la réalité biographique de Duras en soulignant le caractère fictionnel de l'oeuvre. Des analyses textuelles rhétoriques et narratologiques lui permettent de souligner les représentations de la maternité et de la féminité dans les textes de Duras et dans la théorie psychanalytique freudienne. La confrontation de ces deux discours résulte en un dialogue entre Duras et Freud où les deux locuteurs fictifs sont respectés, mais soumis à une analyse critique. La question qui s'impose est de savoir si l'oeuvre de Duras contribue à confirmer la différence sexuelle définie dans le contexte social et ancrée dans la relation avec la mère, comme le prétend la psychanalyse freudienne, ou si elle contribue justement à la remise en question de cette différence sociale.
L'écriture de Duras manie les clichés culturels et les mythes qui entourent la mère et la maternité. Ceci se manifeste sous des aspects d'une grande variété. Cette thèse montre le jeu des variations sur les fantasmes soi-disant universels, variations qui se dessinent dans les répétitions apparentes qui prennent à chaque fois une forme nouvelle. L'originalité de Duras est de prendre les mythes et les fantasmes à la lettre, et ce procédé les rend parfois grotesques. La forme littéraire paradoxale donnée à ces fantasmes renverse le rapport entre le littéral et le figuré. Sans être moralisateurs, ils mettent ainsi en lumière le caractère fantasmatique de l'idéologie qui ancre la féminité dans la maternité.
Même maintenant, dix ans après le décès de Marguerite Duras, son œuvre inspire toujours de nombreux lecteurs. L'année du dixième anniversaire de sa mort célèbre cette oeuvre qui continue à nous fasciner. Le présent livre vous offre le plaisir d'une lecture enrichissante des fantasmes entourant le personnage de la mère. A travers une lecture qui adopte la littéralité et qui s'ajuste aux méandres du texte durassien, l'auteur de ce livre veut contribuer à mieux comprendre les conflits et les désirs, les fantasmes et les images, qui entourent le rôle féminin par excellence qu'est la maternité.