Naviguer par titre

You are looking at 101 - 110 of 369 items for :

  • Status (Books): LFB x
  • Primary Language: fr x
Tout effacer

Series:

Edited by Sjef Houppermans, Nell de Hullu-van Doeselaar, Manet van Montfrans, Annelies Schulte Nordholt and Sabine van Wesemael

Series:

Carla Taban

Molloy est sans doute l’une des œuvres beckettiennes qui a suscité le plus d’interprétations variées et parfois même contradictoires. Modalités po(ï)étiques de configuration textuelle : le cas de « Molloy » de Samuel Beckett prend comme point de départ cet état de fait, l’interroge et propose que la texture du roman en est largement responsable. En tant qu’artefact langagier, Molloy exploite exemplairement les possibilités contextuelles de signification de la langue française, aussi bien linguistiquement que littérairement.
L’ouvrage procède à une série de micro-lectures qui réévaluent à fond la fonction textuelle de ce qu’on convient d’appeler les « jeux de mots » de Molloy. Il montre que les manières dont ces « jeux » sont inscrits dans leurs environnements restreints et étendus favorisent l’actualisation des significations multiples. Ces possibilités plurielles de signification sont poursuivies conséquemment non seulement à travers le Molloy français, mais aussi à travers les rapports que celui-ci entretient avec le Molloy anglais, d’une part, et avec des textes beckettiens et non-beckettiens pré- Molloy, d’autre part. Les « jeux de mots » du roman se découvrent ainsi être les pierres angulaires d’une complexe configuration architexturale.
L’étude de cas de Molloy que présente Modalités po(ï)étiques de configuration textuelle est potentiellement pertinente pour l’ensemble du corpus beckettien dans la mesure où la méthode intégrative d’analyse utilisée est susceptible de révéler de nouvelles données concernant la particularité de texturation de ce corpus, de même que des œuvres individuelles qui le composent.
L’ouvrage s’adresse aux lecteurs de Beckett, mais aussi à ceux qui s’intéressent à des questions touchant à la traduction, voire l’auto-traduction littéraire, à l’intertextualité et aux approches linguistiques de la littérature qui reposent sur la sémantique cognitive et interprétative.

Series:

Suzanne Allaire and Muriel Tenne

Présence de Lorand Gaspar s’attache à montrer l’importance de l’œuvre du poète par une étude attentive à son espace textuel et à la densité de son questionnement.
Les analyses présentées explorent dans leurs lignes de force les domaines de réflexion d’une poésie qui, associant la démarche d’écriture à l’énergie inhérente au vivant, nourrit une pensée en quête de compréhension de l’humain. Au centre de ce livre, la parole de Lorand Gaspar et la réflexion que dans sa passion du vivant le poète mène sur la poésie, là où se tissent les liens entre parole et vie, parole et silence, parole et regard sur le monde.
Une voix est là qui parle au lecteur, l’appelant à partager, dans la tension d’une quête de silence, de lumière et de nudité, les grandes questions que pose la présence au monde de l’homme, ce corps-esprit où rien n’est séparable.
Ce livre s’adresse à tous ceux qu’intéresse une réflexion sur la poésie, à tous ceux aussi qui s’interrogent sur la médiation du langage et sur le rôle qu’il joue dans la saisie du « réel ». Mais son souci premier est d’inciter le lecteur à entrer dans une œuvre exigeante et à nouer le dialogue avec un poète qui est l’une des figures majeures de la poésie contemporaine.

Series:

Paul J. Smith

Réécrire la Renaissance, de Marcel Proust à Michel Tournier présente neuf lectures rapprochées autour d’un thème commun : la réécriture de la Renaissance dans la littérature française au XXe siècle. Paul J. Smith nous invite à une promenade littéraire chez quelques grands auteurs du siècle dernier – Proust, Yourcenar, Albert Cohen, Céline, Ponge, René Char, Perec, François Bon et Tournier – afin d’y étudier la présence de Rabelais et de Montaigne, et la réécriture de quelques thèmes chers à la Renaissance (le philosophe ambulant, le Juif Errant, la théorie des quatre éléments, la mythification de Jeanne d’Arc…). Ces essais se proposent non seulement d’éclairer tel ou tel aspect particulier des œuvres de ces auteurs modernes, mais également d’élargir cette vision à l’ensemble de leurs créations littéraires. Dans les cas de Proust, Céline, Ponge et Perec, la lecture rapprochée des Modernes, en proposant un autre regard sur ces écritures, permet de renouveler notre vision des auteurs de la Renaissance.

Series:

Emmanuel Gaillard

Also available as an e-book

Le droit de l’arbitrage, plus encore que le droit international privé, se prête à une réflexion de philosophie du droit. Les notions, essentiellement philosophiques, de volonté et de liberté sont au coeur de la matière. La liberté des parties de préférer aux juridictions étatiques une forme privée de règlement des différends, de choisir leur juge, de forger la procédure qui leur paraît la plus appropriée, de déterminer les règles de droit applicables au différend, quitte à ce qu’il s’agisse de normes autres que celles d’un système juridique donné, la liberté des arbitres de se prononcer sur leur propre compétence, de fixer le déroulement de la procédure et, dans le silence des parties, de choisir les normes applicables au fond du litige, soulèvent autant de questions de légitimité.
Le présent ouvrage s’attache à identifier les postulats philosophiques qui sous-tendent la matière, à montrer leur profonde cohérence et les conséquences pratiques qui en découlent dans la résolution des grands contentieux du commerce international.

Carnets de doute

Variantes romanesques du voyage chez J.M.G. Le Clézio

Series:

Isa Van Acker

Carnets de doute, qui propose une lecture novatrice de trois romans majeurs de J.M.G. Le Clézio ( Le livre des fuites, Le chercheur d’or, La quarantaine), s’adresse aussi bien aux chercheurs et étudiants universitaires qu’à tout lecteur amateur de Le Clézio. A partir de microlectures qui prennent en compte le détail du texte et visent à faire ressortir les champs de tension qui sous-tendent l’œuvre, Isa Van Acker examine les modulations lecléziennes de la thématique du voyage dans leurs divers rapports avec la tradition littéraire et les paradoxes qui marquent l’époque contemporaine. En un temps où la notion de voyage fait l’objet de critiques courantes comme de multiples tentatives de revalorisation, l’écriture leclézienne se caractérise selon l’auteur par une part d’inquiétude et d’interrogation qui, transformant ses romans en autant de « carnets de doute », est constitutive à la fois de leur richesse insoupçonnée.

Chevillard, Echenoz

Filiations insolites

Series:

Edited by Aline Mura-Brunel

A chaque rentrée littéraire, le nombre de romans publiés ne cesse de croître. Et même si tous, loin s’en faut, ne dépassent pas le temps d’une saison, il en est qui demeurent et qui témoignent de la vitalité et de la qualité de la littérature française d’aujourd’hui. Jean Echenoz et Eric Chevillard sont de ceux-là.
Par des analyses à la fois précises et profondes, les auteurs du présent volume explorent leurs œuvres respectives ainsi que quelques autres en interrogeant des parentés lointaines ou inattendues et prenant l’histoire littéraire à rebours. Bien que le dispositif épistémologique qui préside à l’acte d’écrire ait changé, la littérature continue de décliner les mêmes paradigmes.
Sans doute s’agit-il là d’une tâche critique nécessaire sinon majeure : retracer ou réinventer des filiations entre les écrivains – au sein d’un domaine en expansion et en perpétuelle transformation.

Series:

Edited by Murielle Lucie Clément

Plusieurs auteurs franco-russes sont déjà considérés par des chercheurs universitaires (Makine, Sarraute, Gary, Nabokov, Troyat). D’autres le sont moins ou pas encore (Gran, Bashkirtseff, Serge, Volkonskaïa). Écrivains franco-russes réunit ces écrivains dans leur spécificité commune et permet ainsi, d’une part, un début de répertoire actualisé et, de l’autre, l’initiation de la recherche sur le sujet en ce sens. Intéressant pour les universitaires et les amateurs avertis, cet ouvrage présente une vingtaine d’auteurs d’origine russe qui ont choisi d’écrire en français.

Series:

Edited by Alain-Philippe Durand

Encore plus peut-être qu’un Michel Houellebecq (que l’on voit rarement à la télévision), Frédéric Beigbeder est le symbole d’une nouvelle génération de romanciers qui agace l’intelligentsia. Ainsi, la constatation initiale qui se trouve à l’origine de ce volume est qu’à cause de sa personnalité et de ses activités multiples, Beigbeder existe uniquement pour ses innombrables fidèles à travers le monde qui se satisfont de la lecture de ses romans. Pour les autres dans leur grande majorité - les critiques, les universitaires, les intellectuels – il ne mérite aucune attention sérieuse, ses œuvres n’existent pas. Or, en ce qui nous concerne, l’équation n’est pas si simple. D’où les pages qui suivent. Ce premier volume entièrement consacré à Beigebder réunit donc des romanciers, des journalistes et des universitaires des deux côtés de l’Atlantique. Il contient également un entretien et une correspondance inédits de Beigbeder.

L’écriture hospitalière

L’espace de la croyance dans les Trois Contes de Flaubert

Series:

Cécile Matthey

L’Ecriture hospitalière porte sur la pratique intertextuelle des Trois Contes de Flaubert. C’est en particulier La Légende de saint Julien l’Hospitalier qui autorise cette investigation : plus qu’aucune autre œuvre de Flaubert en effet, ce conte obéit à une logique citationnelle. Le conte sacrifie l’originalité diégétique au profit de la transmission d’un récit traditionnel, imitant ainsi la posture du croyant vis-à-vis du message hagiographique qu’il contribue à mettre en circulation. Incorporer le texte référentiel (ou une parole sacrée), c’est s’abandonner à l’envahissement d’une puissance dévastatrice qui modifie profondément les contours de l’espace hospitalier. Le travail intertextuel s’inspire ici largement de l’accueil que réserve Julien au Christ à la fin du conte : l’invité est perçu comme un hôte monstrueux, étranger et terrifiant, qui force l’hospitalité plus qu’il ne la sollicite. Les Trois Contes sont donc porteurs de ce dieu mais accusent par là-même l’impuissance divine à se déployer sui generis. Les trois clausules des contes rappellent à leur manière la légende de saint Christophe qui, chez Flaubert, devient hôte, dans le sens le plus ambigu du terme : en acceptant la charge de l’enfant, Christophe fait naître un dieu qui lui réserve à son tour un espace céleste.