Naviguer par titre

You are looking at 1 - 3 of 3 items for :

  • Historical and Comparative Linguistics & Linguistic Typology x
  • Primary Language: fr x
Tout effacer

Aoristes et parfaits

En français, latin, corse, estonien et polonais

Series:

Edited by Pierre-Don Giancarli and Marc Fryd

Le présent volume regroupe onze contributions centrées sur le parfait et l’aoriste dans cinq langues : Joffre expose l’ambiguïté fondamentale du passif périphrastique et des déponents latins, tandis que Dalbera propose un invariant à son parfait. Giancarli vérifie l’existence d’une corrélation entre la variation d’auxiliaire et celle du participe passé du verbe corse. Le statut de parfait de la construction polonaise avoir + participe + objet est mis en doute successivement par Nowakowska et par Sikora. Treikelder se concentre sur l’émergence du parfait estonien en contexte atypique. En français, Lindschouw & Schøsler envisagent les relations entre circonstants temporels, passé compose et passé simple ; Vetters retrace la dérive aoristique de ce dernier tandis que Apothéloz se refuse à parler d’aoriste.

This volume is a collection of eleven contributions dealing with perfect and aorist tenses in five languages: Joffre shows the fundamental ambiguity of the periphrasis of Latin passive and deponent verbs, while Dalbera proposes an invariant meaning for its perfect. Giancarli tests the hypothesis of a correlation between the variation of auxiliaries and that of past participles in Corsican. The perfect status of the Polish have + participle + object construction is questioned in turn by Nowakowska and Sikora. Treikelder focuses on the Estonian perfect in atypical contexts. Concerning French, Lindschouw & Schøsler look at the relationships between time adjuncts, passé compose and passé simple; Vetters describes the aoristic evolution of the latter, while Apothéloz explains why it should not be considered an aorist.

Contributors are: Denis Apothéloz, Joseph Dalbera, Pierre-Don Giancarli, Marie-Dominique Joffre, Jan Lindschouw, Małgorzata Nowakowska, Lene Schøsler, Dorota Sikora, Anu Treikelder, Carl Vetters.


Series:

Edited by Emmanuelle Labeau, Carl Vetters and Patrick Caudal

Le système verbal du français contemporain résulte d’une évolution séculaire et l’examen diachronique des valeurs de chacune des formes contribue à la compréhension de la sémantique verbale contemporaine. Parallèlement, l’étude diachronique du système verbal français ne peut se dispenser d’examiner la répartition des valeurs sémantiques sur les formes (avec la diversité d’interprétations contextuelles qu’elles engendrent) au cours de leur évolution. Toutefois, bien que complémentaires, sémantique et diachronie sont rarement conjointes dans la recherche.
Par sa conjonction entre études sémantiques et diachroniques, ce volume présente une meilleure idée des tendances qui caractérisent l’évolution des formes verbales du français, et de l’impact que l’observation de ces tendances peut avoir sur notre compréhension de la sémantique de ces formes en synchronie.

Le Grand Concours

Dissertation sur les causes de l’universalité de la langue françoise et la durée vraisemblable de son empire par Johann Christoph Schwab, Conseiller de Cour et Secrétaire intime de S.A.S. Le Duc de Wirtemberg

Johann Christoph Schwab

Edited by Freeman G. Henry and Denis Robelot

La publication de la Dissertation sur les causes de l’universalité de la langue françoise de Johann Christoph Schwab (1784), traduction et appendices de Denis Robelot (1803), permet de redécouvrir un ouvrage qui, au-delà de sa richesse linguistique et culturelle, est aussi un document historique. Le texte et sa traduction se rattachent à deux moments décisifs de l’histoire de deux pays voisins : l’Allemagne des années 1780, qui recherche son identité politique et intellectuelle à l’ombre de la France de Louis XIV et de Voltaire, et la France d’entre deux siècles, convalescente mais avide de se rétablir et de retrouver la grandeur d’un passé légendaire.
A la différence de ce que croit la tradition, c’était l’ouvrage de Schwab, et non celui d’Antoine de Rivarol, qui, initialement, a été primé par le jury du concours de l’Académie des Sciences et des Belles-Lettres de Berlin (1782/1784). En outre, malgré son estime pour la France, Schwab a prévu et expliqué d’avance le triomphe de la langue anglaise que l’on connaît aujourd’hui.
L’ample étude de Freeman Henry qui précède les textes est une mise au point qui permet au lecteur d’interpréter événements et concepts à la lumière des valeurs politico-culturelles d’une époque cruciale.