Naviguer par titre

You are looking at 1 - 10 of 34 items for :

  • Comparative Studies & World Literature x
  • Primary Language: fr x
Tout effacer

Marcel Proust, roman moderne:

perspectives comparatistes

Series:

Edited by Vincent Ferré and Raffaello Rossi

Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes a pour origine un colloque organisé en juin 2015 à l’université Paris Est Créteil, pour conclure un programme associant des chercheurs venus de toute l’Europe pour croiser langues et disciplines en confrontant lectures et interprétations de l’œuvre proustienne par des écrivains contemporains ou modernes (Salinas, Bon, Beckett…), en comparant Proust et Genet, Barnes, Cohen, Pessoa, Joyce ou Kafka ; ou réfléchir à sa relation à Ruskin, aux questions philosophiques soulevées par cette œuvre… Autant de « perspectives comparatistes » sur la manière dont l'histoire du roman proustien se dessine aujourd’hui, au gré des réceptions et des réécritures.

Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes has its origins in a conference that took place at Paris Est Créteil University (France), in June 2015 as a conclusion to an international program: scholars from all over Europe, combining languages and disciplines, confronted readings and interpretations of A la Recherche by modernist and contemporary writers (such as Salinas, Bon and Beckett), comparing Proust and Genet, Barnes, Cohen, Pessoa, Joyce and Kafka; but also reexamining classical issues such as Proust’s relation to Ruskin and philosophical questions raised by his novel… These “comparatist perspectives” shed a light on the continuing history and reception of A la Recherche.

Les mémoires de Maalaŋ Galisa sur le royaume confédéré du Kaabu

Un récit en langue mandinka de la Guinée-Bissau

Series:

Cornelia Giesing and Denis Creissels

Edition d'un récit en mandinka par Maalaŋ Galisa (octobre 1988) sur la constitution et les conditions de vie au Kaabu, territoire situé entre la Gambie, le Sénégal et la Guinée-Bissau, connu depuis le 16e siècle et détruit vers 1867. La gamme des sujets couvre: le peuplement, le gouvernement, les codes de conduite des guerriers, religieux, esclaves et 'hôtes étrangers', les règles de l'esclavage, du mariage et de la succession, la coexistence des religions, les relations entre groupes d'âge et de genre.
Le texte diffère d'autres qui se focalisent sur un unique fondateur-patriarche, Tiramakan de l'épopée de Sunjata. Galisa parle du sud-est du Kaabu, à la frontière avec la Guinée. Il ajoute des couleurs locales au modèle mandinka, évoquant la puissance féminine et certains conflits violents.

Edition of a recital in Mandinka by Maalaŋ Galisa (October 1988) on the political constitution and living conditions in Kaabu, a territory situated between present Gambia, Senegal and Guinea-Bissau, known since the 16th century, definitely destroyed in 1867. The narrative presents a range of topics covering governance, codes of conduct of warriors, clerics, slaves and 'strangers', rules of slavery, marriage and succession, the cohabitation of different religions, relations of age and gender.
This text is distinctive from others focussing on a single founder-patriarch, Tiramakan of the Epic of Sunjata. Galisa focuses on South-eastern Kaabu, bordering on the region of Labé (Guinea). He adds local colours to the Mandinka model, depicting powerful women and violent conflicts resulting from injustice.

Series:

Adina Balint-Babos

Que se passe-t-il lors du surgissement de l’inspiration ? Comment traverser des expériences-choc ? Ou encore, quels sens donner à la transposition du vécu dans la fiction ? Le processus de création dans l’œuvre de J.M.G. Le Clézio examine les étapes du travail créateur dans l’œuvre du lauréat du prix Nobel de littérature 2008. L’analyse des modes d’inscription du processus de création dans le narratif apporte un nouvel éclairage sur l'oeuvre de J.M.G. Le Clézio au croisement du poétique et des discours philosophique et psychanalytique.

What happens when inspiration bursts forth? How does one live through shocking experiences? And what meaning can be gleaned from transforming life experiences into fiction? Le processus de création dans l’œuvre de J.M.G. Le Clézio examines the process of literary creation in the writings of the 2008 Nobel Prize laureate for literature by outlining the relationships between poetics, philosophy and psychoanalysis.

Racines et déracinements au grand écran

Trajectoires migratoires dans le cinéma français du XXIème siècle

Series:

Edited by Marianne Bessy and Carole Salmon

Racines et déracinements au grand écran examine les représentations de la migration dans le cinéma français contemporain. L’héritage du passé colonial français, la décolonisation et les vagues d’immigration vers l’Hexagone continuent de jouer un rôle majeur dans la société française d’aujourd’hui. Les débats liés à l’« identité nationale » et à l’insécurité, la banalisation du programme du Front National, les reconduites à la frontière de Roms ou la crise des migrants en Méditerranée font que la question migratoire est une préoccupation pour la société et la scène politique française. L’ouvrage analyse comment des réalisateurs français tels que Yamina Benguigui, Laurent Cantet, Philippe Faucon, Philippe Lioret ou Marie-Claude Pernelle abordent les trajectoires migratoires (passées et présentes) propres à l’espace national français et les débats qu’elles suscitent.


Racines et déracinements au grand écran examines representations of migration in contemporary French cinema. The historical legacy of the French colonial past and of decolonization, with its subsequent waves of immigration to the Hexagone continues to impact French society. Debates over “national identity” and insecurity, the increasing success of the Front National platform, the recent Roma repatriations, and migrant crisis in the Mediterranean are only a few examples of the importance of the migration question in French society and politics today. The book analyzes how migratory trajectories (past and present) within the national French space, and the debates surrounding them, have been addressed by contemporary French directors - amongst others Yamina Benguigui, Laurent Cantet, Philippe Faucon, Philippe Lioret and Marie-Claude Pernelle - in their films.


Balzac et consorts

Scénographies familiales des conflits historiques dans le roman du XIXe siècle

Series:

Edited by Pascale Auraix-Jonchière

Balzac et consorts. Scénographies familiales des conflits historiques dans le roman du XIXe siècle présente un ensemble d’études qui mettent en évidence la façon dont le microcosme de la famille tel que le roman du XIXe siècle le met en scène reflète les principaux conflits historiques de l’époque.
Sous l’égide de Balzac, chez qui le roman fictionnalise exemplairement le rapport à l’Histoire, ces romans ne sont pas abordés comme une source documentaire mais bien comme le lieu d’une Histoire en actes dont les ondes de choc se propagent jusqu’au coeur de l’intime. Dans ce contexte, la notion de « scénographie » est centrale : elle désigne à la fois un dispositif narratif et une théâtralisation de ces conflits.

Contributions de : Fabienne Bercegol, Claudie Bernard, Céline Bricault, Suzel Esquier, Isabelle Hervouet-Farrar, François Kerlouégan, Mireille Labouret, Alex Lascar, Roland Le Huenen, Jean-Philippe Luis, Maria Makropoulou, Marion Mas, Thierry Poyet, Éléonore Reverzy, Anne Rouhette, Claude Schopp, Jean-Christophe Valtat.

Balzac et consorts. Scénographies familiales des conflits historiques dans le roman du XIXe siècle highlights the way in which family networks as depicted in the novels throughout the 19th century mirror the main historical conflicts of that period.
As in Balzac’s novels, whose fiction exemplarily translates the effects of historical events on the individuals, these narratives are not considered as a collection of documents but rather as a special way of staging History and its main consequences onto the very heart of intimate relationships. In this context, the notion of “scenography” is essential: it points both to a narrative device and to a dramatization of these conflicts.

Le Théâtre de Koffi Kwahulé

L’utopie d’une écriture-jazz

Series:

Virginie Soubrier

Homme de théâtre, romancier et nouvelliste, Koffi Kwahulé (Côte d’Ivoire, 1956) appartient à la génération des auteurs de la postindépendance. Revendiquant son appartenance à la diaspora noire, ses pièces rédigées entre 1991 et 2005 constituent la période jazz de son théâtre au cours de laquelle son écriture s’inspire de l’écoute obsessionnelle de Coltrane, Monk ou encore Coleman. L’utopie poétique de l’auteur afro-européen – effacer la séparation entre le drame et la musique – remet en question la notion même de drame et fait dialoguer le théâtre avec d’autres esthétiques contemporaines. Mais cette écriture-jazz, dont la radicalité trouve sa source dans la mémoire de l’histoire des Noirs en Europe et en Amérique, soulève également des questions politiques : celles de l’identité et des conditions de possibilité d’un avenir en fusion.

Marguerite Duras

Le rire dans tous ses éclats

Series:

Edited by Cécile Hanania

En proposant une exploration du rire chez Marguerite Duras, ce volume collectif aborde une facette méconnue et négligée d’une œuvre réputée ardue et sombre. Le rire, examiné dans l’ensemble de la production (entretiens, textes, théâtre, films) et entendu dans un sens générique, est aussi bien celui qui intervient dans l’œuvre, émis par l’auteure ou véhiculé par ses narrateurs et personnages, que celui suscité par l’œuvre chez ses récepteurs. Qu’elles interrogent ses apparitions et évocations explicites ou se penchent sur les ressorts humoristiques et comiques qui le provoquent, les dix-sept contributions réunies ici permettent de constater l’abondance et l’importance du rire dans l’univers durassien et d’en mesurer la diversité, la complexité et l’ambivalence. Manifestation de joie, sursaut de vie, bouffée d’enfance, pied de nez aux codes, aux conventions et à la raison, le rire apparaît aussi comme l’expression de ce « gai désespoir » que Duras a célébré. Les réflexions présentes dans l’ouvrage, tout en cherchant à dépasser des idées reçues et des interprétations figées, ne sonnent donc pas le glas de la dimension tragique de la création durassienne, elles la font résonner autrement.

Series:

Edited by Sjef Houppermans, Manet van Montfrans and Annelies Schulte Nordholt

Series:

Edited by Karen Haddad-Wotling and Vincent Ferré

Proust était fasciné par l’étrange et par l’étranger, qui le lui a bien rendu. Sa notoriété de premier auteur « moderne » est née hors des frontières hexagonales. Son œuvre a été traduite très tôt. D’ailleurs, puisqu’elle est traduite, nous ne lisons sans doute plus de la même manière le texte français, lui aussi devenu « étrange et étranger ». Peut-on imaginer un Proust anglais, italien, américain, turc? Que deviennent les auteurs étrangers une fois entrés dans, et assimilés par l’univers proustien? Comment lire Dante, Cervantès, Ruskin après Proust, et avec lui? Ces questions et quelques autres sont au centre du présent volume. Le visage familier de l’auteur de La Recherche du temps perdu s’en trouvera sans doute transformé, comme un portrait cubiste, fait de facettes brisées et de profils inattendus.

Éloge de l’idiotie

Pour une nouvelle rhétorique chez Breton, Faulkner, Beckett et Cortázar

Series:

Marie Berne

Le terme idiotie est créé au début du 19e siècle pour remplacer celui d’ idiotisme qui désignait à la fois l’absence de culture et la stupidité au sens médical. Pourtant l’origine grecque introduit une nuance : idios signifie ce qui est spécial, propre ou original. De là, dire que l’idiot, de Dostoïevski notamment, appartient à la catégorie des mélancoliques, êtres exceptionnels et artistes selon Aristote dans le Problème XXX, encourage une nouvelle définition du terme.
Cet Éloge de l’idiotie observe pour la première fois de près le phénomène de l’idiotie romanesque en Occident à travers le 20e siècle. À la différence du 19e, le personnage idiot ne transmet pas seulement un thème mais bien une nouvelle façon de s’exprimer et d’écrire. Mettant en dialogue les termes idiotie et rhétorique, cette étude offre un examen méticuleux de quatre textes choisis et réunis de façon inédite: Nadja de Breton, Le Bruit et la Fureur de Faulkner, L’Innommable de Beckett et Marelle de Cortázar.
Nadja, Benjy, l’Innommable et la Maga manifestent une ignorance et une singularité qui font d’eux ces idiots persécutés du fait de leur perception « anormale » de la réalité. Tout s’inverse lorsque leurs propos étranges se mêlent à la langue originale de chacun des livres. Proche de l’écrivain, l’idiot est à son tour métaphore de la rhétorique à l’œuvre, la figure idéale pour remettre en question toute prétendue intelligence ou raison au profit de l’éloge d’une forme de naïveté, une bienheureuse éthique de l’idiotie.