Naviguer par titre

You are looking at 1 - 3 of 3 items for :

  • American Studies x
  • Primary Language: fr x
Tout effacer

Paroles de salauds

Max Aue et cie

Series:

Edited by Luc Rasson

La publication des Bienveillantes de Jonathan Littell (2006) a projeté sur l’avant-plan la figure inquiétante du « salaud » (ou du « monstre », ou du « bourreau ») prenant la parole. Cette figure n’est pas inédite. Au début des années cinquante, Robert Merle avait déjà octroyé le monopole narratif au monstre par excellence que fut Rudolf Höss, le commandant d’Auschwitz. Même un Jean-Paul Sartre, dans une nouvelle célèbre parue en 1939, avait fait parler l’infâme. D’autres écrivains, à diverses époques et issus d’aires linguistiques différentes, n’ont pas hésité à mettre en place des dispositifs énonciatifs comparables, tels Jorge-Luis Borges, Alberto Moravia, Edgar Hilsenrath, Harry Mulisch ou Roberto Bolaño, parmi d’autres. Le présent volume s’interroge sur les stratégies d’interprétation que le lecteur peut mettre en œuvre face à ces prises de paroles dérangeantes. Qu’est-ce que l’abjection et comment lutter contre elle?

Evénement et roman

Une relation critique

Series:

Marc Courtieu

Le récit est généralement défini comme transformation d’un état en un autre, transformation dont l’élément déclenchant est un événement. Or les études narratologiques ont, avec constance, fait comme si cet « atome » narratif était inanalysable. L’objet de ce livre est d’interroger cet impensé, à travers l’exemple du roman.
Marc Courtieu s’attache d’abord à spécifier la place centrale de l’événement dans le grand roman du XIXe siècle, puis montre que la révolution opérée notamment par Flaubert et Melville se joue, aussi, sur la contestation d’une telle évidence. A travers différentes études, d’ordre général (sur le naturalisme, le roman d’aventures, le roman américain) ou plus monographique (Joyce, V. Woolf, H. Broch, Musil, N. Sarraute, jusqu’au cas si singulier des « fictions » de Beckett), l’auteur détaille alors la façon dont, autour de cette figure de l’ événement, les codes de l’écriture romanesque ont bougé au cours du XXe siècle, ouvrant la voie à de nouvelles recherches, qui conduisent à concevoir l’événement d’une façon radicalement différente : peut-être n’existe-t-il que du fait même d’être raconté. Plus précisément : ne serait-ce pas dans la relation dialectique qu’ils entretiennent l’un avec l’autre que le récit et l’événement se créent l’un l’autre, l’un par l’autre?

Éloge de l’idiotie

Pour une nouvelle rhétorique chez Breton, Faulkner, Beckett et Cortázar

Series:

Marie Berne

Le terme idiotie est créé au début du 19e siècle pour remplacer celui d’ idiotisme qui désignait à la fois l’absence de culture et la stupidité au sens médical. Pourtant l’origine grecque introduit une nuance : idios signifie ce qui est spécial, propre ou original. De là, dire que l’idiot, de Dostoïevski notamment, appartient à la catégorie des mélancoliques, êtres exceptionnels et artistes selon Aristote dans le Problème XXX, encourage une nouvelle définition du terme.
Cet Éloge de l’idiotie observe pour la première fois de près le phénomène de l’idiotie romanesque en Occident à travers le 20e siècle. À la différence du 19e, le personnage idiot ne transmet pas seulement un thème mais bien une nouvelle façon de s’exprimer et d’écrire. Mettant en dialogue les termes idiotie et rhétorique, cette étude offre un examen méticuleux de quatre textes choisis et réunis de façon inédite: Nadja de Breton, Le Bruit et la Fureur de Faulkner, L’Innommable de Beckett et Marelle de Cortázar.
Nadja, Benjy, l’Innommable et la Maga manifestent une ignorance et une singularité qui font d’eux ces idiots persécutés du fait de leur perception « anormale » de la réalité. Tout s’inverse lorsque leurs propos étranges se mêlent à la langue originale de chacun des livres. Proche de l’écrivain, l’idiot est à son tour métaphore de la rhétorique à l’œuvre, la figure idéale pour remettre en question toute prétendue intelligence ou raison au profit de l’éloge d’une forme de naïveté, une bienheureuse éthique de l’idiotie.