Naviguer par titre

Boris Vian, faiseur de hoax

Pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan

Series:

Clara Sitbon

Boris Vian, faiseur de hoax : pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan propose la première véritable théorie du canular, ou hoax littéraire : Qu’est-ce qu’un hoax littéraire ? Comment se manifeste-t-il ? Quelles en sont les conséquences sur la fonction de l’auteur ?
S’inspirant de grands théoriciens de la littérature tels Roland Barthes, Michel Foucault ou Jacques Derrida, Clara Sitbon applique sa toute nouvelle théorie des hoaxes littéraires à des exemples tirés des littératures française, britannique et australienne et, ce faisant, parvient à établir la première typologie des hoaxes. Plus précisément, à travers une analyse détaillée de l’Affaire Boris Vian/Vernon Sullivan (1946-1950) comme fil rouge, Clara Sitbon démontre habilement que le hoax littéraire peut être un outil d’analyse littéraire de qualité. Plus important encore, elle prouve que les auteurs pseudonymes, ces compagnons d’infortunes de leurs créateurs ont, eux aussi, une légitimité littéraire.

Boris Vian, faiseur de hoax : pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan offers the first comprehensive theory of literary hoaxes: What are they? How can recognise them? How do they work? What are their consequences on the notion of authorship?
Drawing on literary theorists such as Roland Barthes, Michel Foucault and Jacques Derrida, Clara Sitbon applies her theory to a range of hoaxes in French, British and Australian literatures, thereby providing a detailed typology of hoaxes. More particularly, through detailed analysis of the Boris Vian/Vernon Sullivan Affair (France, 1946-1950) as a case study for her theory, Clara Sitbon cleverly demonstrates that the literary hoax can indeed be a useful analytical tool in literary criticism. More importantly, she proves that pseudonymous authors can indeed have a literary legitimacy.

Aux origines du classicisme

Calligraphes et bibliophiles au temps des dynasties mongoles (Les Ilkhanides et les Djalayirides 656-814 / 1258-1411)

Series:

Nourane Ben Azzouna

Cet ouvrage explore une période charnière de l’histoire du livre islamique et iranien: la période mongole envisagée dans le long terme, sous les dynasties ilkhanide et djalayiride. Il étudie la question de la maturation de la calligraphie arabe classique à travers la vie et l’œuvre de Yāqūt al-Mustaʿṣimī qui sont, pour la première fois, soumises à une analyse systématique, mettant en avant l’importance de son école et des maîtres bagdadiens pour les arts du livre des décennies suivantes. L’ouvrage se penche aussi sur les manuscrits des Ilkhans musulmans et du vizir Rashīd al-Dīn dans le cadre de la problématique de la naissance de la kitābkhānah et de l’affirmation du statut des calligraphes et des peintres sous les derniers Ilkhanides et les Djalayirides.

This book explores a pivotal period in the history of the book in the Islamic world and Iran, i.e. the Mongol period viewed in a long-term perspective, under the Ilkhanid and the Djalayirid dynasties. It examines the issue of the maturation of classical Arabic calligraphy through the life and work of Yāqūt al-Mustaʿṣimī, which are for the first time subjected to a systematic analysis, highlighting the importance of his school and the Baghdadi masters for the arts of the book of the following decades. The study also looks at the manuscripts of the Muslim Ilkhans and the Vizier Rashīd al-Dīn in the context of the birth of the kitābkhānah and the rise in the status of calligraphers and painters under the last Ilkhanids and the Djalayirids.

ʿAli Qoli Jebādār et l'Occidentalisme Safavide

Une étude sur les peintures dites farangi sāzi, leurs milieux et commanditaires sous Shāh Soleimān (1666-94)

Series:

Negar Habibi

In ʿAli Qoli Jebādār et l’Occidentalism safavide Negar Habibi provides a fresh account of the life and works of ʿAli Qoli Jebādār, a leading painter of the late Safavid period. By collecting several of the artist's paintings and signatures Habibi brings to light the diversity of ʿAli Qoli Jebādār's most important works. In addition, the volume offers us new insights into both the artistic and socio-political evolution of Iranian society in the last days of pre-modern Iran. By carefully consulting the historical sources, Negar Habibi demonstrates the possibility of a female and eunuch patronage in the seventeenth-century paintings known as farangi sāzi, while suggesting the use of the term "Occidentalism" for those Safavid paintings that show some exotic and alien details of the Western world.

ʿAli Qoli Jebādār et l’Occidentalisme safavide offre un nouveau récit de la vie et des œuvres de ʿAli Qoli Jebādār. Recueillant plusieurs peintures et signatures de l'artiste, Negar Habibi expose à la discussion de divers titres royaux de l'artiste. ʿAli Qoli Jebādār et l'Occidentalisme safavide approfondit également nos connaissances sur l'évolution artistique et socio-politique de la société iranienne à l’aube du modernisme. En consultant sans cesse les sources historiques, Negar Habibi montre la possibilité du patronage féminin et eunuque dans les peintures connues sous le nom de farangi sāzi au XVIIe siècle, tout en suggérant l'utilisation d'un nouveau titre comme l'Occidentalisme pour ces peintures safavides qui montrent des détails exotiques et étrangers appartenant au monde occidental.




L'art du livre en Asie centrale de la fin du XVIe siècle au début du XXe siècle

Étude des manuscrits coraniques de l'Institut d'Orientalisme Abū Rayḥān Bīrūnī

Series:

Marie Efthymiou

Dans L'art du livre en Asie centrale de la fin du XVIe au début du XXe siècle, Marie Efthymiou met en lumière le riche patrimoine manuscrit de cette région encore mal connue. Traditionnellement rattaché au seul monde iranien, il apparaît au confluent de riches transferts culturels et de vastes circuits d'échanges, où émerge le rôle majeur de l'Inde du Nord et d'importantes spécificités locales.
Grâce à l'analyse méticuleuse des manuscrits coraniques de l'Institut Al Bīrūnī, Marie Efthymiou décrit les mutations des techniques de fabrication du livre, renouvelant la connaissance du papier de Samarcande et révélant le dynamisme de Kokand comme centre de production. Un questionnement novateur des usages du livre en restitue la place dans la société et les pratiques de dévotion.

In L'art du livre en Asie centrale de la fin du XVIe au début du XXe siècle, Marie Efthymiou sheds light on the rich cultural heritage of Central Asia, a still relatively unknown region. Traditionally considered part of a single Persian cultural domain, it in fact bears witness to a rich convergence of cultural transmissions and trade routes, with strong external influences from North India as well as strong local characteristics. By a meticulous analysis of the Quranic manuscripts of the Al Bīrūnī Institute of Oriental Studies, Marie Efthymiou depicts the technical changes of bookmaking, providing new evidence on Samarcand paper and revealing Kokand as a major centre of production. An innovative approach of the manuscripts' uses traces their place in society and in the everyday life of worshippers.