Naviguer par titre

You are looking at 1 - 5 of 5 items for :

  • Iran & Persian Studies x
  • Primary Language: fr x
Tout effacer

La littérature transculturelle franco-persane

Une évolution littéraire depuis les années 80

Series:

Esfaindyar Daneshvar

Après la révolution iranienne (1979), l’islamisme règne. Dès les années 80 les écrivains s’exilent dans le monde et en France. Malgré les écueils de l’intégration beaucoup ont continué à écrire péniblement en France dans une condition que Jacques Derrida a définie comme le « monolinguisme de l’autre ». Dans ce livre, Esfaindyar Daneshvar considère pour la première fois la genèse et l’évolution de la littérature franco-persane. Il analyse l’œuvre d’une dizaine d’auteurs et révèle les particularités de ces écrits dans le contexte d'une société multiculturelle, puis traite le processus d’une hybridation littéraire et identitaire qui confronte les vestiges d’un traditionalisme islamique à la modernité, discutant enfin la notion du transculturalisme des textes analysés.

Aux origines du classicisme

Calligraphes et bibliophiles au temps des dynasties mongoles (Les Ilkhanides et les Djalayirides 656-814 / 1258-1411)

Series:

Nourane Ben Azzouna

Cet ouvrage explore une période charnière de l’histoire du livre islamique et iranien: la période mongole envisagée dans le long terme, sous les dynasties ilkhanide et djalayiride. Il étudie la question de la maturation de la calligraphie arabe classique à travers la vie et l’œuvre de Yāqūt al-Mustaʿṣimī qui sont, pour la première fois, soumises à une analyse systématique, mettant en avant l’importance de son école et des maîtres bagdadiens pour les arts du livre des décennies suivantes. L’ouvrage se penche aussi sur les manuscrits des Ilkhans musulmans et du vizir Rashīd al-Dīn dans le cadre de la problématique de la naissance de la kitābkhānah et de l’affirmation du statut des calligraphes et des peintres sous les derniers Ilkhanides et les Djalayirides.

This book explores a pivotal period in the history of the book in the Islamic world and Iran, i.e. the Mongol period viewed in a long-term perspective, under the Ilkhanid and the Djalayirid dynasties. It examines the issue of the maturation of classical Arabic calligraphy through the life and work of Yāqūt al-Mustaʿṣimī, which are for the first time subjected to a systematic analysis, highlighting the importance of his school and the Baghdadi masters for the arts of the book of the following decades. The study also looks at the manuscripts of the Muslim Ilkhans and the Vizier Rashīd al-Dīn in the context of the birth of the kitābkhānah and the rise in the status of calligraphers and painters under the last Ilkhanids and the Djalayirids.

ʿAli Qoli Jebādār et l'Occidentalisme Safavide

Une étude sur les peintures dites farangi sāzi, leurs milieux et commanditaires sous Shāh Soleimān (1666-94)

Series:

Negar Habibi

In ʿAli Qoli Jebādār et l’Occidentalism safavide Negar Habibi provides a fresh account of the life and works of ʿAli Qoli Jebādār, a leading painter of the late Safavid period. By collecting several of the artist's paintings and signatures Habibi brings to light the diversity of ʿAli Qoli Jebādār's most important works. In addition, the volume offers us new insights into both the artistic and socio-political evolution of Iranian society in the last days of pre-modern Iran. By carefully consulting the historical sources, Negar Habibi demonstrates the possibility of a female and eunuch patronage in the seventeenth-century paintings known as farangi sāzi, while suggesting the use of the term "Occidentalism" for those Safavid paintings that show some exotic and alien details of the Western world.

ʿAli Qoli Jebādār et l’Occidentalisme safavide offre un nouveau récit de la vie et des œuvres de ʿAli Qoli Jebādār. Recueillant plusieurs peintures et signatures de l'artiste, Negar Habibi expose à la discussion de divers titres royaux de l'artiste. ʿAli Qoli Jebādār et l'Occidentalisme safavide approfondit également nos connaissances sur l'évolution artistique et socio-politique de la société iranienne à l’aube du modernisme. En consultant sans cesse les sources historiques, Negar Habibi montre la possibilité du patronage féminin et eunuque dans les peintures connues sous le nom de farangi sāzi au XVIIe siècle, tout en suggérant l'utilisation d'un nouveau titre comme l'Occidentalisme pour ces peintures safavides qui montrent des détails exotiques et étrangers appartenant au monde occidental.




Rendre la justice à Amid

Procédures, acteurs et doctrines dans le contexte ottoman du XVIIIème siècle

Series:

Yavuz Aykan

Dans son Rendre la justice à Amid, Yavuz Aykan analyse la vie juridique de la ville d’Amid, capitale de la province ottomane de Diyarbakir, au 18ème siècle. A partir des procès-verbaux des tribunaux des villes d’Amid, Harput et Mardin, il met en lumière la centralité du cadi, du gouverneur provincial (vali) et du mufti dans le champ opératoire de la loi. Retraçant la généalogie des textes utilisés par le mufti provincial, Aykan étudie aussi la circulation de diverses interprétations juridiques de la Grande Syrie à la Transoxiane et la Horde d'Or, et leur intégration dans la pratique juridique ottomane. Ce livre offre ainsi une approche renouvelée et historicisée des acteurs et hiérarchies de systèmes juridiques de ce cadre provincial.

In Rendre la justice à Amid, Yavuz Aykan analyses the legal life of the city of Amid, the capital of Ottoman Diyarbekir province in the 18th century. Making use of court records from the cities of Amid, Harput and Mardin, he explores the centrality of the qadi, the provincial governor, and the provincial mufti to law enforcement. By tracing the genealogies of legal texts used by the mufti for fatwa production, Aykan maps out the broader transformations of various judicial interpretations in their journey from Greater Syria to Transoxiana and the Golden Horde, and finally into Ottoman legal praxis. As such, this book offers a far more historicized approach to the multiple actors and hierarchies of juridical systems operating in this provincial setting.

Regards français sur le coup d'État de 1921 en Perse

Journaux personnels de Georges Ducrocq et Hélène Hoppenot

Series:

Georges Ducrocq and Hélène Hoppenot

Edited by Yann Richard

Il existe peu de documents originaux pour permettre aux historiens de comprendre comment le coup d’État de Seyyed Ziya et de Reza Khan en 1921 s’est déroulé. Les journaux de deux diplomates français, Georges Ducrocq (attaché militaire) et Hélène Hoppenot (épouse du chargé d’affaires) nous donnent des informations de première main sur l’opinion publique et sur les activités des Britanniques ainsi que sur la vie quotidienne avant, pendant et après février 1921. Ils donnent des portraits contrastés de quelques uns des principaux politiciens iraniens et de personnages européens aussi importants que Starosselsky, Dickson et de nombreux autres.

Few original documents enable historians to understand how the 1921 coup of Seyyed Ziya and Reza Khan was staged. The diaries of two French diplomats, Georges Ducrocq (military attaché) and Hélène Hoppenot (wife of the French chargé d’affaires) give us first hand information on public opinion, on the British activities and on everyday life before, during and after February 1921. They give contrasting portraits of main Iranian politicians and of such important European actors as Starosselsky, Dickson, Norman and many others.