Browse results

You are looking at 11 - 20 of 40 items for :

  • Bibliotheca Wittockiana x
  • Social Sciences x
  • Primary Language: French x
Clear All

Frontières flottantes / Shifting Boundaries

Lieu et espace dans les cultures francophones du Canada. Place and Space in the Francophone Cultures of Canada

Series:

Edited by Jaap Lintvelt and François Paré

Peu de cultures sont aussi marquées par les multiples représentations de l'espace que celles du Canada francophone. C'est par ces représentations, d'une étonnante richesse, que se comprennent aujourd'hui les notions d'identité, de classe, de langue, de communauté nationale et de généricité. Traversant les frontières des genres littéraires et des époques, les études du présent volume offrent un panorama saisissant d'une écriture très actuelle où se jouent l'appartenance et la migrance sur le continent américain.

Diverse and original, Canada's Francophone cultures are truly founded on representations of space. Notions of gender identity, class, nation, language, and community can best be understood through spatial configurations. Encompassing all literary genres and historical periods, this collection of essays offers a stunning overview of a vibrant literary heritage in which issues of belonging and migrancy are at play.

De la lettre à l'écran

Les Liaisons dangereuses

Series:

Brigitte E. Humbert

Un panorama des différentes approches critiques sur le transfert de la page à l'écran offre ici un contexte à la comparaison entre le roman de Laclos et plusieurs de ses adaptations filmiques: Les Liaisons dangereuses 1960 (1959) de Roger Vadim, Dangerous Liaisons (1988) de Stephen Frears, Valmont (1989) de Milos Forman et Cruel Intentions (1999) de Roger Kumble. Prenant en considération le rôle de la lettre en tant qu'agent narratif, cette étude compare les techniques narratives employées dans l'original et dans les adaptations, avant d'examiner le rôle de la lettre en tant qu'agent de l'intrigue et d'analyser chacune des oeuvres.
Examinant pour la première fois les problèmes spécifiques posés à l'adaptateur par la forme épistolaire, ce livre, qui propose aussi bien une historique et un état présent de la relation entre les deux genres que de nouveaux aperçus sur cette relation, ne manquera pas d'intéresser, par ses analyses comparées des différentes oeuvres et la documentation qu'elle propose dans ses appendices, les spécialistes de littérature comme de cinéma. Elle offre aussi un précieux outil aux enseignants souhaitant apporter, par le biais de l'adaptation, une nouvelle perspective à leur enseignement de la littérature en général et du roman de Laclos en particulier.

Series:

Monique Saigal

Le but de ce livre est d’examiner les œuvres de trois auteures contemporaines dont le lien à la mère est à l’origine de leur désir d’écrire. Jeanne Hyvrard, professeur d’économie politique, se place sur un plan socio-économique mais le rapport pénible avec sa mère se manifeste dans son texte autobiographique La jeune morte en robe de dentelle. Par contre dans ses autres ouvrages, le terme “mère” prend une ampleur plus métaphorique et philosophique et Hyvrard développe ce qu’elle appelle une pensée-corps. Chantal Chawaf, née d’une mère agonisante, tente de se rattacher à elle en luttant pour la préservation du féminin. Elle crée une langue poétique et sensorielle où les sonorités et les métaphores tentent d’évoquer les perceptions ressenties par l’enfant dans l’intra-utérin. Annie Ernaux, de souche prolétaire mais professeur de Lettres et dont la mère est la femme qui a le plus compté pour elle, avoue avoir écrit pour lui plaire. Elle utilise une langue hybride qui mêle l’oral à l’écrit et relie son expérience personnelle à celle de toute une classe sociale. Hyvrard, Chawaf et Ernaux développent à travers leurs ouvrages une identité et une écriture qui mettent en relief l’importance de la mère. Elle est non seulement source de vie mais ce qui en elles les pousse à vouloir contribuer à la formation d’un monde meilleur.

Le Désir à l'oeuvre

André Gide à Cambridge 1918, 1998

Series:

Edited by Naomi Segal

Pendant l'été 1918, André Gide passa trois mois à Cambridge en compagnie de son jeune amant Marc Allégret. Ce séjour fut l'occasion de sa rencontre avec maints intellectuels anglais mais aussi la cause de la grande crise de son mariage, qui conduisit sa femme Madeleine à brûler toutes les lettres qu'il lui avait écrites depuis leur jeunesse. La complexité du désir chez Gide, son attitude envers les femmes et le féminin et envers la pédérastie et la pédagogie, son besoin inlassable des départs et des retours, l'exploitation du vécu dans ses oeuvres romanesques et la création de soi dans ses écrits non-fictionnels - voilà quelques-unes des matières qui sont développées dans ce livre.

Poétique de la mobilité

Les lieux dans Histoire de ma vie de George Sand

Series:

Cam-Thi Doan Poisson

Pour Sand, dans Histoire de ma vie comme dans les Lettres d'un voyageur, voyage et autobiographie vont de pair, car c'est son roman familial qu'elle inscrit dans l'espace. Les lieux de l'enfance et de l'adolescence constituent autant de noeuds de signification dont cette étude s'efforce de dénouer progressivement les fils. Ainsi s'éclaire toute la configuration affective et intellectuelle de l'écrivain. Se dévoile également la richesse de l'imaginaire sandien, tant dans les chapitres consacrés aux expériences enfantines de dédoublement, par le miroir ou l'écho, que dans les analyses du caché, du secret et de l'enfermement. En liaison avec la thématique du dehors et du dedans, l'espace sandien privilégie la frontière et le passage - seuils ou gués -, avec la tentation récurrente de se perdre dans l'élément liquide et mouvant des marécages et des rivières. Sa vision du monde, transcendée par le travail de l'écriture, est du côté de l'ubiquité, de la non-séparation et de la réconciliation des contraires. Il est donc bien légitime de parler d'une véritable poétique de la mobilité.

Series:

Mireille Brioude

Violette Leduc (1907-1972) a inventé une écriture de soi puissante et tragique. Cette étude critique de son oeuvre démontre en premier lieu comment la théâtralité d'une écriture autobiographique est issue du dédoublement spectaculaire entre l'individu et le sujet de l'énonciation. L'ouvrage approfondit la notion de théâtralité, non tant au sens rimbaldien du je est un autre , que dans une perspective qui allie sémiologie du texte et sémiologie de la représentation dramatique. On y étudie la façon dont l'espace et le temps textuels dessinent des jeux de scène avec, au centre, la figure de l'écrivain en train d'écrire. Chez Leduc la théâtralité prend appui sur un usage caractéristique des discours perçus comme % ??voix. Le pari de l'autobiographe se mue, de fait, en tentation de représenter l'inénarrable, la démence ou encore la possession amoureuse. Mais c'est bien au lecteur, figure tutélaire, que revient le plaisir d'effectuer la dernière représentation, celle qui unit l'auteur et le spectateur dans le plaisir de mettre en scène le je .

Ésope au féminin

Marie de France et la politique de l’interculturalité

Series:

Sahar Amer

Ce livre est le premier à traiter exclusivement de l' Esope de Marie de France qu'il approche sous un double volet esthétique et interculturel; il démontre que le renouvellement que Marie apporte au discours de la fable occidentale du Moyen Age ne peut être dissocié du contexte interculturel dans lequel elle écrivait, c'est-à-dire de l'enchevêtrement de la culture latine et arabe. En d'autres termes, l' Esope s'articule autour de deux modes fabulesques: son matériau thématique trouve sa source principale dans la fable latine (le Romulus Nilantii) tandis que sa sémantique, sa théorie de composition et d'interprétation ainsi que, de façon plus générale, son esthétique sont fondamentalement d'origine arabe ( Kalilah wa Dimnah). On peut dire que les fables du Romulus Nilantii, traduites dans l' Esope selon des modalités orientales, prennent un sens nouveau chez Marie parce qu'elles suivent dorénavant une théorie de lecture et d'interprétation nouvelles. Le travail que Marie accomplit dans son Esope dépasse ainsi une simple entreprise linguistique qui serait la reconstruction du genre fable, et recentre le poétique dans son rapport au politique et au culturel. Les innovations de l' Esope nous invitent à repenser la question de l'interculturalité dans la littérature française du Moyen Age.

L'écriture solaire d'Hélène Cixous

Travail du texte et histoires du sujet dans Portrait du soleil

Series:

Christa Stevens

Auteur célèbre d'une oeuvre multiforme et singulière, Hélène Cixous est surtout connue pour son théâtre et ses écrits sur la poétique de la différence sexuelle. Cette étude traite pour la première fois d'une seule des fictions d'Hélène Cixous, Portrait du soleil (1973). Elle tente d'expliciter le fonctionnement narratif et poétique et de relever les thèmes et motifs essentiels de cette oeuvre en les mettant à l'épreuve de la métaphore solaire. Constatant une solarité généralisée, elle propose une ouverture sur l'ensemble de l'oeuvre d'Hélène Cixous, en particulier son livre le plus récent, O R, les lettres de mon père (1997), et touche à la profonde motivation d'une écriture.
Cette analyse, qui suit de près le texte d'Hélène Cixous, se développe d'un chapitre à l'autre en entrant de plus en plus dans la complexité des questions soulevées par le texte lui-même. Elle tient compte du renouvellement critique et philosophique des années 70 en France et ailleurs, dont la fiction de Cixous intègre les questionnements mais pour les déplacer et les transformer. Elle montre également l'enracinement d'une oeuvre dans le vécu et dans l'Histoire.
Quant à l'impossible portrait du soleil que la fiction d'Hélène Cixous essaie de tracer: il se manifeste à travers l'évocation de la figure du père, que l'on découvre partout présente, liée à la mort et à l'expérience de la séparation, et dans l'autoportrait d'un sujet féminin, en train de se chercher à travers des histoires aussi bien fictionnelles que textuelles.

Series:

Edited by Yvette Went-Daoust

Isabelle de Charrière publie Sainte Anne et 1799, sous le pseudonyme de l'Abbé de la Tour. Les cinq romans qui composent ce cycle expriment avec une franche liberté les idées que la romancière a développées au cours des aléas de sa vie personnelle et de l'histoire. Le trait qui distingue cette idéologie est l'anticonformisme. Sainte Anne donne à lire une réflexion sur le bien-fondé de la lecture et de l'instruction en général. Les discussions s'engagent entre les personnages, les idées se heurtent sur fond d'intrigues amoureuses, de prérogatives de classe ou de sexe. Le ton de la conversation, tantôt raisonneuse, tantôt désinvolte, gouverne le discours romanesque.