Browse results

You are looking at 131 - 140 of 373 items for :

  • Status (Books): Published x
  • Primary Language: French x
Clear All

La Russie et les Russes dans la fiction française du XIXe siècle (1812-1917)

D’une image de l’autre à un univers imaginaire

Series:

Charlotte Krauss

A travers tout le XIXe siècle, l’empire des tsars et ses habitants ont largement inspiré la production littéraire en France. Mais si des recherches se sont intéressées aux récits de voyages, aux journaux et aux correspondances, la Russie en tant qu’objet de la fiction est généralement jugée inintéressante car très éloignée de la réalité. Reposant sur l’analyse d’un corpus de cent textes environs, ce livre se propose de révéler toute la richesse de la Russie et des Russes imaginés par la fiction française du XIXe siècle – un imaginaire effectivement peu fidèle à la réalité russe, mais fortement influencé par le contexte historique des relations franco-russes dont il retrace les hauts et les bas.
Trois stades d’évolution se dégagent entre la débâcle napoléonienne de 1812 et la Révolution russe de 1917. Pendant la première moitié du XIXe siècle, l’image de l’autre, du Russe, reprise au XVIIIe siècle se fragmente en plusieurs types. Entre 1855 et 1880 environs, ces types – le tsar, le prince, le Cosaque, le moujik, la femme-martyre et la séductrice – évoluent devant un arrière-plan également stéréotypé et forment un véritable univers imaginaire qu’auteurs et lecteurs identifient comme « russe ». Entre 1880 et 1917 enfin, l’harmonie de l’univers est passagèrement mise en cause par l’intrusion des nihilistes. Cependant, au même moment, de nombreux textes de la décadence recourent aux personnages russes parfaitement excessifs, et la littérature populaire diffuse abondamment le concept de l’âme slave.

Mallarmé hors frontières

Des défis de l’Œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien

Series:

Maria de Jesus Cabral

Mallarmé hors frontières s’attache à dessiner un nouveau profil de Mallarmé et à découvrir la mobilité de sa pensée, contrariant certaines caractérisations irrémédiablement associées à son nom – hermétisme, obscurité, misanthropie vis-à-vis de la réalité historique –, résultant de lectures fragmentaires, souvent essentialistes de son œuvre.
L’impact de Mallarmé sur le Symbolisme est pourtant majeur. A partir de 1885 surtout, on assiste à une convergence d’idées, puis à un regroupement d’un vaste éventail de poètes autour du « maître » de la rue de Rome. Eclectique, « franco-étrangère », cosmopolite, cette génération est à l’image même du mouvement : on ne peut l’enfermer dans des frontières strictes, créant une dynamique d’échanges tout à fait exemplaire entre Paris et la Belgique.
Parmi les jeunes écrivains débutant dans l’effervescence symboliste, Maurice Maeterlinck est rapidement devenu un nom de proue de la rénovation du théâtre français. Auteur de La Princesse Maleine et de la célèbre Pelléas et Mélisande, le poète-dramaturge belge commence non seulement sa carrière sous les encouragements de Mallarmé, comme ses pièces révèlent de nombreuses passerelles avec l’ œuvre du maître français, chez qui la recherche d’un théâtre nouveau constitue peut-être le véritable fil d’Ariane, depuis Hérodiade, le Faune et Igitur, jusqu’aux textes de la maturité.
Le premier théâtre maeterlinckien a donné à des principes comme la suggestion, l’effet et le mystère une dimension “active”, créant un filon symbolique du projet de Mallarmé, hors frontières, au seuil de la modernité.

Series:

Edited by Sjef Houppermans, Nell de Hullu-van Doeselaar, Manet van Montfrans, Annelies Schulte Nordholt and Sabine van Wesemael

Series:

Sjef Houppermans

A la Recherche du temps perdu de Marcel Proust est en premier lieu une construction complexe. La composition y est au service du désir, car elle seule permet de faire apparaître la vérité de l’inconscient qui ne saurait s’exprimer par des efforts de mémoire ou par des esquisses psychologiques, mais bien par des figures telles que le cercle, l’ellipse ou l’étagement. Ce sont des formes dynamiques qui surgissent et reviennent, qui tournent et montent, acte de perlaboration au service de l’inconscient dont seules les traces mouvantes permettent de deviner la pertinence.

Maurice Blanchot et l’art au XXème siècle

Une esthétique du désoeuvrement

Series:

Emmanuelle Ravel

Maurice Blanchot est certainement l’un des plus éminents penseurs et écrivains du vingtième siècle, dont le retrait et la discrétion ont laissé la marque même de son effacement comme événement de l’expérience littéraire. C’est par une démarche de dialogue avec les artistes qui ont façonné le siècle de la modernité que nous confrontons ses écrits à des œuvres dont le leitmotiv est la perte, l’absence, l’infigurable. Pour dire si l’avant-gardisme est une notion qui fait écho dans le déploiement singulier de son espace littéraire, ce livre se propose de sonder les questions essentielles de l’auteur de L’Ecriture du désastre, et invite à poser la question du passage de la phénoménologie à l’esthétique.

Series:

Edited by Murielle Lucie Clément and Sabine van Wesemael

Michel Houellebecq sous la loupe approfondit le profil de l’œuvre de l’auteur le plus controversé du paysage littéraire français actuel et s’attache à dépasser les études sur cet enfant terrible des Lettres françaises parues à ce jour. En effet, force est de reconnaître que l’intérêt suscité par le phénomène s’est surtout, jusque-là, traduit par l’engouement d’un public friand de la petite histoire, exception faite de quelques études d’envergure sur son œuvre.
Michel Houellebecq sous la loupe comble la béance du fossé entre l’écrivain et la recherche universitaire. En outre, ce recueil projette sur l’œuvre un nouvel éclairage par rapport aux titres précédents. Ainsi les sujets peu ou prou explorés à ce jour comme l’esthétique générale des écrits, la poésie, la réception et la philosophie sous-jacente aux romans passent-ils dûment la revue dans des approches approfondies après avoir été quelque peu négligés. D’autre part, bien que l’amour, l’exotisme et l’abject aient été précédemment discutés, ces thèmes se teintent aujourd’hui d’un jour nouveau par l’angle original sous lequel ils sont abordés et la perspicacité des réflexions qui leur sont accordées. Enfin, et non des moindres, plusieurs articles interpellent le dernier roman La Possibilité d’une île (Fayard, 2005) ce qui confère à ce recueil un atout supplémentaire.
En bref, Michel Houellebecq sous la loupe s’adresse aux houellebecquiens et houellebecquologues tout autant qu’aux houellebecquophiles et houellebecquophobes par la diversité des articles sans complaisance et la sagacité des analyses réunies dans un souci d’authenticité et de clarté car toutes ont en commun de débattre d’une série de points fondamentaux qui font la singularité de la fiction houellebecquienne.

Series:

Jean-Louis Pautrot

Pascal Quignard ou le fonds du monde examine la poétique et l’esthétique de l'oeuvre quignardienne tout en esquissant ses parentés avec la pensée contemporaine, proposant une analyse qui dialogue avec les travaux critiques déjà parus.
Pascal Quignard s’impose comme l’un des grands écrivains contemporains. Trois caractéristiques de son œuvre - affectivité et pressentiment du premier monde utérin imprégnant l’existence, conscience anthropologique, recensement du patrimoine culturel connu et oublié, du “fonds du monde” - se comprennent comme relecture de la singularité individuelle, réévaluation du rapport entre humanité et animalité, et disparition de l’histoire comme instrument de savoir. C’est ce qui constitue sa pertinence à notre époque. Son hétérogénéité formelle, omniprésente, cherche à inclure et transmettre un non-dit qui dépasse le dit. Sa singularité l'inscrit parmi les grandes œuvres nostalgiques de la présence. Contemplative, elle est à la fois moderne et antimoderne.
Les différents chapitres analysent le statut privilégié du “lire et écrire” chez Quignard, sa quête d’une écriture sublime dans les petits traités et autres ouvrages “spéculatifs”, son rapport complexe à la musique et aux arts, sa singulière “théorie” du roman qui ébranle l’héritage romanesque contemporain, et enfin les romans proprement dits où se rejoue diversement la quête du Jadis perdu. Ce volume intéressera ceux, universitaires, étudiants ou simples lecteurs, qui cherchent une solide introduction à cette œuvre majeure.

Proust et Flaubert

Un secret d’écriture. 2ème édition

Series:

Mireille Naturel

En 1908, écrire « un essai sur Ste-Beuve et Flaubert » fait partie des projets de Proust. Certes, il y aura l’article de la NRF, en 1920, « À propos du “style” de Flaubert », mais l'essai annoncé ne verra jamais le jour. Proust aurait-il oublié son auteur de prédilection, celui qu'il imitait si bien dans ses pastiches ? Il n'en est rien. Flaubert est omniprésent dans l'œuvre proustienne mais toujours parfaitement dissimulé. Le dépouillement de la Correspondance, le déchiffrement des manuscrits – la démarche suivie est, en effet, celle de la critique génétique – permettent de transformer une impression de lecture en certitude. Au moment de la conception de son roman, Proust se trouve face à une actualité éditoriale qui met Flaubert à l'honneur. Lecture, relecture vont lui permettre de puiser, dans les œuvres de son prédécesseur, des motifs, des images, des noms, de construire ses personnages féminins, sa représentation de la société et de la création littéraire. À travers l'auteur de L’Éducation sentimentale, une esthétique, faite d'imitation mais aussi de dépassement, de transgression, se construit. Flaubert aura été le double de l'écrivain, réel et fictif, sans cesse tenu à distance.

Series:

Edited by Stéphane Spoiden

Ce volume réunit un ensemble d’études sur et autour de la médiologie de Régis Debray. Il présente l’avantage de comporter des essais explicatifs clairs et précis sur la théorie et la pratique médiologiques par des médiologues eux-mêmes (Régis Debray, Daniel Bougnoux et Louise Merzeau). L’ouvrage comprend également des analyses sur la réception de la médiologie, notamment aux Etats-Unis, ainsi qu’une série d’articles qui situent la médiologie dans le contexte plus large des disciplines dites connexes, notamment la sémiologie, l’anthropologie, les media studies et cultural studies d’inspiration anglo-américaine, la culture internet et le post-média. Cet ensemble d’études « médio-média » fait le point aussi bien sur le personnage de Régis Debray que sur le chantier médiologique qu’il a initié. Un ouvrage utile pour toute personne qui s’interesse à la question essentielle de la transmission culturelle.

Richard Millet

L’invention du pays

Series:

Jean-Yves Laurichesse

L’œuvre de Richard Millet, né en 1953, s’impose aujourd’hui comme l’une des plus importantes de ces vingt dernières années. L’objet de ce livre, le premier qui lui soit exclusivement consacré, est d’en éclairer la profondeur singulière, en montrant comment elle dépasse à la fois la géographie et l’autobiographie dans une véritable invention du pays, au double sens de création littéraire et de mise au jour d’un territoire secret. Pour en établir la genèse, il était indispensable de remonter aux livres brefs de la première période, trop souvent négligés au profit des grands romans publiés à partir de La Gloire des Pythre. On suivra donc d’abord le cheminement obstiné d’une écriture entre « matière de Corrèze » (Viam et le plateau de Millevaches) et « matière d’Orient » (les années d’enfance au Liban), dans un dialogue du natal et du lointain qui rend possible le passage au roman. Puis, l’étude du territoire de « Siom », tel que le fondent et l’explorent les cinq romans publiés de La Gloire des Pythre à Ma vie parmi les ombres, sera conçue comme celle d’un « pays apocryphe » (selon Faulkner), nourri des souvenirs et de l’imaginaire du romancier, entre restitution et légende, dans la riche polyphonie des voix narratives.