Browse results

You are looking at 1 - 3 of 3 items for :

  • Public International Law x
  • Status (Books): Published x
  • Primary Language: French x
Clear All

Abdulqawi A. Yusuf

Le panafricanisme offre un point de vue privilégié permettant de rendre compte de l’évolution des rapports entre l’Afrique et le droit international. Tout d’abord, en tant que continent dont les entités politiques étaient exclues du champ d’application de la conception eurocentrique du droit international qui était en vigueur au sein du club des soi-disant «nations civilisées ». Ensuite, à travers l’émergence des Etats africains comme sujets de droit international prêts à contribuer à la réforme et au développement du droit en tant que système normatif interétatique universel. Enfin, en tant que membres de l’OUA et puis de l’UA, agissant collectivement pour l’élaboration de principes novateurs et des règles du droit international, qui malgré leur application limitée au contexte des relations intraafricaines, transcendent, d’une part, les règles similaires existantes au niveau universel, et, d’autre part, les complètent en élargissant leur champ d’application.
Le panafricanisme est passé d’un mouvement de la diaspora constitué d’individus et d’associations engagés dans le combat pour l’émancipation des peuples africains, à des regroupements d’Etats indépendants et d’organisations intergouvernementales. L’objectif de la présente étude
est de décrire et analyser les rapports entre le panafricanisme et le droit international à travers les différentes étapes de l’évolution du mouvement panafricaniste.

Hasard, ordre et changement

le cours du droit international

James Crawford

Comprendre le droit international, c’est en comprendre l’évolution dans le temps. L’ambition de ce cours est de promouvoir cette forme de connaissance, qui implique de se départir des présentations habituellement rencontrées dans les manuels, axées sur des thématiques comme les sources, les sujets, les compétences. Etudier le cours du droit international, c’est étudier ses problèmes irrésolus, qui, de ce fait même, mettent en cause son autonomie en tant que discipline. Or ces problèmes sont, sinon résolus, du moins atténués par une lecture novatrice de nos pratiques juridiques communes et de notre histoire partagée. L’accent est ainsi mis sur le processus, qui forme en vérité le droit international. En effet, les institutions internationales – au premier rang desquelles les Etats – se trouvent dans un rapport dialectique avec le droit : elles le façonnent tout en étant façonnées par lui, elles l’élaborent tout en étant élaborées par lui. Mais, pour illustrer ce rapport dialectique, le cours fait abondamment référence à la pratique. Partant, il est également un cours classique de droit international.

Series:

Sergio M. Carbone

Also available as an e-book

La doctrine et la jurisprudence la plus récente relèvent de plus en plus les limites de l’utilisation de la nationalité du navire dans la solution des conflits de loi et l’importance du droit uniforme. En ce qui concerne les conflits de lois relatifs aux transports maritimes de marchandise, il est tenu compte des différences des solutions adoptées à propos des charter-parties, des transports tramps et des transports maritimes de ligne documentés par un connaissement. S’agissant du contrat de travail maritime, sont mis en évidence l’affaiblissement du rôle de la nationalité du navire et l’importance croissante de la négociation collective internationale. A propos de la responsabilité extracontractuelle, c’est la lex damni qui s’applique, sauf lorsqu’il s’agit d’événements ayant lieu à bord du navire. De cette analyse, enfin, il ressort que la tendance à l’internationalisation du droit maritime et la fonction résiduelle confiée à la loi du pavillon dans la solution des conflits de lois sont confirmées.