Browse results

You are looking at 1 - 10 of 144 items for :

  • English & Anglophone x
  • Primary Language: French x
Clear All
Comme la destinataire des Mémoires du cardinal de Retz, l’époque classique « aime les portraits ». Ils abondent dans les jeux mondains, les récits historiques, les Mémoires, les lettres. Ils occupent également une place importante dans les fictions narratives de la période, et notamment dans les romans. L’ouvrage collectif Les Portraits dans les récits factuels et fictionnels de l’époque classique, édité par Marc Hersant et Catherine Ramond, propose une confrontation systématique de ces deux pratiques d’écriture, une analyse de leurs similitudes et de leurs différences. Sous un angle peu étudié jusqu’à présent, il couvre un large champ de l’écriture du portrait, à partir de nombreux exemples allant de Brantôme à Stendhal.

Like the recipient of the Cardinal de Retz’ Memoirs, the early modern period “loves portraits”. They can be found in social games, historical narratives, Memoirs, and letters. They also occupy an important place in narrative fiction of that period, especially in novels. The collective volume Les Portraits dans les récits factuels et fictionnels de l’époque classique, edited by Marc Hersant and Catherine Ramond, proposes a systematic confrontation of these two writing practices, and analyzes their similarities and differences. From a hitherto little studied angle, the book covers a wide range of examples of portrait writing, from Brantôme to Stendhal.
Editor: Damien Zanone
« La Chose de Waterloo » : l’expression inventée par Victor Hugo dit bien la difficulté qu’il y a à qualifier la bataille du 18 juin 1815. Qu’est-elle devenue au fur et à mesure de ses incessantes évocations depuis deux cents ans dans les textes les plus divers (livres d’histoire, Mémoires, roman, poésie, théâtre) ? L’ouvrage veut comprendre les ressorts de cette incantation prolongée qui, à force de narrer toujours les mêmes événements, en précise et en brouille tout à la fois le souvenir. La question est approchée à travers l’étude des représentations littéraires les plus célèbres de la bataille (Stendhal, Hugo), mais aussi de textes beaucoup plus rares.

Victor Hugo's expression « La Chose de Waterloo » emphasizes the two hundred year quandary of adequately describing the battle, held on June 18th 1815. What are the various ways in which a variety of texts (history books, memoirs, novels, poetry, plays) have tried to evoke this event? This book tries to understand the mechanisms of this phenomenon which, by telling the same events over and over, makes them more precise and less clear at the same time. The question is approached through the study of some of the most famous literary representations of the battle (Stendhal, Hugo), but also through less well-known texts.

Avec des contributions de/contributors:
Andrea Del Lungo, Philippe Dufour, Jean-Marc Hovasse, Jean-Marc Largeaud, Boris Lyon-Caen, Catherine Mariette, Claude Millet, Jacques Neefs, Michael Rosenfeld, Tiphaine Samoyault, Nathalie Saudo-Welby, Nicole Savy, Pierre Schoentjes, Catriona Seth, Alain Vaillant, Damien Zanone.
Ineffable rigueur
Author: Anne Mounic
Following the footsteps of Spanish philosopher Maria Zambrano, Anne Mounic explores the relationships between poetry and philosophy, trying to understand why Plato dismissed poets from his Republic and thus drew an enduring dividing line between reason and myth, reason and imagination. Various instances of poetic dissidence are analysed from a poet’s viewpoint, and the connections between existential philosophy and poetry are highlighted. From Kierkegaard to Lequier, via Shestov, the common ground is the attention to the beginning ‒ the act of subjective consciousness shaping time and opening toward the future and freedom. Works by various poets are discussed.


A la suite de certaines analyses de la philosophe espagnole Maria Zambrano, Anne Mounic explore les relations entre poésie et philosophie, s’interrogeant sur les raisons du rejet des poètes par Platon qui dissocia ainsi durablement la raison du mythe, la raison de l’imagination. Des exemples variés de dissidence poétique sont analysés du point de vue du poète et les liens entre philosophie existentielle et poésie sont mis en relief. De Kierkegaard à Lequier, en passant par Chestov, le point commun est l’attention portée au commencement ‒ l’acte de la conscience réflexive modelant le temps, ouvrant à l’avenir et fondant la liberté. Les oeuvres de nombreux poètes sont envisagées.
In: Poésie et philosophie
In: Poésie et philosophie
In: Poésie et philosophie
In: Poésie et philosophie
In: Poésie et philosophie
In: « La chose de Waterloo »
In: Poésie et philosophie