Browse results

You are looking at 1 - 10 of 5,686 items for :

  • Chapters/Articles x
  • Upcoming Publications x
  • Just Published x
Clear All
In: Prominent Murder Victims of the Pre- and Early Islamic Periods Including the Names of Murdered Poets
In: Prominent Murder Victims of the Pre- and Early Islamic Periods Including the Names of Murdered Poets
In: Arabica
In: Arabica

Résumé

Cet article propose d’étudier la période de l’émergence de l’activité théâtrale en Palestine à partir du fonds d’archives François Abou Salem car il apporte un éclairage particulier sur plusieurs processus en cours à ce moment : processus historique de l’émergence de la pratique et sa pérennisation, processus de création théâtrale et professionnalisation du mouvement.

Le fonds François Abou Salem se trouve au Théâtre National Palestinien/El-Hakawati à Jérusalem. Il a été constitué par François Gaspar, dit Abou Salem (1951-2011), homme de théâtre français établi à Jérusalem. Tout au long de sa carrière artistique, du début des années 1970 à sa mort en 2011, il a conservé ses propres archives. De la même manière que les archives du spectacle vivant, ce fonds s’est construit sur un paradoxe entre la dimension éphémère de la pratique qui s’oppose au caractère permanent et définitif de l’archive. Le fonds regroupe des matériaux de nature et de périodes différentes depuis l’émergence du mouvement théâtral palestinien, à la fondation de la première troupe de théâtre professionnelle (1977), puis à celle du premier théâtre palestinien en tant que lieu (1984), aux premières tournées à l’étranger (années 1980), et enfin à l’installation de la pratique théâtrale dans le paysage culturel, à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens.

In: Arabica
Author: Pierre Larcher

Résumé

Pour le grammairien Raḍī l-Dīn al-Astarābāḏī (m. après 688/1289), le fāʾ al-sababiyya (« causal ») constitue une intersection entre deux des trois fāʾ distingués par la grammaire arabe : le fāʾ d’apodose (fāʾ al-ǧawāb ou al-ǧazāʾ), apparaissant entre protase et apodose d’un système conditionnel (in p fa-q) et systèmes assimilés, c’est-à-dire circonstancielles et relatives ayant une valeur conditionnelle, et le fāʾ coordonnant deux phrases (p fa-q). Dans les deux cas, fa- présente q comme la conséquence de p, qui en est la cause. La relation de cause à conséquence est à entendre ici au sens large de la logique naturelle et non au sens strict de l’implication logique, q pouvant ne pas être une affirmation. Mais Raḍī l-Dīn al-Astarābāḏī neutralise aussitôt le sens du fa- « causal », en observant qu’on peut convertir (ʿaks) p fa-q (p donc q) en q fa-p (q car p). Et il va plus loin dans le même sens, en reliant le fāʾ dit explétif au fāʾ causal. Ce fāʾ est ainsi appelé parce qu’il peut apparaître ou non, soit après une subordonnée circonstancielle, sans valeur conditionnelle, ou un simple complément circonstanciel, soit entre le thème et le propos d’une phrase nominale, le thème pouvant être une relative non conditionnelle ou un simple syntagme nominal. Pour Raḍī l-Dīn al-Astarābāḏī, ce fāʾ signale que ce qui le suit est aussi « inséparable » (luzūm) de ce qui le précède que l’apodose de la protase et, ce, bien que ce qui le précède n’ait pas de valeur conditionnelle. Sous un habillage logique, il reconnaît en fait que les trois fāʾ n’en font qu’un, ayant une même distribution/fonction (mawqiʿ). Celle-ci est facilement reformulable dans les termes de la « théorie de l’énonciation » du linguiste suisse Charles Bally (1865-1947) : fa- est un segmentateur, délimitant le thème (phrase, proposition ou syntagme) du propos de l’énoncé.

In: Arabica
In: Arabica