Browse results

You are looking at 11 - 15 of 15 items for :

  • Literature, Arts & Science x
  • French & Francophone x
  • Social Sciences x
  • Primary Language: French x
Clear All

Series:

Nathalie Roelens

Tout le monde en conviendra : lire n'est pas une activité de tout repos. La vue y est certes sollicitée, et même d'emblée, mais c'est pour aussitôt s'éclipser. S'il était purement vu, le texte (dans son sens étendu d'objet de l'interprétation) ne serait pas encore lu. La lecture proprement dite aura lieu dès l'instant où je cesse de voir ce qui m'est donné à voir pour me faufiler au-delà. J'embrasse à présent une réalité tri-dimensionnelle, je deviens le texte et le texte m'épouse, je flaire et je ressens, j'hallucine et je jubile, bref : je lis. La lecture sera synesthésique ou ne sera pas. Mon voyeurisme n'est plus trivial mais absolu. Or ce don de voyance que je m'accorde pour pallier mon aveuglement du départ n'est pas sans risques : je ne suis à l'abri ni de la méprise ni de la foi aveugle. Et c'est là le côté ironique de toute lecture. On a beau s'investir dans l'oeuvre, tôt ou tard l'enchantement sera rompu. Je me vois en train de lire, donc je ne lis plus. Le texte me renvoie soudain à mes propres limites. Il n'empêche que cet ébranlement du sujet soit souvent déclencheur d'une expérience esthétique, expérience qui porte également un enseignement : la lecture aujourd'hui engage quiconque s'y adonne à être prêt à abdiquer à chaque instant ou, du moins, à respecter l'illisible et l'inappropriable.
L'aboutissement de ce travail ce confond avec son présupposé majeur : inutile de vouloir maintenir le clivage entre lecture textuelle et lecture tout court (d'une image, du monde, d'un corps désiré, etc.), ce sont leurs empiètements qui restituent à ce geste ancestral et sans doute universel son souffle et son ampleur. Des scènes de perception entravée, lacunaire ou défectueuse, glanées dans le patrimoine littéraire et plastique contemporain (Proust, Cocteau, Michaux, Calvino, Manganelli, De Chirico, Alechinsky, Fuentes, Biély, Nabokov, Gombrowicz et tant d'autres) et appréhendées comme autant de simulacres de l'expérience de lecture, nous ont permis de cerner l'activité lectorielle au plus proche des textes.

Series:

Edited by David A. Powell

Sont réunis dans ce volume trente-sept essais traitant de la place occupée par George Sand dans la société de son temps, tant sur la plan politique, historique et social que littéraire. Ce recueil, édité par David A. Powell, chercheur en littérature française du XIXe siècle et spécialiste de George Sand, présente pour la première fois un ensemble de textes qui attestent le rôle fondamental joué par l'auteur berrichon à son époque, mais aussi après sa mort. L'envergure de son influence ne saurait se restreindre au domaine de la littérature comme en témoigna le Colloque International sur George Sand organisé par Hofstra University dans l'état de New York en 1996. Les textes publiés ici furent d'abord présentés sous forme de communications lors de ce colloque. Le chercheur, qu'il s'intéresse à l'histoire culturelle, sociale, politique, littéraire ou à d'autres domaines, trouvera dans la richesse de cette collection d'essais la preuve que l'œuvre de George Sand constitue véritablement une source intarissable de réflexion.

Le roman-photo

Actes du colloque de Calaceite (Fondation NOESIS). 21-28 août 1993

Series:

Edited by Jan Baetens and Ana Gonzalez

Rassemblant les actes du colloque international sur le roman-photo qui s'est déroulé à la Fondation NOESIS en août 1993, le présent volume aborde pour la toute première fois les diverses facettes du genre longtemps négligé qu'est la narration photographique.
Les grands spécialistes européens et américains du roman-photo présentent ici une synthèse des connaissances actuelles tout en formulant de multiples pistes de recherche pour les années à venir. Leurs interventions s'organisent autour de cinq axes-clé: l'histoire du genre, le problème de son lectorat, ses rapports avec des pratiques analogues tels le reportage ou le livre illustré, les questions relatives à la spécificité controversée du roman-photo et, enfin, l'analyse détaillée de ses plus belles réussites, anciennes ou contemporaines. Une bibliographie très fouillée couronne l'ensemble.
Faisant alterner les voix des théoriciens et des critiques, des lecteurs et des praticiens, les actes de ce colloque constituent à la fois une somme et un laboratoire, un ouvrage de référence et un instrument de recherche.

Series:

Lia van de Biezenbos

Omniprésente dans son oeuvre mais loin d'être glorieuse, la maternité se trouve au centre de l'univers littéraire de Marguerite Duras. Le désir de retourner dans le sein maternel et l'impossibilité d'y parvenir se confondent dans le jeu de l'écriture pour composer le refrain sans fin qu'est ce désir d'osmose.
Dans cette étude, l'auteur se propose d'aller au-delà du lien entre l'omniprésence du personnage maternel et la réalité biographique de Duras en soulignant le caractère fictionnel de l'oeuvre. Des analyses textuelles rhétoriques et narratologiques lui permettent de souligner les représentations de la maternité et de la féminité dans les textes de Duras et dans la théorie psychanalytique freudienne. La confrontation de ces deux discours résulte en un dialogue entre Duras et Freud où les deux locuteurs fictifs sont respectés, mais soumis à une analyse critique. La question qui s'impose est de savoir si l'oeuvre de Duras contribue à confirmer la différence sexuelle définie dans le contexte social et ancrée dans la relation avec la mère, comme le prétend la psychanalyse freudienne, ou si elle contribue justement à la remise en question de cette différence sociale.
L'écriture de Duras manie les clichés culturels et les mythes qui entourent la mère et la maternité. Ceci se manifeste sous des aspects d'une grande variété. Cette thèse montre le jeu des variations sur les fantasmes soi-disant universels, variations qui se dessinent dans les répétitions apparentes qui prennent à chaque fois une forme nouvelle. L'originalité de Duras est de prendre les mythes et les fantasmes à la lettre, et ce procédé les rend parfois grotesques. La forme littéraire paradoxale donnée à ces fantasmes renverse le rapport entre le littéral et le figuré. Sans être moralisateurs, ils mettent ainsi en lumière le caractère fantasmatique de l'idéologie qui ancre la féminité dans la maternité.
Même maintenant, dix ans après le décès de Marguerite Duras, son œuvre inspire toujours de nombreux lecteurs. L'année du dixième anniversaire de sa mort célèbre cette oeuvre qui continue à nous fasciner. Le présent livre vous offre le plaisir d'une lecture enrichissante des fantasmes entourant le personnage de la mère. A travers une lecture qui adopte la littéralité et qui s'ajuste aux méandres du texte durassien, l'auteur de ce livre veut contribuer à mieux comprendre les conflits et les désirs, les fantasmes et les images, qui entourent le rôle féminin par excellence qu'est la maternité.