Browse results

You are looking at 21 - 30 of 55 items for :

  • Literature, Arts & Science x
  • French & Francophone x
  • Social Sciences x
  • Primary Language: French x
Clear All

Series:

Karin Schwerdtner

Se référant aux mythes de la passivité féminine, et particulièrement à la pensée dichotomique selon laquelle l’abandon de son désir serait de l’ordre du devoir féminin, tandis que le pouvoir d’assouvir sa curiosité et sa sexualité se présenterait comme un privilège masculin, cet article se propose d’analyser la relation femme-homme dans le premier texte d’Annie Ernaux écrit en collaboration avec Marc Marie : L’Usage de la photo. Nous verrons, d’une part, comment le désir intègre ce qui produit la souffrance (la séparation, la perte, la maladie) et, d’autre part, comment cette dimension de séparation le dynamise de manière à brouiller les valeurs liées à la dichotomie sexuelle.

Series:

Susan Mooney

Michel Houellebecq nous présente un monde du désir masculin (Plateforme) et Nina Bouraoui révèle des secrets du désir féminin (La Voyeuse interdite). Mais leurs expressions de la sexualité partagent des empreintes paternelles. En utilisant la théorie du regard « matrixial » de Bracha Ettinger, cette étude révèle une surprenante similarité structurale de la loi paternelle dans la sexualité masculine et féminine, même dans des orientations paternelles culturellement très distinctes. Ces récits qui semblent promouvoir une fuite à la réalité et la Loi, comptent sur celle-ci pour s’interroger sur les bases de nos désirs et de nos alliances et la complicité avec les maîtres.

Series:

Najib Redouane

Dans la société marocaine, la parole féminine qui aborde la sexualité, l’intimité et l’érotisme est bannie. Or, suivant les traces de leurs aînées, Badia El Hadj Nasser et Rita El Khayat, deux écrivaines contemporaines, Bahaa Trabelsi et Nedjma ont refusé toute forme de censure. Leurs écrits respectifs sont audacieux et traitent de thèmes tabous. Ce sujet présente les procédés d’écriture qui distinguent chacune de ces écrivaines dans l’écriture féminine au Maroc.

Series:

Rabia Redouane

Dans l’œuvre de Calixthe Beyala, Femme nue, femme noire se présente comme un roman érotique très audacieux. Il regorge de descriptions de scènes sexuelles choquantes et déroutantes. Le but de cette étude est de montrer qu’en recourant dans ce roman à une écriture de l’insolite, du troublant et du dérangeant, l’écrivaine camerounaise met aussi bien son imagination que son engagement dans l’avancement d’un érotisme africain propre au continent noir, présenté dans une démarche libérale et libératrice des réserves, de fausse pudeur, voire de la honte.

Series:

Murielle Lucie Clément

Au printemps 2011, Andreï Makine faisait son « coming out » officiel et avouait être Gabriel Osmonde. Véritable tour de force éditorial – prise en considération de la différence intrinsèque des deux œuvres. Cet essai traite Makine et Osmonde comme deux écrivains distincts. La quête existentielle par la sexualité est exprimée chez Gabriel Osmonde et plus particulièrement dans L’Œuvre de l’amour et, d’une autre façon, dans Alternaissance où la Troisième naissance en est l’ultime but. Une métaphysique exprimée par des ekphraseis photographiques et filmiques à la fonction ontologique dans lesquelles des femmes aux formes amples et généreuses tiennent le haut du pavé.

Series:

Alison Rice

Dans les écrits des femmes algériennes, les hybridités sont multiples, langagières et sexuelles : le corps devient un lieu d’écriture, marqué par de nombreux mouvements et histoires, et source d’innovation littéraire à la fois stylistique et thématique. Dans L’Amour, la fantasia, Assia Djebar évoque les quatre langues à la disposition des femmes algériennes. La quatrième est celle du corps, et l’auteur met en scène ce langage dans son rapport à l’amour physique. Notre étude se concentre sur le corps féminin dans son rapport au désir et au plaisir sensuels dans l’œuvre de Maïssa Bey, d’Assia Djebar et de Leïla Sebbar.