Naviguer par titre

Stefan Troebst

Abstract

In this article of 1995, which had been translated into Russian already in 2013, the German Historian Stefan Troebst studied the question of the « breakthrough of the modern age » in Russia, usually attributed to tsar Peter I « the Great », suspecting that the new Era had in fact begun earlier, in the XVIIth century. After a theoretical reflexion about periodization in history, and its application to the history of Russia, he demonstrates that the « threshold year » takes place in 1667, examining this theory from different points of view: state and institutions, international relations, economical policy, religion, culture and fine arts. But this modernization has also caused violent revolts and oppositions during the reign of tsar Alexis Mikhailovitch.

Stefan Herfurth

Zusammenfassung

Im Mittelpunkt dieses Artikels stehen die städtebauliche Vereinigung Ivangorods mit Narva und die daraus resultierenden Ressentiments zwischen den deutschen Kaufleuten und der russischen Bevölkerung Ivangorods. Die zähe Umsiedlung wird dabei gegenläufig im Sinne des städtisch-merkantilen Wettbewerbs analysiert und in den Kontext der städtebaulichen Erweiterung eingebunden. Im Betrachtungzeitraum von 1617 bis 1657 werden auch die Diskussionen über eine urbane Integration der russischen Bevölkerung in Narva diskutiert.

Sophie Cœuré

Résumé

Cet article se propose de questionner la lecture de l’espace russe par Fernand Braudel (1902-1985). Le rôle de Fernand Braudel dans l’invention des aires culturelles à la française et sa promotion des échanges Est-Ouest sont contextualisés par l’histoire du dialogue asymétrique et politisé entre historiens français et soviétiques. L’article montre que son analyse de l’économie-monde russe des 16e-18e siècles et de la civilisation russe a amené Braudel à proposer un décentrement original de l’analyse spatiale, loin du regard occidental traditionnellement porté de l’Ouest vers l’Est. Cette lecture a été en partie effacée par l’ombre portée du marxisme.

Yann Richard

Résumé

La Russie participe à la régionalisation du monde et à l’intégration régionale en Europe. Pendant des siècles, elle a construit une réalité territoriale impé-riale, tout en entretenant des relations fortes avec l’Europe. Dans cet article, on montre que la problématique de l’intégration régionale appliquée à la Russie renvoie ainsi à deux espaces de référence – l’Europe et l’empire – qui renvoient eux-mêmes à problématiques différentes. On montre égale-ment que l’histoire et la géographie, à l’instar d’autres disciplines, permet-tent d’explorer ces problématiques.

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Résumé

Richelieu envoie, en 1629, Louis Deshayes de Courmenin à Moscou afin de signer un traité pour la reprise du commerce français en Russie. Après Hauser (1944) et Zordanija (1960), nous tentons d’éclairer cette mission à l’aide de textes inédits. Un extrait du journal de voyage de Brisacier et d’autres documents montrent que les Français recherchent surtout les produits russes (fourrures et autres peaux, fournitures de marine, céréales). Bien que le tsar leur refuse le droit d’aller en Perse pour acheter la soie brute via la Russie, la mission de Deshayes est néanmoins un succès, économique et aussi politique.

Indravati Félicité

Résumé

Au début du XVIIIe siècle, Pierre le Grand conclut des alliances matrimo-niales avec différentes maisons princières allemandes. L’article présente dans un premier temps les négociations préliminaires à ces unions. Puis, la publicité faite à ces mariages dans des ouvrages consacrés aux implications diplomatiques de ces alliances, ainsi que leur interprétation politique sont étudiées. Pour conclure, la perception de ces événements par les observa-teurs contemporains et leur représentation dans des revues scientifiques du XVIIIe siècle sont analysées.

Vincent Demont

Résumé

L’exploitation de nouvelles sources permet une recontextualisation des tentatives visant, au XVIIe siècle, à ouvrir une route de la soie russe, et principalement des projets de Frédéric III de Schleswig-Holstein-Gottorf. L’article montre que ces projets, en dépit de leur caractère chimérique, s’inscrivaient dans les réseaux du commerce nord-ouest-européen vers la Russie, mais aussi qu’ils jouaient un rôle dans les évolutions de ceux-ci. Cela souligne la pertinence d’ambitions commerciales extra-européennes comme objet d’histoire européenne.