Browse results

You are looking at 1 - 2 of 2 items for :

  • Literature and Cultural Studies x
  • African Studies x
  • Primary Language: French x

Les mémoires de Maalaŋ Galisa sur le royaume confédéré du Kaabu

Un récit en langue mandinka de la Guinée-Bissau

Series:

Cornelia Giesing and Denis Creissels

Edition d'un récit en mandinka par Maalaŋ Galisa (octobre 1988) sur la constitution et les conditions de vie au Kaabu, territoire situé entre la Gambie, le Sénégal et la Guinée-Bissau, connu depuis le 16e siècle et détruit vers 1867. La gamme des sujets couvre: le peuplement, le gouvernement, les codes de conduite des guerriers, religieux, esclaves et 'hôtes étrangers', les règles de l'esclavage, du mariage et de la succession, la coexistence des religions, les relations entre groupes d'âge et de genre.
Le texte diffère d'autres qui se focalisent sur un unique fondateur-patriarche, Tiramakan de l'épopée de Sunjata. Galisa parle du sud-est du Kaabu, à la frontière avec la Guinée. Il ajoute des couleurs locales au modèle mandinka, évoquant la puissance féminine et certains conflits violents.

Edition of a recital in Mandinka by Maalaŋ Galisa (October 1988) on the political constitution and living conditions in Kaabu, a territory situated between present Gambia, Senegal and Guinea-Bissau, known since the 16th century, definitely destroyed in 1867. The narrative presents a range of topics covering governance, codes of conduct of warriors, clerics, slaves and 'strangers', rules of slavery, marriage and succession, the cohabitation of different religions, relations of age and gender.
This text is distinctive from others focussing on a single founder-patriarch, Tiramakan of the Epic of Sunjata. Galisa focuses on South-eastern Kaabu, bordering on the region of Labé (Guinea). He adds local colours to the Mandinka model, depicting powerful women and violent conflicts resulting from injustice.

Afrique plurielle

Études de littérature comparée.

Series:

Albert S. Gérard

Les textes rassemblés dans Afrique plurielle mettent en relief quelques aspects de la foisonnante diversité littéraire du continent. Commençant par l'Afrique dite francophone, l'auteur évoque d'abord la littérature bilingue, arabe-français, du Maghreb; il décrit les rapports entre le roman sénégalais contemporain, la tradition locale d'historiographie arabe et les épopées orales en langues vernaculaires; il définit la spécificité littéraire du Zaïre, ancienne colonie belge. Un deuxième groupe d'essais initie le lecteur à des aspects peu connus des littératures anglophones et lusophones, s'attardant en passant à un des premiers maîtres du roman africain, Thomas Mofolo. Les chapitres suivants traitent des problèmes linguistiques que rencontre l'écrivain africain écartelé entre trois modes d'expression: son idiome maternel, qui n'existe souvent que dans l'oralité, la langue européenne de l'ancien colonisateur, encore inaccessible à la majorité de son peuple, et le parler créole qui est en train de se développer dans les centres urbains. S'inspirant enfin de son expérience personnelle, Albert Gérard définit une méthode pour l'historiographie littéraire d'un continent dont presque chaque état est lui-même une entité complexe: polyethnique et plurilingue.