Browse results

You are looking at 1 - 2 of 2 items for :

  • Social Sciences x
  • Literature, Arts & Science x
  • French & Francophone x
  • Primary Language: French x
Clear All

Entre Classicisme et Modernité

La Nouvelle Revue Française dans le champ littéraire de la Belle Epoque

Series:

Maaike Koffeman

La Nouvelle Revue Française, qui fut selon François Mauriac la « rose des vents » de la littérature française de l’entre-deux-guerres, jouit en France d’un prestige incomparable. Dans Entre Classicisme et Modernité, Maaike Koffeman remonte aux origines de cette légende par le moyen d’une analyse à la fois historique, littéraire et sociologique des premières années de la NRF. Elle montre que les éléments principaux de sa réussite se mettent en place dès avant la Grande Guerre. Son ascension remarquable ne dépend pas uniquement de la qualité de ses textes, mais aussi des stratégies employées par ses rédacteurs pour lui conquérir une position dominante dans le champ littéraire de la Belle Epoque.
Cette étude combine une approche institutionnelle, inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, avec une analyse interne, centrée sur les idées et les œuvres littéraires. Ce faisant, elle démontre qu’il y a un rapport étroit entre le programme artistique de la NRF et sa position dans le champ littéraire. Son classicisme moderne lui permet de réunir les meilleurs écrivains de son temps et de fournir une contribution importante au renouvellement du roman français. Maaike Koffeman place les recherches artistiques de la revue dans un contexte international : à travers le concept du modernisme, elle montre comment la NRF aide à préparer la grande transformation du roman européen. Ainsi, elle veut parvenir à une évaluation plus complète et plus objective des efforts de cette revue dont Auguste Anglès a dit qu’elle a « renversé le barème des valeurs littéraires ».

The literary review La Nouvelle Revue Française enjoys an enormous prestige in France. In Entre Classicisme et Modernité, Maaike Koffeman explores the origins of this legend of French literary life by means of a historical, literary and sociological analysis of the first years of the review’s existence (1908-1914). She shows that the NRF owes its remarkable success not only to its high literary standards, but also to the strategies employed by its editors in order to conquer a dominant position in the French literary world. The review’s programme based on a ‘modern classicism’ allows it to publish the best authors of its time and to contribute to the regeneration of the French novel. This study places the artistic efforts of the review in an international context, showing that British novelists were a main source of inspiration for the concept of the roman d’aventure, which played an important role in the development of early literary modernism. Maaike Koffeman thereby offers a more complete and more objective evaluation of the achievements of a review that is said to have changed the course of French literature.

Series:

Nathalie Roelens

Tout le monde en conviendra : lire n'est pas une activité de tout repos. La vue y est certes sollicitée, et même d'emblée, mais c'est pour aussitôt s'éclipser. S'il était purement vu, le texte (dans son sens étendu d'objet de l'interprétation) ne serait pas encore lu. La lecture proprement dite aura lieu dès l'instant où je cesse de voir ce qui m'est donné à voir pour me faufiler au-delà. J'embrasse à présent une réalité tri-dimensionnelle, je deviens le texte et le texte m'épouse, je flaire et je ressens, j'hallucine et je jubile, bref : je lis. La lecture sera synesthésique ou ne sera pas. Mon voyeurisme n'est plus trivial mais absolu. Or ce don de voyance que je m'accorde pour pallier mon aveuglement du départ n'est pas sans risques : je ne suis à l'abri ni de la méprise ni de la foi aveugle. Et c'est là le côté ironique de toute lecture. On a beau s'investir dans l'oeuvre, tôt ou tard l'enchantement sera rompu. Je me vois en train de lire, donc je ne lis plus. Le texte me renvoie soudain à mes propres limites. Il n'empêche que cet ébranlement du sujet soit souvent déclencheur d'une expérience esthétique, expérience qui porte également un enseignement : la lecture aujourd'hui engage quiconque s'y adonne à être prêt à abdiquer à chaque instant ou, du moins, à respecter l'illisible et l'inappropriable.
L'aboutissement de ce travail ce confond avec son présupposé majeur : inutile de vouloir maintenir le clivage entre lecture textuelle et lecture tout court (d'une image, du monde, d'un corps désiré, etc.), ce sont leurs empiètements qui restituent à ce geste ancestral et sans doute universel son souffle et son ampleur. Des scènes de perception entravée, lacunaire ou défectueuse, glanées dans le patrimoine littéraire et plastique contemporain (Proust, Cocteau, Michaux, Calvino, Manganelli, De Chirico, Alechinsky, Fuentes, Biély, Nabokov, Gombrowicz et tant d'autres) et appréhendées comme autant de simulacres de l'expérience de lecture, nous ont permis de cerner l'activité lectorielle au plus proche des textes.