Browse results

You are looking at 1 - 10 of 16 items for :

  • Social Sciences x
  • French & Francophone x
  • Literature, Arts & Science x
  • Literature and Cultural Studies x
  • Primary Language: French x

Identités françaises

Banlieues, féminités et universalisme

Series:

Mame-Fatou Niang

Identités françaises interroge les notions de périphérisation et d’identité nationale à travers une étude de discours sur les banlieues françaises. L’exploration du quotidien, au détriment de l'extraordinaire, invite le lecteur à reconsidérer les représentations des périphéries, et les processus qui créent citoyenneté et marginalité dans la France républicaine. L'accent est porté sur des expériences féminines dans des œuvres produites par des écrivains et artistes issus de ces espaces. Cette attention éclaire les parcours de femmes qui concentrent un ensemble de marginalités socio-économiques ou raciales. L’étude de ces intersections illumine de nombreuses notions d’inclusion et de périphérisation. En plein débats autour d’une identité nationale une et indivisible, l’œuvre de Mame-Fatou Niang illumine des identités plurielles ancrées dans les banlieues françaises.

Identités françaises interrogates notions of marginalization and national identity through an analysis of French banlieues. The display of the quotidian, at the expense of the extraordinary, invites the reader to reconsider the most common images of these urban peripheries and the processes that create citizenship and marginality in republican France. The focus is on the female experience, in works produced by writers and artists from these peripheries. Banlieue women sit at the intersection of marginalities of race, gender and class. The study of these intersections illuminates multiple notions of identity, belonging and peripheralization. Amid the contemporary flare-ups and debates around a single and indivisible French national identity, Mame-Fatou Niang’s work brings to light plural identities rooted in France’s suburban spaces.

Noces pour femme seule

Le féminin et le sacré dans l’oeuvre d’Albert Camus

Series:

Geraldine F. Montgomery

Alors que l’œuvre d’Albert Camus est souvent perçue comme dominée par le masculin, Noces pour femme seule étudie pour la première fois l’importante présence du féminin dans l’ensemble des textes fictifs, la reliant à celle du sacré. La mise en présence de ces deux paradoxes de l’œuvre y dégage de nouvelles lignes de force et met en évidence, à travers les présences et les voix féminines, des aspirations fondamentales souvent méconnues.
L’analyse du paradoxe du sacré, d’ordre religieux et philosophique, cherche à concilier l’agnosticisme de l’auteur et sa philosophie initiale de l’absurde, qui nie toute transcendance, avec un sens du sacré quasi omniprésent. L’analyse du paradoxe du féminin, d’ordre mythique et psychique et se manifestant à travers un jeu alterné d’absences/présences et de silences/paroles, se base principalement sur une approche sémiotique kristevienne du maternel et du féminin comme “dernier refuge du sacré”.
Cette double approche éclaire les différends métaphysiques entre le masculin et le féminin, la solitude de la femme, et enfin l’expérience initiatique de “La Femme adultère”, nouvelle qui culmine dans la fusion des deux paradoxes traités — soit les “noces” du féminin et du sacré. Finalement, il apparaît au cours de l’étude que la relation du féminin et du sacré dans l’œuvre est fondée sur l’expérience du désir qu’engendre l’absence/silence de l’Autre.

Entre Classicisme et Modernité

La Nouvelle Revue Française dans le champ littéraire de la Belle Epoque

Series:

Maaike Koffeman

La Nouvelle Revue Française, qui fut selon François Mauriac la « rose des vents » de la littérature française de l’entre-deux-guerres, jouit en France d’un prestige incomparable. Dans Entre Classicisme et Modernité, Maaike Koffeman remonte aux origines de cette légende par le moyen d’une analyse à la fois historique, littéraire et sociologique des premières années de la NRF. Elle montre que les éléments principaux de sa réussite se mettent en place dès avant la Grande Guerre. Son ascension remarquable ne dépend pas uniquement de la qualité de ses textes, mais aussi des stratégies employées par ses rédacteurs pour lui conquérir une position dominante dans le champ littéraire de la Belle Epoque.
Cette étude combine une approche institutionnelle, inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, avec une analyse interne, centrée sur les idées et les œuvres littéraires. Ce faisant, elle démontre qu’il y a un rapport étroit entre le programme artistique de la NRF et sa position dans le champ littéraire. Son classicisme moderne lui permet de réunir les meilleurs écrivains de son temps et de fournir une contribution importante au renouvellement du roman français. Maaike Koffeman place les recherches artistiques de la revue dans un contexte international : à travers le concept du modernisme, elle montre comment la NRF aide à préparer la grande transformation du roman européen. Ainsi, elle veut parvenir à une évaluation plus complète et plus objective des efforts de cette revue dont Auguste Anglès a dit qu’elle a « renversé le barème des valeurs littéraires ».

The literary review La Nouvelle Revue Française enjoys an enormous prestige in France. In Entre Classicisme et Modernité, Maaike Koffeman explores the origins of this legend of French literary life by means of a historical, literary and sociological analysis of the first years of the review’s existence (1908-1914). She shows that the NRF owes its remarkable success not only to its high literary standards, but also to the strategies employed by its editors in order to conquer a dominant position in the French literary world. The review’s programme based on a ‘modern classicism’ allows it to publish the best authors of its time and to contribute to the regeneration of the French novel. This study places the artistic efforts of the review in an international context, showing that British novelists were a main source of inspiration for the concept of the roman d’aventure, which played an important role in the development of early literary modernism. Maaike Koffeman thereby offers a more complete and more objective evaluation of the achievements of a review that is said to have changed the course of French literature.

Series:

Monique Saigal

Le but de ce livre est d’examiner les œuvres de trois auteures contemporaines dont le lien à la mère est à l’origine de leur désir d’écrire. Jeanne Hyvrard, professeur d’économie politique, se place sur un plan socio-économique mais le rapport pénible avec sa mère se manifeste dans son texte autobiographique La jeune morte en robe de dentelle. Par contre dans ses autres ouvrages, le terme “mère” prend une ampleur plus métaphorique et philosophique et Hyvrard développe ce qu’elle appelle une pensée-corps. Chantal Chawaf, née d’une mère agonisante, tente de se rattacher à elle en luttant pour la préservation du féminin. Elle crée une langue poétique et sensorielle où les sonorités et les métaphores tentent d’évoquer les perceptions ressenties par l’enfant dans l’intra-utérin. Annie Ernaux, de souche prolétaire mais professeur de Lettres et dont la mère est la femme qui a le plus compté pour elle, avoue avoir écrit pour lui plaire. Elle utilise une langue hybride qui mêle l’oral à l’écrit et relie son expérience personnelle à celle de toute une classe sociale. Hyvrard, Chawaf et Ernaux développent à travers leurs ouvrages une identité et une écriture qui mettent en relief l’importance de la mère. Elle est non seulement source de vie mais ce qui en elles les pousse à vouloir contribuer à la formation d’un monde meilleur.