Browse results

You are looking at 1 - 5 of 5 items for :

  • Postcolonial Literature & Culture x
  • Cultural Studies x
  • Primary Language: French x
Clear All
Autour du multiculturalisme et des minorités visibles en France
Paroles d’auteurs jeunesse – autour du multiculturalisme et des minorités visibles en France
donne la parole à treize auteurs et à un illustrateur de littérature jeunesse contemporaine. Nadira Aouadi, Louis Atangana, Hubert Ben Kemoun, Dounia Bouzar, Marc Cantin, Marie-Félicité Ebokéa, Gudule, Catherine Kalengula, Gisèle Pineau, Karim Ressouni-Demigneux, Leïla Sebbar, Tran Quoc Trung et Marcelino Truong se sont gracieusement prêtés à une réflexion autour du multiculturalisme, du multiethnique, de l’interculturalité.
Cet ouvrage part d’un simple constat : le manque de représentation des minorités visibles en littérature jeunesse dans les années 1970. Cette littérature s’inscrit dans un contexte historique et socio-politique ; or, un des traits caractéristiques de la France actuelle est sa multiculturalité, maintenant visible dans sa production pour la jeunesse. Chacun de ces auteurs, aux origines et parcours différents, aux voix et styles très divers, s’est penché sur la question d’appartenir à une « minorité visible » et sur sa propre contribution.
L’ouvrage de Michèle Bacholle-Bošković s’adresse aux professionnels du livre jeunesse, aux chercheurs en littérature jeunesse, en études francophones, études postcoloniales et études culturelles, mais aussi à un large public. Il offre une voie d’accès essentielle à des auteurs d’un genre en expansion, toujours renouvelé.
Écritures de l’exil, migrances et discours postcolonial
À l’ère postcoloniale, les littératures de la migration et de l’exil se sont considérablement développées dans les pays de la Méditerranée qui ont connu, sous des formes diverses, le colonialisme, les guerres d’indépendance, puis la décolonisation. « Espace-mouvement » autour de trois aires culturelles, la chrétienté, le monde orthodoxe et la oumma musulmane, la Méditerranée a connu nombre d’affrontements, de heurts et de bouleversements identitaires. Au-delà de la crainte et de la méfiance nées de cette histoire, il existe une capacité d’invention renouvelée manifestée par les textes des écrivains issus des différents pays méditerranéens: Algérie, Chypre, Croatie, Égypte, Grèce, Liban, Maroc, Tunisie.
À la lumière de la critique postcoloniale, Espace méditerranéen : écritures de l’exil, migrances et discours postcolonial analyse la dimension politique de ces œuvres et le rôle qu’a pu jouer la découverte de cultures différentes – à travers la migration, l’exil, l’expatriation – dans le parcours de certains écrivains ou penseurs caractérisés par une double appartenance. Les auteurs de cet ouvrage s’attachent donc à montrer les complexités mais aussi tout l’intérêt des écritures de l’exil et de la migrance à la croisée des cultures et des langues de la Méditerranée contemporaine.
Actes du colloque international de Bayreuth (22-24 juillet 1993)
Editors: Pierre Halen and János Riesz
Albert Memmi, Assia Djebar, Daniel Maximin
Les deux volumes de Postcolonialisme & Autobiographie sont consacrés à l'affinité qui unit la littérature postcoloniale et le genre de l'autobiographie. Les contributions de spécialistes originaires d'Afrique du Nord, d'Europe et des Etats-Unis se concentrent sur deux régions dans lesquelles l'interrelation entre le postcolonialisme et l'autobiographie est particulièrement marquante et fertile: le Maghreb et les Caraïbes anglophones et francophones. L'arrière-fond colonial stimule les auteurs et les amène à élaborer un programme d'émancipation en vue de constituer un sujet décolonisé grâce à l'écriture autobiographique. Tandis que le volume anglais traite des problèmes du genre autobiographique dans les Caraïbes anglophones, le volume français analyse les écrits autobiographiques du Maghreb, en particulier ceux d'Assia Djebar et d'Albert Memmi et ceux des Antilles francophones, surtout l'oeuvre de Daniel Maximin. Des critiques comme Mireille Calle-Gruber, Françoise Lionnet, Mireille Rosello, Ronnie Scharfman et d'autres révèlent les multiples couches des différentes cultures africaines et indiennes sur lesquelles les pouvoirs coloniaux européens et américains sont venus se greffer. Nomadisme, exil et hybridité déterminent l'existence des écrivains et des critiques. Les textes d'auteurs inédits permettent de se faire une idée de la grande variété et de la grande richesse de l'écriture autobiographique postcoloniale.