Browse results

You are looking at 11 - 20 of 1,181 items for :

  • French & Francophone x
  • Social Sciences x
Clear All
In: Simone de Beauvoir Studies

Abstract

As the International Simone de Beauvoir Society celebrates the relaunch of Simone de Beauvoir Studies, the author looks back with gratitude to longtime editor Yolanda Patterson and reviews what the journal’s thirty-year history has to tell us about Beauvoir scholarship, past, present, and future. Topics discussed include the history of the Society; engagements with Beauvoir from the perspectives of literary criticism, philosophy, and the social sciences; and controversies over Beauvoir’s character, her response to the Occupation, her relationship to Sartre, and her legacy for feminism.

In: Simone de Beauvoir Studies

Résumé

Nous verrons que le désintérêt à peine voilé de Michael Sheringham, comme de Philippe Lejeune avant lui, à l’ égard des Mémoires d’ une jeune fille rangée tient à leur valorisation excessive du pacte autobiographique. Or, tout en s’ inscrivant dans la nébuleuse des autobiographies existentialistes, le récit de Simone de Beauvoir s’ en démarque, en particulier par le rôle qu’ y joue le genre des Mémoires en creux, ou plus précisément à l’ horizon du texte de 1958. Il s’ agira de montrer que le premier volume du cycle beauvoirien occupe au sein des récits de soi existentialistes une place beaucoup plus centrale que ne l’ envisageait Sheringham dans French Autobiography.

In: Simone de Beauvoir Studies

Résumé

C’ est pour « parler au lecteur de personne à personne » que Beauvoir se lance dans l’ écriture autobiographique en 1958. Elle semble y être parvenue, si on en juge par les nombreux lecteurs qui lui ont écrit pour lui parler à leur tour de personne à personne. Nous voudrions ici étudier la présence des lecteurs dans l’ autobiographie beauvoirienne : on y découvre le souci principal de l’ auteur, soit « dissiper les malentendus » tant à propos d’ elle-même que de ses œuvres. On y lit aussi sa conception d’ une littérature engagée, étroitement liée à celle de son rapport à autrui, idéalement fait de réciprocité.

In: Simone de Beauvoir Studies

Abstract

This paper argues that in L’ Invitée and in The Second Sex, Black presence, especially “Black female presence,” functions as the fundamental field against which White female consciousnesses are able to make sense of themselves as subjects and objects in their relationships with Others, including when the Others are themselves. Considering The Second Sex and L’ Invitée as together providing Beauvoir’s understanding of gender allows for an account of how “Black female presence”—in the form of the White imaginary’s idea of Black women—is present and operational in The Second Sex.

In: Simone de Beauvoir Studies
Pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan
Boris Vian, faiseur de hoax : pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan propose la première véritable théorie du canular, ou hoax littéraire : Qu’est-ce qu’un hoax littéraire ? Comment se manifeste-t-il ? Quelles en sont les conséquences sur la fonction de l’auteur ?
S’inspirant de grands théoriciens de la littérature tels Roland Barthes, Michel Foucault ou Jacques Derrida, Clara Sitbon applique sa toute nouvelle théorie des hoaxes littéraires à des exemples tirés des littératures française, britannique et australienne et, ce faisant, parvient à établir la première typologie des hoaxes. Plus précisément, à travers une analyse détaillée de l’Affaire Boris Vian/Vernon Sullivan (1946-1950) comme fil rouge, Clara Sitbon démontre habilement que le hoax littéraire peut être un outil d’analyse littéraire de qualité. Plus important encore, elle prouve que les auteurs pseudonymes, ces compagnons d’infortunes de leurs créateurs ont, eux aussi, une légitimité littéraire.

Boris Vian, faiseur de hoax : pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan offers the first comprehensive theory of literary hoaxes: What are they? How can recognise them? How do they work? What are their consequences on the notion of authorship?
Drawing on literary theorists such as Roland Barthes, Michel Foucault and Jacques Derrida, Clara Sitbon applies her theory to a range of hoaxes in French, British and Australian literatures, thereby providing a detailed typology of hoaxes. More particularly, through detailed analysis of the Boris Vian/Vernon Sullivan Affair (France, 1946-1950) as a case study for her theory, Clara Sitbon cleverly demonstrates that the literary hoax can indeed be a useful analytical tool in literary criticism. More importantly, she proves that pseudonymous authors can indeed have a literary legitimacy.
Les cas Fottorino, Vigan, Grimbert, Rahmani, Charneux et Delaume
Cet ouvrage de Michèle Bacholle est le premier à examiner des écrits autobiographiques de romanciers français contemporains endeuillés après suicide. Alors que les livres de Fottorino et Vigan permettent une réflexion sur la famille, la filiation et les secrets (aux effets pathogènes et transgénérationnels), ceux de Grimbert et Rahmani montrent comment l’Histoire (l’Holocauste et les massacres des harkis) a causé des suicides retardés. Charneux et Delaume ouvrent, eux, une discussion sur les enfants endeuillés après suicide. Puisant dans la psychologie et la suicidologie, ce livre montre les stratégies utilisées pour dire l’indicible et que l’écriture permet une restructuration de soi. En explorant le suicide et les tenants et aboutissants de ce deuil particulier, il lève aussi un tabou.

Michèle Bacholle’s book is the first to examine autobiographical writings by contemporary French novelists, survivors of another person’s suicide. While Fottorino’s and Vigan’s books allow a reflection on family, filiation, and family secrets (with their pathogenic and transgenerational effects), Grimbert’s and Rahmani’s show how History (the Holocaust and the harkis’ massacres at the end of the Algerian War) caused delayed suicides, and Charneux and Delaume open a discussion on children as suicide survivors. Using sources in psychology and suicidology, this book shows the strategies these writers use to tell the unspeakable and shows how writing enables self-restructuration.By exploring suicide and the ins and outs of its specific kind of mourning, this book breaks a taboo.