Browse results

In: The Rhetoric of Photography in Modern Japanese Literature
Author: Rachel Bouvet

Abstract

La miniaturisation du végétal affecte la dimension visuelle et les processus d’écriture et de lecture. L’observation des dessins et des photos dans l’Encyclopédie poétique et raisonnée des herbes de Denise Le Dantec permet de remarquer qu’ils s’inscrivent dans la tradition des « livres des simples », où la plante est réduite aux dimensions de la page. Alors que l’herbier scientifique respecte ses dimensions originales, les schématisations et reproductions picturales jouent avec les échelles. L’ouvrage de Le Dantec intègre les données scientifiques tout en les faisant dialoguer avec la littérature et les arts. La minia­ture végétale « ouvre un monde » (Bachelard), dans la mesure où la connaissance fine de chacune des herbes joue un rôle déterminant dans le regard porté sur l’environ­ne­ment. 


In: La miniature, dispositif artistique et modèle épistémologique
Author: Nadja Maillard

Abstract

Les miniatures dont il est question dans ce texte ont toutes une taille respectable, qu’il s’agisse des palais florentins du XVe siècle ou d’une sculpture de 18 mètres de haut. Leurs points communs : la pierre, comme matière et comme symbole, et le fait que pour les produire des montagnes ont dû être réduites : les collines de Boboli dont les carrières ont fourni la pietra forte dont Florence est en grande partie constituée, le Mont Rushmore dans les Black Hills (Dakota du Sud) ramené à une galerie de portraits, ceux des présidents Washington, Jefferson, Roosevelt et Lincoln. Entre ces objets, un fil rouge, l’escalade, évoquée dans un texte de Vicki Baum où il est question du palazzo Pitti et dans la scène finale de North by Northwest [La Mort aux trousses] d’Alfred Hitchcock.


In: La miniature, dispositif artistique et modèle épistémologique

Abstract

Notre étude investigue les potentialités générées par la miniature en tant que dispositif de conception architecturale et stratégie créative comme préalable à des postures paramétriques créant des matérialités émergentes. Du fait de l’usage courant des outils digitaux dans le projet d’architecture, on constate, dans les écoles comme en agences, une forte hétérogénéité entre, d’une part, l’approche sensible et analogique liée à la matière – intrinsèque à la discipline – et le design assisté par ordinateur, d’autre part. Nous utilisons ici la miniature en tant qu’objet activateur de créativité ainsi que support physique d’apprentissage de l’outil numérique. Cette recherche se situe dans un cadre pédagogique, en master, à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, au laboratoire MAP-Aria.


In: La miniature, dispositif artistique et modèle épistémologique
Author: Bruno Thibault

Abstract

À la croisée des arts plastiques, de la scène et du cinéma, le dernier film d’Andy Guérif, réalisé en 2015, se présente comme un long plan séquence d’une heure environ qui s’inspire du fameux retable polyptique médiéval de Duccio di Buoninsegna, Maestà, conservé à Sienne. Andy Guérif a reconstruit minutieusement les petits décors du maître primitif italien à échelle humaine puis il y a filmé les scènes de la Passion du Christ qui s’y déroulent une à une, les rassemblant ensuite en split screen. En juxtaposant ces tableaux vivants sur grand écran, Guérif produit sur le spectateur l’effet d’unespectaculaire miniaturisation, sans aucun gros plan. Mais quel sens donner à ce jeu du cinéaste avec la narration évangélique et avec la miniaturisation ? Après avoir présenté les aspects techniques, et la fonction didactique de ce film, nous proposons deux niveaux de lecture, l’un pour chacune des vignettes et l’autre pour l’ensemble de ces vignettes. Nous discutons aussi le traitement de la bande son, l’absence de dialogues et de musique, qui renforce l’importance visuelle des scènes miniaturisées, ainsi que l’absence d’effets spéciaux. Finalement, à partir de certaines réflexions de Fumaroli et de Kristeva, nous nous interrogeons sur la fonction pédagogique et la portée cathartique du film.


In: La miniature, dispositif artistique et modèle épistémologique

Abstract

En quoi la taille d’une œuvre d’art est-elle significative ? La miniaturisation nous intéresse moins dans ce qu’elle signifie (maîtrise du monde, refuge, création de microcosmes) que le rapport que les œuvres de petite taille permettent d’instaurer avec le visiteur, grâce en particulier à un objet propre aux appareils d’optique : le trou, ce par quoi une miniature peut feindre de flatter le penchant voyeuriste du visiteur, ou ce par quoi une œuvre signale sa présence en se dérobant. Nous problématisons notre approche avec les deux trous d’Étant donnés: 1° la chute d’eau / 2° le gaz d’éclairage inséparables de la scénographie de la galerie consacrée à Marcel Duchamp au musée des Beaux-Arts de Philadelphie puis examinons le travail de trois femmes exposé à New York durant le mois de janvier 2017 : Pipilotti Rist, Lynn Herman Leeson et Louise Bourgeois.


In: La miniature, dispositif artistique et modèle épistémologique
In: The Rhetoric of Photography in Modern Japanese Literature