Search Results

Le français distingue, à l’instar de nombreuses langues telles le dioula qui possèdent des adpositions, les syntagmes nominaux des syntagmes prépositionnels. Seuls les syntagmes nominaux peuvent assumer la fonction de sujet d’un verbe, alors que les deux types de syntagmes peuvent se trouver en fonction de complément d’un verbe ; c’est alors le verbe qui sélectionne le type de complément, nominal ou adpositionnel. Dans d’autres langues, au contraire, telles le baoulé, les éléments qui introduisent un syntagme nominal pour former un syntagme de rang supérieur ne constituent pas une classe d’adpositions. Le contact de ces deux langues en Côte d’Ivoire peut-il expliquer que le français local ivoirien donne à des syntagmes prépositionnels (de forme PREP (N / Pro)) la faculté d’occuper des fonctions de syntagmes nominaux dans une phrase ? Notre discussion porte tout d’abord sur le statut des syntagmes adpositionnels en français, en dioula et en baoulé. Nous montrons que certaines de ces formes peuvent être analysées comme des syntagmes nominaux à tête vide. D’autres faits de langue sont ensuite rapprochés de ce phénomène.

In: Journal of Language Contact

It is not possible to explain what happens to French syntax in a situation of close contact with one or more languages, solely in terms of French. How then can we describe French in relation to the languages in contact? We first discuss the early research of Gabriel Manessy and their development by a number of linguists, and later show the importance of exploring several properties of the constructions under study in comparing languages, in order to place them within the context of general language processes. Furthermore, we will insist on the need to go beyond the forms at issue by focusing on their behavior. The examples will be taken from Ivory Coast French, which, ever since its establishment, has been in contact with the languages of the vast Niger-Congo family, in particular Jula and Baule (which have themselves been in contact for several centuries).

In: Journal of Language Contact