Search Results

You are looking at 1 - 10 of 10 items for

  • Author or Editor: Bruno Blanckeman x
  • Search level: All x
Clear All
In: Olivier Rolin

Résumé

Du style de Marguerite Yourcenar, on a souvent dit qu’il était marmoréen, identifiant ainsi celui d’une œuvre dans son ensemble à celui d’un récit dans sa singularité – l’« oratio togata », inventée pour l’écriture de Mémoires d’Hadrien. Rien n’est pourtant plus mouvant que le rapport entretenu au style par un écrivain qui ne cesse d’analyser ses choix, en situation ou rétrospectivement, dans des préfaces et des essais ou dans sa correspondance. Du récit d’introspection moraliste post-gidien qui marque ses débuts, pour le meilleur (Alexis ou le Traité du vain combat) ou le pire (La Nouvelle Eurydice, qu’elle interdit de réédition pendant quarante ans) aux « poèmes en prose » marqués par leur « expressionnisme baroque » (préface de Feux), du roman ordonnant un manège énonciatif de voix et points de vue contrastés, à l’image d’un univers qui vacille (Denier du rêve), jusqu’au roman qui ne cesse de varier la focale sur un héros tour à tour dissipé dans les tumultes d’une histoire en laquelle il se résorbe et saisi dans une suite de gros plans et de conversations qui semblent l’abstraire de cette histoire (L’Œuvre au noir), Marguerite Yourcenar ne cesse d’expérimenter – plus justement, peut-être, d’éprouver – des démarches stylistiques distinctes. Par cette multiplication de dispositifs, il est une volonté d’affirmer la primauté de la démarche littéraire dans l’élaboration d’un discours de connaissance situant l’être au monde. Mais il est aussi une volonté de s’inventer soi-même comme femme de lettres en donnant une substance stylistique composite à un private joke d’adolescente – l’anagramme qui lui tient lieu de nom – et une autorité souveraine à la figure d’intellectuelle polygraphe qu’elle entend incarner. Technique autant que vision, le style constitue pour ces différentes raisons un marqueur d’identité.

In: Changer de style
In: Sylvie Germain
In: Sylvie Germain
In: Olivier Rolin
In: Littérature et sida, alors et encore

Résumé

Du style de Marguerite Yourcenar, on a souvent dit qu’il était marmoréen, identifiant ainsi celui d’une œuvre dans son ensemble à celui d’un récit dans sa singularité – l’« oratio togata », inventée pour l’écriture de Mémoires d’Hadrien. Rien n’est pourtant plus mouvant que le rapport entretenu au style par un écrivain qui ne cesse d’analyser ses choix, en situation ou rétrospectivement, dans des préfaces et des essais ou dans sa correspondance. Du récit d’introspection moraliste post-gidien qui marque ses débuts, pour le meilleur (Alexis ou le Traité du vain combat) ou le pire (La Nouvelle Eurydice, qu’elle interdit de réédition pendant quarante ans) aux « poèmes en prose » marqués par leur « expressionnisme baroque » (préface de Feux), du roman ordonnant un manège énonciatif de voix et points de vue contrastés, à l’image d’un univers qui vacille (Denier du rêve), jusqu’au roman qui ne cesse de varier la focale sur un héros tour à tour dissipé dans les tumultes d’une histoire en laquelle il se résorbe et saisi dans une suite de gros plans et de conversations qui semblent l’abstraire de cette histoire (L’Œuvre au noir), Marguerite Yourcenar ne cesse d’expérimenter – plus justement, peut-être, d’éprouver – des démarches stylistiques distinctes. Par cette multiplication de dispositifs, il est une volonté d’affirmer la primauté de la démarche littéraire dans l’élaboration d’un discours de connaissance situant l’être au monde. Mais il est aussi une volonté de s’inventer soi-même comme femme de lettres en donnant une substance stylistique composite à un private joke d’adolescente – l’anagramme qui lui tient lieu de nom – et une autorité souveraine à la figure d’intellectuelle polygraphe qu’elle entend incarner. Technique autant que vision, le style constitue pour ces différentes raisons un marqueur d’identité.

In: Changer de style

The article focuses on Beckett's influence on his contemporaries in the 1980's as well as his followers. Beckett brought drama back to its core : although his theatrical model cannot be ignored, no author simply replicates it. The purpose of this analysis is to reveal the tension between minimalist forms of drama and tendancies to cross language boundaries through specific techniques of story telling and by this way to represent reality and give it significance

In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui
In: L'Intime – L’Extime
In: L'Intime – L’Extime