Search Results

You are looking at 1 - 10 of 17 items for

  • Author or Editor: Christa Stevens x
  • Search level: All x
Clear All
Author: Christa Stevens

Résumé

Cet article offre une analyse de la figure du jardin et les scènes auxquelles elle se prête à travers l’œuvre cixousienne. Réapparaissant régulièrement dans les textes de l’auteure, réécrits ou remodelés, le jardin, figure qui relève de l’enfance de l’auteure, est le lieu d’une véritable scène primitive qui hante l’écriture cixousienne depuis ses débuts et en détermine la position politique et poétique. Sont étudiés notamment Dedans, Un vrai jardin, Illa, Philippines, et les évocations du Jardin d’essai algérois dans les textes sur et de Jacques Derrida.

In: Écriture des origines, origines de l’écriture. Hélène Cixous
Author: Christa Stevens

Résumé

L’invisibilisation du corps féminin trouve son point focal dans celle de son sexe. Alors que dans la société occidentale d’aujourd’hui les images de femmes nues abondent, surexploitées, commodifiées, sexualisées, celle du sexe féminin ne se montre qu’au bout d’un processus de manipulation et d’appropriation. Ce statut d’invu et d’irregardable, frôlant l’obscène et l’interdit, suggère que la figure de la Méduse mythique, et notamment sa relecture par Freud, continue à hanter l’imaginaire occidental. Sans évoquer la figure mythologique directement, Marguerite Duras, dans une série de courts récits – L’Homme assis dans le couloir, La Maladie de la mort, Les Yeux bleus cheveux noirs – a lancé un défi à la persistance de ce mythe en élaborant des scènes où une femme offre son sexe à voir, à un homme. Il s’agira d’analyser les modalités de ces scènes où, à travers une focalisation masculine, se jouent les notions de l’obscène, de l’apotropaïque et de l’abject, et une mise en crise de la différence sexuelle.

In: Le mythe au féminin et l’(in)visibilisation du corps
In: Écrivains franco-russes
In: Territoires et terres d’histoires
In: Écrivains franco-russes
Travail du texte et histoires du sujet dans Portrait du soleil
Author: Christa Stevens
Auteur célèbre d'une oeuvre multiforme et singulière, Hélène Cixous est surtout connue pour son théâtre et ses écrits sur la poétique de la différence sexuelle. Cette étude traite pour la première fois d'une seule des fictions d'Hélène Cixous, Portrait du soleil (1973). Elle tente d'expliciter le fonctionnement narratif et poétique et de relever les thèmes et motifs essentiels de cette oeuvre en les mettant à l'épreuve de la métaphore solaire. Constatant une solarité généralisée, elle propose une ouverture sur l'ensemble de l'oeuvre d'Hélène Cixous, en particulier son livre le plus récent, O R, les lettres de mon père (1997), et touche à la profonde motivation d'une écriture.
Cette analyse, qui suit de près le texte d'Hélène Cixous, se développe d'un chapitre à l'autre en entrant de plus en plus dans la complexité des questions soulevées par le texte lui-même. Elle tient compte du renouvellement critique et philosophique des années 70 en France et ailleurs, dont la fiction de Cixous intègre les questionnements mais pour les déplacer et les transformer. Elle montre également l'enracinement d'une oeuvre dans le vécu et dans l'Histoire.
Quant à l'impossible portrait du soleil que la fiction d'Hélène Cixous essaie de tracer: il se manifeste à travers l'évocation de la figure du père, que l'on découvre partout présente, liée à la mort et à l'expérience de la séparation, et dans l'autoportrait d'un sujet féminin, en train de se chercher à travers des histoires aussi bien fictionnelles que textuelles.
Author: Christa Stevens

Dans Pornocratie, récit-pamphlet inspiré par La Maladie de la mort de Marguerite Duras, Catherine Breillat met un homme à l’épreuve de la sexualité et du corps féminins pour élucider un certain nombre de « vérités » et de tabous sexuels, à commencer par l’interdit de regarder le sexe féminin. En passant par une critique de la notion de l’obscène, l’article analyse les références, explicites ou non, aux figures mythologiques de femmes associées à l’obscène, à savoir Méduse, Lilith et Baubô et la façon dont, selon Breillat, ces figures continuent à nourrir l’imaginaire contemporain.

In: Mythes et érotismes dans les littératures et les cultures francophones de l’extrême contemporain
Author: Christa Stevens

Dans Pornocratie, récit-pamphlet inspiré par La Maladie de la mort de Marguerite Duras, Catherine Breillat met un homme à l’épreuve de la sexualité et du corps féminins pour élucider un certain nombre de « vérités » et de tabous sexuels, à commencer par l’interdit de regarder le sexe féminin. En passant par une critique de la notion de l’obscène, l’article analyse les références, explicites ou non, aux figures mythologiques de femmes associées à l’obscène, à savoir Méduse, Lilith et Baubô et la façon dont, selon Breillat, ces figures continuent à nourrir l’imaginaire contemporain.

In: Mythes et érotismes dans les littératures et les cultures francophones de l’extrême contemporain
Vol. 1 – No. 1 (1989). A Journal of Critical Theory, Literature & Culture
Volume Editor: Christa Stevens