Abstract

Michel Trād (1912-1998), pionnier de la littérature vernaculaire libanaise du 20ème siècle, a conclu sa vie simple et pleine d'émerveillement, déçu par la modernité et par l'homme. Certains de ses poèmes - chantés par Fayrūz et Wad' al-Sāfī - ont fait le tour du monde néo-arabophone, mais à ce jour, aucun de ses recueils n'a été traduit. Cet article le commémore et tente de nous faire savourer son art, plaide pour son réalisme linguistique et sa spontanéité lyrique, illustre la potentialité métaphorique de ses mots-clefs, sans négliger la prosodie des vers. L'annexe comprend quelques traductions de poèmes extraits de son recueil Guélnār.

In: Arabica
In: Oriente Moderno
In: Oriente Moderno
In: Oriente Moderno
In: Oriente Moderno
In: Approaches to the History and Dialectology of Arabic in Honor of Pierre Larcher