Search Results

Restricted Access

La représentation institutionnelle dans l'ordre international

Une contribution à la théorie de la personnalité morale des organisations internationales

Evelyne Lagrange

L'institutionnalisation et l'organisation d'un ordre juridique sur un mode représentatif impliquent un processus de différenciation fonctionnelle entre représentés et représentants permettant la réduction de la multiplicité à l'unité. La personne morale apparaît comme le terme réunificateur de tout système representative.
Dans l'ordre international, ce processus est perturbé par la présence, dans les organs intergouvernementaux, de représentants d'Etat qui sont autant d'organes des Etats membres, présence prolongée par le consentement aux actes adoptés en leur sein. Quel en est donc le sujet d'imputation : l'organisation ou ses membres ?
Une théorie de l'acte doit être développée au coeur de la théorie de l'organe pour démontrer que l'organisation internationale est la personnification juridique d'une collectivité d'Etats dotée d'un système représentatif, et n'est que cela.
La qualité de partie à un traité constitutif et de membre d'une organisation internationale ne prive l'Etat d'aucun des attributs de la souveraineté dans l'ordre international. Au contraire, la faculté d'investir un sujet de droit de compétences nouvelles est précisément un attribut de la souveraineté : l'organisation est tout entière une création des Etats membres. Leur souveraineté n'inhibe pas le processus de personnification de l'organisation qui, en retour, ne la confisque pas : la souveraineté et la relativité des rapports juridiques demeurent les principes régulateurs de l'ordre international.
Restricted Access

Edited by Robert Uerpmann-Wittzack, Evelyne Lagrange and Stefan Oeter

Growing religious antagonisms are challenging the ultimate goal of ‘living together’ in peaceful societies. Religion and International Law explores international law responses, beginning with their historic roots, before the perspective shifts to the role of religious institutions and religious law. Contributions of different human rights bodies are analyzed, before further sections deal with the international protection of religion, the relationship between religious beliefs and freedom of expression, and the roles of other individual rights.

This book originates from the long-standing cooperation between the German and the French Societies of International Law, thus bringing together the traditions of French laicism and a cooperative German approach. Experts from Austria, Italy, Poland, Portugal and the UK complement the pan-European perspective.
Restricted Access

Edited by Christian Tomuschat, Evelyne Lagrange and Stefan Oeter

The right to life stands at the heart of human rights protection. Individuals cannot enjoy any of the rights guaranteed to them unless their physical existence is ensured. All human rights instrument list the right to life as the first one of their safeguards. Nonetheless, in many situations human life finds itself under structural threat. Although obligated by law to protect the right to life, State authorities time and again engage in deliberate acts of killing. Fortunately, international review bodies have devised many imaginative counter-strategies. Another one of those structural threats is global warming. Obviously, armed conflict puts human life inevitably at risk; the limits of the ‘license to kill’ given by the laws of war must be scrupulously observed.