Search Results

You are looking at 1 - 2 of 2 items for

  • Author or Editor: Ilias Yocaris x
  • Search level: All x
Clear All
Author: Ilias Yocaris

Résumé

Nous nous proposons d’étudier les mutations stylistiques qui se font jour dans les « Nouveaux Nouveaux Romans » simoniens de la période 1969-1975 (La Bataille de Pharsale, Les Corps conducteurs, Triptyque, Leçon de choses). Ces ouvrages donnent à voir à plusieurs égards une rupture avec la production antérieure de Simon. En effet, ce dernier renonce spectaculairement à un certain nombre de procédés scripturaux, qui constituaient autant de « prédicats déterminatifs » associés à partir de La Route des Flandres (1960) au « style simonien » (déponctuation partielle et/ou intrication de plusieurs dispositifs typographiques mutuellement incompatibles, recours à une syntaxe « rhizomatique » articulée autour de clauses berrendonneriennes, alternance entre P1 et P3 rendant impossible toute unification du PDV narratif …). Encore observables dans les deux premières parties de La Bataille de Pharsale (1969), ces procédés disparaissent quasi-entièrement dans la troisième pour laisser la place à un style moins éloigné en apparence du français littéraire « standard » sur les plans énonciatif, typographique et syntaxique : les transgressions formelles, typiques de l’écriture néo-romanesque se manifesteront à partir de là (et dans les romans suivants) par des effets de « discohérence », qui engendrent des contradictions narratives insurmontables et font émerger des univers fictionnels irréductibles aux catégories kantiennes de la connaissance (unité, pluralité, substance …). Nous entendons éclairer les origines de cette transformation, qui a partie liée avec les postulats ontologiques sous-tendant la démarche scripturale de Claude Simon.

In: Changer de style
Author: Ilias Yocaris

Résumé

Nous nous proposons d’étudier les mutations stylistiques qui se font jour dans les « Nouveaux Nouveaux Romans » simoniens de la période 1969-1975 (La Bataille de Pharsale, Les Corps conducteurs, Triptyque, Leçon de choses). Ces ouvrages donnent à voir à plusieurs égards une rupture avec la production antérieure de Simon. En effet, ce dernier renonce spectaculairement à un certain nombre de procédés scripturaux, qui constituaient autant de « prédicats déterminatifs » associés à partir de La Route des Flandres (1960) au « style simonien » (déponctuation partielle et/ou intrication de plusieurs dispositifs typographiques mutuellement incompatibles, recours à une syntaxe « rhizomatique » articulée autour de clauses berrendonneriennes, alternance entre P1 et P3 rendant impossible toute unification du PDV narratif …). Encore observables dans les deux premières parties de La Bataille de Pharsale (1969), ces procédés disparaissent quasi-entièrement dans la troisième pour laisser la place à un style moins éloigné en apparence du français littéraire « standard » sur les plans énonciatif, typographique et syntaxique : les transgressions formelles, typiques de l’écriture néo-romanesque se manifesteront à partir de là (et dans les romans suivants) par des effets de « discohérence », qui engendrent des contradictions narratives insurmontables et font émerger des univers fictionnels irréductibles aux catégories kantiennes de la connaissance (unité, pluralité, substance …). Nous entendons éclairer les origines de cette transformation, qui a partie liée avec les postulats ontologiques sous-tendant la démarche scripturale de Claude Simon.

In: Changer de style