Search Results

Series:

Isabelle Denhez

Résumé

L’article présente une analyse texto-filmique de la scène du feu dans le jardin de Nathalie Granger, film de 1972 et livre de 1973, en préalable à un projet d’installation- performance. La première section traite du rapport texte-écran perçu comme débordement de la parole présente dans le texte publié en complète négation avec l’intensité du silence de la séquence filmique. La seconde partie propose une lecture péritextuelle visant à considérer le texte de 1973 comme une tentative de montage ultime qu’opérerait Duras, hybride réalisatrice-écrivaine imprimant sa voix à l’écran présent en filigrane par la projection réflexive. Une troisième partie montre qu’il s’agit là d’un discours indirect libre mis en œuvre pour allier puissance et précision par la voix destructo-créatrice de la « mémoire de l’oubli ».