Search Results

Restricted Access

Jitse Dijkstra

Restricted Access

Jitse Dijkstra

Restricted Access

Jitse Dijkstra

Abstract

L'humaniste et savant Joseph Scaliger (1540–1609) est bien connu pour ses œuvres d'astronomie et de chronologies anciennes. Elles contiennent, notamment, des développements consacrés à ces domaines pour ce qui concerne l'Égypte ancienne. Cet article traite de la perspective adoptée par Scaliger sur l'Égypte ancienne, Dans quelle mesure cette perspective fut-elle influencée par l'“Égyptomanie” qui caractérise cette époque? En se fondant sur les œuvres et la correspondance de Scaliger, il s'agit de montrer que, même si son intérêt pour l'Égypte devait beaucoup à ses études en matière de chronologie et d'astronomie, il ne s'est pas limité à ces sujets. De fait, certains passages dans des lettres écrites par lui ou adressées à lui montrent que ses intérêts allaient au-delà. En raison de son approche philologique et de son érudition, ce savant s'est trouvé porté à considérer l'Égypte au même titre que n'importe quel autre pays de l'Antiquité. Aussi s'est-il trouvé en mesure de développer plusieurs idées originales sur l'Égypte ancienne, qui étaient très en avance sur son temps.

Restricted Access

Jitse H.F. Dijkstra

As elsewhere the fate of the temples in late antique Egypt has often been perceived through the lens of the (Christian) literary works, which tell dramatic stories of the destruction of temples and their conversion into churches. When one looks at the other types of sources available from Egypt—inscriptions, papyri and archaeological remains—however, it becomes abundantly clear that the story of what happened to the temples was usually much less dramatic. This article argues that, in order to get a more reliable and complex picture of the fate of the temples, it is best to study them within a local or regional context and from a variety of sources, especially material remains since they can provide the most detailed picture of a whole range of methods of reuse, if the building was reused at all. A case study (of the First Cataract region, Southern Egypt) confirms that violence against temples and their reuse as churches were indeed exceptional and but two aspects in the complex process of the changing sacred landscape of Late Antiquity.