Search Results

Nuffelen, Peter. Van

Nuffelen, Peter. Van

Nuffelen, Peter. Van

Nuffelen, Peter. Van

Nuffelen, Peter. Van

No Access

Peter Van Nuffelen

In scholarship the term ‘paganism’ is often rejected on the grounds that it reflects Christian attempts to project a false unity onto the variety of ancient religions. Although this is true to a certain extent, this paper argues that philosophers of the imperial age already ascribed a fundamental unity to all religions, and that Christian apologists drew on these ideas to formulate their own concept of ‘paganism’. The creation of paganism should thus been seen as a dialectical process, not as a onesided projection.

No Access

Peter Van Nuffelen

Abstract

Pratiquement toute collection épistolaire ancienne contient de fausses lettres et le corpus de Julien l'Apostat (361-363) n'y fait pas exception. Deux catégories sont à distinguer. Les lettres inauthentiques sont des lettres originales d'un autre auteur qui ont été introduites plus tard dans la collection sous le nom de Julien. Les lettres de Julien à Jamblique furent, à cet égard, sans doute écrites par un inconnu dans les années 314-19. La lettre de Julien aux Argiens est de deux siècles plus ancienne qu'on ne le croyait en fonction de sa place dans le corpus de l'empereur. La deuxième catégorie comprend les faux purs et simples : un auteur postérieur a imité le style de Julien afin de faire passer un certain message comme étant de l'empereur. Nous étudierons deux cas de ce dernier. D'abord nous démontrerons que la fameuse lettre aux Juifs est fausse. L'authenticité en a été débattue depuis longtemps, sans qu'on ait vu qu'elle reflète la situation juridique d'après 429. Ensuite, alors que l'authenticité de la lettre au grand-prêtre Arsacius n'a jusqu'ici jamais été mise en question, nous croyons cependant être en mesure d'avancer suffisamment d'éléments pour au moins ouvrir le dossier. À notre avis elle trahit la main d'un chrétien de la première moitié du cinquième siècle.

No Access

Series:

Edited by Lieve Van Hoof and Peter Van Nuffelen