In: Therapie und Person
In: Cahiers de Linguistique Asie Orientale

Paroe qu'il est parlé par plus de 90 % de la population de Hong Kong qui compte 5 millions 300 000 personnes, le cantonais est le dialecte chinois le plus important après le mandarin. Nul doute que cette situation changera lorsque le statut politique de Hong Kong sera modifié en 1997.

Cet article retrace l'évolution historique et linguistique de Hong Kong et analyse les facteurs de développement du cantonais dans l'île avant de caractériser dans le détail la situation socio-linguistique de Hong Kong par un examen attentif des données statistiques dont on dispose sur la population de Hong Kong.

In: Cahiers de Linguistique Asie Orientale

L'EXPANSION DU SYLLABAIRE DU CANTONAIS DE HONGKONG

A partir de ses propres observations et de données recueillies dans la littérature, l'auteur dresse une liste des emprunts anglais en cantonais ayant pour résultat la création de syllabes qui jusque là n'existaient pas en cantonais. Trois types de nouvelles syllabes sont distingués: cellles creéés par recombinaison d'initiales et de finales déjà existantes; celles ayant une finale inédite; et celles violant en apparence la phonotactique cantonaise, comprenant deux consonnes labiales, ou ayant pour initiate un groupe muta + liquida. Les syllabes de ce dernier groupe sont en fait conformes à la phonotactique de vieux mots cantonais appartenant aux couches lexicales les moins littéraires: onomatopées etc. Ces syllabes, comme celles des deux premiers groupes forment des combinaisons segmentales autorisées par la phonotactique cantonaise, et dont l'inexistance était accidentelle.

In: Cahiers de Linguistique Asie Orientale

Dans une première partie, sont examinés les rapports du cantonais écrit avec les différents registres du cantonais parlé, en particulier sur le plan lexical, ainsi que l'impact du vocabulaire anglais.

La deuxième partie analyse des textes de cantonais écrit afin d'en identifier les conventions orthographiques et les tendances favorisant l'apparition d'un syllabaire exploitant les valeurs phonétiques tant des caractères chinois que des lettres latines.

La troisième partie décrit les contextes dans lesquels apparaît le cantonais écrit. Enfin la dernière partie étudie l'attitude de la communauté de Hong Kong vis-à-vis de l'avenir de la langue cantonaise après 1997.

In: Cahiers de Linguistique Asie Orientale
In: Cahiers de Linguistique Asie Orientale
In: Cahiers de Linguistique Asie Orientale