Search Results

You are looking at 1 - 10 of 242 items for

  • Author or Editor: Sjef Houppermans x
  • Search level: All x
Clear All
De La Mise en scène et Le Maintien de l'ordre jusqu'à Déconnection, Outback ou l'arrière-monde et au-delà, l'oeuvre aujourd'hui vaste et labyrinthique, de Claude Ollier est considérée comme une des plus richement novatrices des quarante dernières années. Fondée sur une poétique de l'éclatement de l'unité de la personne/du personnage, sur une esthétique du non-fixe, de l'illimité, de la question généralisée dans l'ubiquité de ses pertinences, sur une appréciation du rôle déterminant mais incompris du langage dans l'expérience de l'être, l'oeuvre d'Ollier s'élabore, consciente de ses tensions implicites mais planant magistralement sur elles, entre échec et jeu (d'échec/s), réel insaissable et saisie onirique, phantasmatique, imaginaire, entre le haut sérieux de tout ce qui est troué, futile, déroutant et ce qui, par le biais du champ transférentiel de l'écrit, permet ironiquement mais sûrement de tout replénifier. C'est ainsi, comme l'explique Sjef Houppermans dans cette très belle étude d'une oeuvre à la fois difficile et exemplaire, qu'un nouveau pacte entre livre et lecteur/lectrice, et auteur peut-être aussi, parvient à s'établir. Si le livre n'est pas le lieu idéal d'une vraie vie, la vraie mort, celle du désir, réussit à se différer indéfiniment dans ces beaux fuzzy sets que sont les créations admirables de Claude Ollier.
S'enracinant dans une théorie du nouveau roman à la fois explicite et ouverte, contestataire mais par là même plongée dans une autocritique indéfiniment déstabilisante et redynamisante, l'oeuvre d'Alain Robbe-Grillet ne cesse de se transformer, de se redéfinir dans un devenir ontologico-scriptural rigoureux et jubilant. Acte et lieu d'ambivalences et de plurivalences foisonnantes, site d'une circulation vertigineuse des signes et symboles du désir aux prises avec sa mortalité, cette oeuvre devient le lieu d'errance par excellence des fantasmes, rêves, pulsions, 'fictions' et fétiches obsessionnels qui peuplent la psyché, le(s) miroir(s) enchanté(s) d'une conscience auctoriale exemplairement autoréflexive. L'étude exceptionellement pénétrante, brillante même, de Sjef Houppermans, choisissant de privilégier les derniers textes d'une production littéraire étonnamment diversifiée, réussit à en révéler le caractère richement transgressif, transférentiel, transgénérique, le principe de dissémination, d'indécidabilité, de différance qui l'anime, qui en oriente et en fixe les traces tout en les libérant, les déconstruisant, les ouvrant à leur mouvance autobiographique.
De Madame de Lafayette à Régine Detambel et de Jean de La Fontaine à Jean Echenoz
Lectures du désir: à la recherche de la singularité spécifique des fictions telle que le désir la façonne.
Lectures du désir: une approche des textes qui part du désir qu'ils font naître.
Dans l'oscillation entre ces deux pôles veut se profiler une voie de lecture qui explique et qui enthousiasme, qui guide et qui fait errer.
Lectures du désir: un chiminement critique où la philosophie et la psychanalyse accompagnent l'exégèse littéraire.
Lectures du désir: Madame de Lafayette, Jean de La Fontaine, Vivant Denon, Jacques Cazotte, Isabelle de Charrière, Eugène Fromentin, Robert-Louis Stevenson, Raymond Roussel, Marcel Proust, René Char, Marguerite Yourcenar, Samuel Beckett, Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Renaud Camus, Jean Echenoz, Régine Detambel.

The presence of stones in Beckett's work is linked to the essential ambivalence concerning the hard fruits of Mother Earth. Stones throw a bridge between the parental instances under the sign of the Freudian notion of 'fort-da,' seen as the most elementary psychic movement. We propose to visit the tombstones in the text and to join the old woman wandering between the stones of her garden in . The uncanny characterizes the ambivalent impressions created by these concretions, stemming from within the body of the earth, signs of death, but also incessantly pursuing the phantasmal intimacy of the mother. Strange familiarity of these tombstones, where the body of the father has been buried.

In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui
In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui

The fall is omnipresent in Beckett's work: most directly and materially in the characters' repeated tumbles and decline, but also as a reiterated motif with philosophical and metaphysical implications, besides manifesting itself throughout in textual breaches and the rhythmic cadences of Beckett's language. In this article I explore Beckett's challenge to verticality in a number of his prose, poetry, and theatre pieces, with particular emphasis on

In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui
In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui

Starting from a view on the Freudian term of the 'Unheimlich' [the uncanny], we examine how this notion haunts the texts of Beckett focussing more in particular on "l'Expulse" and

In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui
In: Samuel Beckett Today / Aujourd'hui