Search Results

You are looking at 1 - 10 of 15 items for :

  • All: "presentism" x
  • Morphology & Syntax x
  • Primary Language: French x
Clear All

Series:

Edited by Pierre Goffic

Le « présent » , terme équivoque : temps vécu (étroit comme l'instant ou large comme l'actualité) et/ou paradigme linguistique (en français)... Pointer l'ambiguïté ne suffit pas à l'exorciser ! Et en quoi ou comment le second renvoie-t-il à la réalité du premier ? J.M. Fournier retrace les efforts des grammairiens du XVIIIème siècle: de la conception d'un présent linguistique lié à l'instant d'énonciation (chez Arnauld et Lancelot), à celle d'un présent marquant l'actualité étendue (chez Girard ou Harris), et à celle d'un présent indéfini et neutre, renvoyant par défaut à l'actualité, chez Beauzée. S. Mellet revendique l'héritage de Beauzée, en proposant une vision aspectuelle du présent construisant sa propre actualité par auto-repérage.
De même A. Jaubert, qui propose un présent éternellement perçu comme advenant et transportant avec lui son repère. Aux exemples littéraires de l'une et de l'autre répondent les extraits du Monde Diplomatique dans lesquels H. Chuquet relève la valeur à la fois aoristique et commentative des présents. P. Le Goffic et F. Lab tournent le présent vers l'avenir: le présent « pro futuro » de « Demain, je suis à Bruxelles » n'est temporel qu'à travers sa valeur modale de constat anticipé d'une réalité programmée. Enfin O. Soutet cherche, à la lumière des concepts guillaumiens, la place d'un présent subjonctif dans le système français. Impossible de lier ou de délier absolument présent linguistique et présent vécu ... Ce recueil se veut un jalon sur la route, encore longue sans doute, d'une élucidation de leurs rapports.

Temporalité et attitude

Structuration du discours et expression de la modalité

Series:

Edited by Arie L. Molendijk and Co Vet

Les articles réunis dans ce volume ont été présentés au Cinquième Colloque Chronos, qui s’est déroulé à l’Université de Groningen du 19 au 21 juin 2002. Ils ont été soumis à l’évaluation de collègues et les auteurs les ont remaniés en vue de la publication dans ce volume. Ils traitent de la structuration du discours, de l’expression de modalités différentes et de la temporalité / de l’aspect dans différentes langues. Ces matières ont été le sujet de bien des études récentes et moins récentes. L’intérêt de ce recueil par rapport à d’autres études réside, non seulement dans la nouveauté de certaines données linguistiques, mais aussi dans leur traitement, qui est parfois très original. Les langues étudiées sont le français, l'anglais, le polonais et le serbo-croate.

Temps et aspect

De la grammaire au lexique

Series:

Edited by Véronique Lagae, Anne Carlier and Céline Benninger

Temporalité et aspect peuvent être exprimés tant par la grammaire que par le lexique. De la comparaison entre langues, il ressort toutefois qu’il n’est pas possible d’établir une répartition, valable pour toutes les langues, des tâches dévolues respectivement à la grammaire et au lexique dans l’expression du temps et de l’aspect. Pour l’aspect en particulier, les différences entre les langues sont grandes. Ainsi certaines oppositions qui relèvent de l’aspect lexical en français se présentent comme grammaticalisées dans les langues slaves. Même à l’intérieur d’une même langue, on ne peut admettre l’existence d’une réelle frontière entre grammaire et lexique. En effet, certains marqueurs temporels ou aspectuels se trouvent dans la zone frontière entre ces deux domaines. Il en va ainsi des semi-auxiliaires d’aspect en français : leur origine étant lexicale, ils ont subi un processus de grammaticalisation qui n’a toutefois pas entièrement abouti. Par ailleurs, on observe des interférences voire des incompatibilités entre aspect grammatical et aspect lexical.
Le présent recueil, qui réunit des contributions à la troisième édition du colloque Chronos (Valenciennes, 29-30 octobre 1998), se propose d’ouvrir des pistes de réflexion en explorant quelques-uns des moyens propres à l’expression de la localisation temporelle et de l’aspect, des plus grammaticalisés aux plus nettement lexicaux, en particulier la construction verbale (A. Carlier, V. Lagae), l’auxiliaire be associé à V- ing (G. Girard, G. Mélis), les semi-auxiliaires (D. Battistelli et J.-P. Desclés), les préfixes (D. Amiot, A. Israeli, D. Paillard), les compléments temporels (L. José, H. de Penanros) et les noms (N. Flaux, K. Paykin).

Series:

Edited by Emmanuelle Labeau and Pierre Larrivée

Le tiroir de l'imparfait a subi une extension considérable de ses usages à travers l'histoire du français. Il est devenu prototypique dans des contextes comme la description où l'ancienne langue utilisait le passé simple. Ces emplois prototypiques ont donné lieu à un large ensemble d'usages stylistiques. : hypothèse, discours indirect libre, imparfait de politesse, forain, hypocoristique, ludique et narratif. La diversité des usages pose la question de l'unité sémantique de la forme, non seulement en synchronie mais aussi dans les cadres de son évolution diachronique et de son acquisition. Ce problème est appréhendé à travers les analyses de Damourette et Pichon et de Wilmet, par le guillaumisme, la sémantique logique et la pragmatique de la pertinence. Ces cadres permettent d'identifier les paramètres en jeu dans chaque emploi, et les modes de leur application à une problématique sémantique particulièrement délicate.
Le présent ouvrage saura donc intéresser autant les théoriciens du sens linguistique que les praticiens concernés par son organisation.

The uses of the French imperfect have undergone a vast extension throughout the history of the French language. It has become prototypical in contexts such as description where old French used simple past. The prototypical uses have resulted in a large number of stylistic uses: hypothesis, free indirect speech, and the so-called forain, hypocoristique, ludique and narratif. The wide range of uses raises the question of the semantic unity of that form in synchrony as well as in diachrony.
Here are gathered for the first time discussions of emergent uses of the imperfect, that are tackled through a variety of approaches (Damourette and Pichon’s, Wilmet’s or Guillaume’s systems, logic semantics or relevance theory).
This volume will be of interest for theoreticians interested in linguistic meaning and applied linguists concerned with its organization.

Series:

Edited by Andrée Borillo, Carl Vetters and Marcel Vuillaume

L'étude de la référence verbale constitue un domaine très vaste où se dégagent des problèmatiques diverses et complexes. Ce recueil, qui intéressera tous les linguistes qui s'occupent du verbe, réunit des travaux représentatifs de la diversité de la sémantique verbale. La place importante accordée à l'expression de la temporalité ne surprendra personne: le lecteur trouvera dans ce volume des études consacrées à la temporalité du verbe en général, à des temps verbaux particuliers (passé simple, imparfait), à la référence verbale en surbordonnée temporelle ou à l'interaction entre le temps du verbe et les compléments prépositionnels. Ce n'est pas seulement la valeur temporelle des temps verbaux qui est étudiée ici: certaines contributions s'occupent spécifiquement de leur morphologie et de leurs valeurs modales. La diversité des approches théoriques (la logique temporelle reichenbachienne, les repérages énonciatifs de Culioli, la pragmasémantique de Kleiber, la grammaire fonctionnelle de Dik, l'analyse temporelle de la fiction narrative de Vuillaume, etc.) permet de jeter des regards intéressants et parfois inattendus sur un domaine qui passionne actuellement beaucoup de linguistes. Si la problématique aspectuelle, que certains considèrent comme plus fondamentale pour la référence verbale que sa temporalité, n'est pas traitée ici, c'est parce que Cahiers Chronos y consacre son volume 2 intitulé Regards sur l'aspect.

Series:

Edited by Estelle Moline and Carl Vetters

Cet ouvrage propose de jeter un nouveau regard sur des questions qui sont au cœur des problématiques de linguistique française étudiés dans les Cahiers Chronos. Plusieurs auteurs étudient des questions de temps et d’aspect (Apothéloz & Nowakowska, Haas & Huyghe, Lauze, Lebas-Fraczak, Moline, Provôt ; Deslés & Vinzerich) ou des emplois modaux (Engel ; Forsgren & Sullet-Nylander, Lansari, Morency, Patard & Vermeulen). D’autres étudient la temporalité dans le discours (Bres, de Saussure), adoptent une perspective diachronique (De Mulder, Vetters) ou abordent la temporalité du point de vue de l’enseignement du FLE (Barbazan). La diversité des approches réunies dans ce volume fera avancer les débats et sera une source pour de nouvelles contributions.

Series:

Edited by Emmanuelle Labeau and Pierre Larrivée

Les formes du passé constituent un écueil pour l'apprentissage du français langue étrangère ; même les apprenants les plus avancés échouent à maîtriser leur emploi. Si le manque d'équivalence forme à forme entre les temps des langues constitue une difficulté évidente, la complexité sémantique et distributionnelle des tiroirs français ne doit pas être négligée. Grammairiens et linguistes se sont efforcés de fournir des descriptions des tiroirs du passé mais leur travail, comme celui des didacticiens, s'est révélé inégal.
Les contributions retenues dans ce volume invitent à la réflexion critique en ce qui concerne les descriptions existantes des temps et les approches de leur enseignement. Sont envisagées la structuration du système ainsi que la constitution des tiroirs du point de vue synchronique, évolutif et contrastif, à partir de corpus de différentes variétés de français. La question de l'enseignement de ces notions à des apprenants du français langue étrangère et maternelle est aussi considérée dans les divers contextes de l'acquisition. C'est dans l'esprit d'un dialogue de plus en plus nécessaire entre application et modélisation qu'est proposé cet ouvrage, qui retiendra l'intérêt tant des praticiens que des théoriciens.

Series:

Edited by Marcel Vuillaume

Le titre de ce numéro des Cahiers Chronos fait allusion à la notion d’ origo forgée par Karl Bühler et à sa thèse selon laquelle ici et maintenant définissent, respectivement pour l’espace et pour le temps, le point zéro de tout repérage déictique et sont donc, avec le pronom je, les embrayeurs (indexicaux) par excellence. Cette théorie, qui a connu un succès considérable auprès des linguistes, n’a pas eu que des effets positifs, car, en s’imposant comme une sorte de postulat, elle a bridé la réflexion sur les indexicaux et plus particulièrement sur ici et maintenant, sur leur statut et sur leur conditions d’emploi. Mais aujourd’hui, on prend heureusement conscience des lacunes que présente la recherche dans ce domaine, et l’ambition du présent volume est justement de participer à l'effort collectif entrepris pour les combler. Il s’adresse donc à tous les linguistes qui s’intéressent aux indexicaux et aux spécificités de leur fonctionnement.