Search Results

Poétique de la mobilité

Les lieux dans Histoire de ma vie de George Sand

Series:

Cam-Thi Doan Poisson

Pour Sand, dans Histoire de ma vie comme dans les Lettres d'un voyageur, voyage et autobiographie vont de pair, car c'est son roman familial qu'elle inscrit dans l'espace. Les lieux de l'enfance et de l'adolescence constituent autant de noeuds de signification dont cette étude s'efforce de dénouer progressivement les fils. Ainsi s'éclaire toute la configuration affective et intellectuelle de l'écrivain. Se dévoile également la richesse de l'imaginaire sandien, tant dans les chapitres consacrés aux expériences enfantines de dédoublement, par le miroir ou l'écho, que dans les analyses du caché, du secret et de l'enfermement. En liaison avec la thématique du dehors et du dedans, l'espace sandien privilégie la frontière et le passage - seuils ou gués -, avec la tentation récurrente de se perdre dans l'élément liquide et mouvant des marécages et des rivières. Sa vision du monde, transcendée par le travail de l'écriture, est du côté de l'ubiquité, de la non-séparation et de la réconciliation des contraires. Il est donc bien légitime de parler d'une véritable poétique de la mobilité.

Series:

Lia van de Biezenbos

Omniprésente dans son oeuvre mais loin d'être glorieuse, la maternité se trouve au centre de l'univers littéraire de Marguerite Duras. Le désir de retourner dans le sein maternel et l'impossibilité d'y parvenir se confondent dans le jeu de l'écriture pour composer le refrain sans fin qu'est ce désir d'osmose.
Dans cette étude, l'auteur se propose d'aller au-delà du lien entre l'omniprésence du personnage maternel et la réalité biographique de Duras en soulignant le caractère fictionnel de l'oeuvre. Des analyses textuelles rhétoriques et narratologiques lui permettent de souligner les représentations de la maternité et de la féminité dans les textes de Duras et dans la théorie psychanalytique freudienne. La confrontation de ces deux discours résulte en un dialogue entre Duras et Freud où les deux locuteurs fictifs sont respectés, mais soumis à une analyse critique. La question qui s'impose est de savoir si l'oeuvre de Duras contribue à confirmer la différence sexuelle définie dans le contexte social et ancrée dans la relation avec la mère, comme le prétend la psychanalyse freudienne, ou si elle contribue justement à la remise en question de cette différence sociale.
L'écriture de Duras manie les clichés culturels et les mythes qui entourent la mère et la maternité. Ceci se manifeste sous des aspects d'une grande variété. Cette thèse montre le jeu des variations sur les fantasmes soi-disant universels, variations qui se dessinent dans les répétitions apparentes qui prennent à chaque fois une forme nouvelle. L'originalité de Duras est de prendre les mythes et les fantasmes à la lettre, et ce procédé les rend parfois grotesques. La forme littéraire paradoxale donnée à ces fantasmes renverse le rapport entre le littéral et le figuré. Sans être moralisateurs, ils mettent ainsi en lumière le caractère fantasmatique de l'idéologie qui ancre la féminité dans la maternité.
Même maintenant, dix ans après le décès de Marguerite Duras, son œuvre inspire toujours de nombreux lecteurs. L'année du dixième anniversaire de sa mort célèbre cette oeuvre qui continue à nous fasciner. Le présent livre vous offre le plaisir d'une lecture enrichissante des fantasmes entourant le personnage de la mère. A travers une lecture qui adopte la littéralité et qui s'ajuste aux méandres du texte durassien, l'auteur de ce livre veut contribuer à mieux comprendre les conflits et les désirs, les fantasmes et les images, qui entourent le rôle féminin par excellence qu'est la maternité.