Vocabulaire et argumentation du discours coranique autoréférentiel
Dans Le Coran par lui-même, Anne-Sylvie Boisliveau livre une analyse passionnante de la manière dont le Coran est l’architecte de sa propre image. Loin d’être un texte sans relief, celui-ci utilise un vocabulaire, des procédés rhétoriques et une argumentation soigneusement choisis pour orienter l’image qu’auditeurs ou lecteurs se feront de lui.
Une analyse serrée du vocabulaire autoréférentiel montre que le Coran se décrit lui-même comme Ecriture « façon judéo-chrétienne » représentant un enjeu de communication. Mais surtout, par un triple discours – sur les actions divines, sur les Ecritures révélées antérieurement, telles la Bible, et sur la fonction prophétique –, le Coran se confère à lui-même le monopole de l’autorité issue de la révélation divine et pousse l’auditeur/lecteur à s’y soumettre.

In Le Coran par lui-même, Anne-Sylvie Boisliveau provides a ground-breaking analysis of the way the Qurʾān is the architect of its own image. Far from being a flat text, the Qurʾān uses carefully chosen vocabulary, rhetorical tools and argumentation to direct the image that listeners or readers will then have in mind. A close analysis of its self-referential vocabulary shows that the Qurʾān describes itself as a Scripture “in a Judeo-Christian style” which communicative function is stressed. By a triple discourse (on divine actions, on previous Scriptures such as the Bible and on prophethood), the Qurʾān grants itself the monopoly of divine authority through revelation and pushes the listener/reader into a decisive submission.

Winner of the I. R. Iran World Award for the Book of the Year 2014



Author: José Costa

Notre étude est une tentative de comparaison entre la littérature rabbinique ancienne et le Coran sur un sujet bien précis : la distinction entre le monde présent et le monde futur, qui existe dans les deux corpus, ʿolam ha-ze / ʿolam ha-ba (littérature rabbinique) et dunyā / āḫira (Coran

In: Arabica

Introduction L’idée que nous pouvons réorganiser le Coran, suivant l’ordre chronologique selon lequel le prophète Muḥammad l’aurait proclamé, est pratiquement un axiome des études coraniques. Cette idée repose sur les convictions que le Coran n’a qu’un seul auteur, qu’il n’a aucun rédacteur

In: Arabica

M. Maroth, le 2 oct. 2000. C’est une esquisse d’un livre auquel nous travaillons actuellement, Dominique Urvoy et moi-même. 2 Falsafat Ibn Ru Ò d , Beyrouth, 1979, p. 38. DE QUELQUES PROCÉDÉS DE PERSUASION DANS LE CORAN 1 par MARIE - THÉRÈSE URVOY Résumé L’existence de diverses recensions du Coran

In: Arabica

Islam”, 4), 2015, p. 57. Régis Blachère considers these verses to be a later insertion. See Régis Blachère, Le Coran , Paris, Maisonneuve, 1957, p. 250-251. He comments: “Ce développement [vv. 45-47] vient interrompre celui amorcé par le vt. 46 [44 in the Cairo edition] sur l’atterrissage de l

In: Arabica
The codex Parisino-petropolitanus is one of the earliest witnesses of the handwritten transmission of the Qurʾanic text which has survived to this day. The various fragments which were part of the original manuscript are scattered among various collections; once put together, they provide a unique picture of the state of the text during the 7th century (orthography and textual peculiarities) and of the circumstances in which the canonical version as we know it today took shape physically. The present study, first of its kind, paves the way for a more accurate understanding of the beginning of Islam, based on a significant document, and of the evolution of the Qurʾan during that period.

Le codex Parisino-petropolitanus est l'un des plus anciens témoins de la transmission manuscrite du texte du Coran qui aient été conservés. Ses différents fragments sont dispersés entre plusieurs collections; une fois mis ensemble, ils donnent un aperçu unique sur l'état du texte au 7e siècle (orthographe et particularités textuelles) et sur les conditions dans lesquelles s'est organisée matériellement la constitution de la version canonique telle que nous la connaissons. Cette étude, première de son genre, ouvre la voie à une compréhension plus fine, appuyée sur un document significatif, des premiers temps de l'islam et de l'évolution du Coran au cours de cette période.
Author: Solange Ory

DU CORAN RÉCITÉ AU CORAN CALLIGRAPHIÉ par SOLANGE ORY Professeur émérite, Université de Provence/I.R.E.M.A.M., Aix L e but de ces quelques pages n’est pas de proposer une avancée nouvelle dans la connaissance de l’histoire de la calligraphie cora- nique – sujet qui requiert de di Y ciles

In: Arabica
Author: Pierre Larcher

-Farrāʾ (. . .) wa-maʿīn al-māʾ al-ẓāhir al-ǧārī qāla wa-laka an taǧʿala l-maʿīn maf ʿūl min al-ʿuyūn wa-laka an taǧʿala faʿīl min al-māʿūn yakūnu aṣluhu l-maʿn ) 7 . Cette citation extraite des Maʿānī l-Qurʾān 8 vient d’abord rappeler que le mot maʿīn est coranique, apparaissant quatre fois dans le Coran

In: Arabica
Author: Rainer Brunner

QUESTION DE LA FALSIFICATION DU CORAN DANS L’EXÉGÈSE CHIITE DUODÉCIMAINE  RAINER BRUNNER Université de Fribourg-en-Brisgau à Etan Kohlberg Résumé Pendant plusieurs siècles la question de la falsi fi cation du Coran ( ta ˙ r ì f al-Qur "à n ) par les adversaires « sunnites » a été un sujet de polémique

In: Arabica

Confrontés à l’exigence de produire une lecture critique et historique du Coran, les musulmans orthodoxes mais également les penseurs réformistes préfèrent éluder la question. Ils expliquent qu’il y a déjà une branche de la tradition exégétique, qui peut les débarrasser de cette tâche incommode

In: Studia Islamica