Notes on Contributors

In: Marguerite Duras
Free access
Notes on Contributors
Joëlle Pagès-Pindon

est Professeur Agrégé de Chaire supérieure (Lettres classiques), Vice-présidente de L’Association Marguerite Duras et chercheur associé THALIM-Sorbonne Nouvelle (« Ecritures de la modernité », pôle Fiction/Non fiction). Auteur d’un essai sur Marguerite Duras. L’écriture illimitée (Ellipses, 2012), coéditrice scientifique des tomes 3 et 4 des Œuvres complètes de Marguerite Duras (Gilles Philippe dir., Bibliothèque de la Pléiade, 2014), elle a publié des entretiens inédits de Marguerite Duras, Le Livre dit. Entretiens de « Duras filme » (Gallimard, « Cahiers de la NRF », 2014). Elle a été commissaire de l’exposition photographique « Lieux de Marguerite Duras : de l’Indochine à la rue Saint-Benoît » (mars 2014, Paris, Médiathèque Marguerite Duras). Ses travaux (articles dans de nombreux ouvrages collectifs, conférences en France et à l’étranger) portent sur la genèse de l’imaginaire durassien, ce que l’écrivain nomme « le réel vécu comme un mythe » et sur le rôle de la voix dans sa dimension textuelle, scénique et filmique.

Mary Noonan

is Lecturer in French at University College Cork, where she teaches modern and contemporary French theatre and poetry, and contemporary French cinema. She has published widely in the field of contemporary French theatre, including articles and chapters on the theatres of Marguerite Duras, Nathalie Sarraute and Hélène Cixous, the history of French women playwrights of the twentieth century and the work of contemporary playwright Noëlle Renaude. She has also written on the poetry of Valérie Rouzeau. Her research monograph, Echo’s Voice: The Theatres of Sarraute, Duras, Cixous and Renaude, was published by Legenda, Oxford in 2014. She is co-convenor of the research cluster ‘Translation and Creative Practice’ within UCC’s School of Languages, and in 2015, she curated a series of readings and masterclasses by international poets and their translators. She is also a published poet. Her first collection, The Fado House, was published by Dedalus Press in 2012, and a second collection is forthcoming in 2018.

Laurent Camerini

est ancien directeur de l’Alliance Française de Natal (Brésil) et professeur agrégé d’espagnol en région parisienne. Il est membre associé THALIM, rattaché au Centre de Recherches en Études Féminines et de Genres et Littératures Francophones de L’Université Sorbonne-Nouvelle-Paris III. Il s’intéresse aux rapports entre identité(s), différences sexuelles et genre(s). Il a soutenu fin 2012 un doctorat en Littérature Française sous la direction de Mireille Calle-Gruber à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle. Son étude sur la judéité dans l’œuvre de Marguerite Duras est publiée aux Classiques Garnier. Il a également participé à l’élaboration de l’ouvrage Les Écrits de Marguerite Duras, Bibliographie des œuvres et de la critique 1940-2006, de Robert Harvey, Bernard Alazet et Hélène Vollat (IMEC, 2009), et collabore au projet de Dictionnaire Duras. Il a publié plusieurs articles sur Marguerite Duras. Il est secrétaire adjoint de la Société Internationale Marguerite Duras. Il travaille actuellement à un projet d’ouvrage sur l’œuvre de Maryline Desbiolles.

Neil Malloy

est professeur certifié de Lettres modernes. Il a étudié à l’université d’Oxford et à l’université Paris III-La Sorbonne nouvelle, où il a préparé un Master consacré à l’œuvre de Marguerite Duras. Il a participé au colloque Marguerite Duras : Passages, croisements, rencontres à Cerisy-la-Salle (actes à paraître chez Garnier) et a contribué à plusieurs notices du Dictionnaire Duras (à paraître chez Champion).

Julien Botella

est né en 1978. Agrégé de lettres modernes, il prépare un doctorat d’études théâtrales sous la direction d’Arnaud Rykner. Son travail de recherches interroge l’émergence du régime visuel du diaphane au XIXe siècle (danse de Loïe Fuller, scénographie de Appia notamment, auxquels il a consacré plusieurs articles scientifiques) et sa migration dans les dramaturgies de Lars Norén, Jon Fosse et Arne Lygre. Il mène également une activité de dramaturge et de conseiller artistique.

Marie-Madeleine Mervant-Roux

est directeur de recherche émérite au CNRS, membre de THALIM, équipe ARIAS. Après avoir mené des recherches sur le spectateur, le théâtre des amateurs et de grandes créations professionnelles (dont celle de Claude Régy), elle a coordonné avec Jean-Marc Larrue (Université de Montréal) un programme international sur la dimension sonore du théâtre : voir Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècle). Histoire intermédiale d’un lieu d’écoute moderne, Paris, CNRS éditions, 2016. Elle a co-dirigé l’ouvrage Soundspaces. Espaces, expériences et politiques du sonore (Rennes, PUR, coll. « Géographie sociale », 2014), avec G. Faburel, C. Guiu, H. Torgue et P. Woloszyn et le dossier Art et bruit (Ligéia. Dossiers sur l’art, no 141-144, Paris, juillet-décembre 2015) avec Giusy Pisano. Elle est responsable du projet ANR ECHO (ARIAS/THALIM,

BnF, LIMSI, avec l’UvA et le CRIalt) : « L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes. Mouvements du phonique dans l’image scénique (1950-2000) ».

Sabine Quiriconi

est dramaturge, membre du laboratoire HAR (Histoire des arts et des représentations) et maîtresse de conférence à l’Université Paris Nanterre où elle dirige, avec Christophe Triau, le master “Théâtre : mise en scène et dramaturgie”. Ses travaux portent sur la scène contemporaine. Elle a consacré sa thèse et de nombreux articles (L’Herne, Etudes théâtrales, Minard, PUR, Voies de la création théâtrale …) à l’étude du théâtre de Marguerite Duras et des mises en scène, notamment de Claude Régy et Robert Wilson, que ses textes ont inspirées. Elle a collaboré au dictionnaire Marguerite Duras (sous la direction de Bernard Alazet et Christiane Blot-Labarrère, éditions Champion). Elle a travaillé à la dramaturgie de plusieurs spectacles d’Eric Vigner dont La Bête dans la jungle et Savannah Bay, créé à la Comédie Française en 2002. Elle écrit régulièrement pour la revue Théâtre/Public.

Aurélie Coulon

est docteure en Arts du spectacle, chargée de cours en Études théâtrales à l’Université Grenoble Alpes et professeur de Lettres modernes dans le second degré. Sa thèse, soutenue en 2016 et dirigée par Luc Boucris (Université Grenoble Alpes), s’intitule « Mises en jeu du hors-scène dans le théâtre de Marguerite Duras, Bernard-Marie Koltès et Jean-Luc Lagarce : approche dramaturgique et scénographique ». Elle a publié plusieurs articles dans des revues à comité de lecture et des ouvrages collectifs, et est également membre de l’équipe de rédaction de la revue numérique Agôn. Ses recherches actuelles explorent les formes contemporaines du hors-scène et les articulations de la dramaturgie et de la scénographie.

Lib Taylor

is Professor Emerita of Theatre and Performance in the Department of Film, Theatre & Television at the University of Reading. She has published widely on the body in performance, women’s theatre and contemporary British theatre and performance, including articles in Theatre Research International, Performance Research, Studies in Theatre and Performance and Contemporary Theatre Review. She is the co-editor of and contributor to the book The Indeterminate Body. She has also written on the boundaries of the perceptions of performance within extraordinary and unexpected events. She is a theatre director and devisor of research performances, including multimedia devised performances and stagings of Marguerite Duras’s Eden Cinema and Savannah Bay and the theatre writings of Gertrude Stein. She was co-investigator on the UK AHRC funded project, Acting with Facts: Performing the Real On Stage and Screen 1990-2010, and has published on verbatim and documentary theatre, including articles on the work of Alecky Blythe and on the politics of verbatim theatre.

Quentin Rioual

ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Lyon (2010-2014), est doctorant en Études théâtrales à l’université Paris-Nanterre sous la direction de Jean-Louis Besson. Ses recherches portent sur les phénomènes de transnationalisation et de convergence des arts au tournant des XIXe et XXe siècles, en particulier dans le cadre de sa thèse sur les décorations scéniques des mises en scène des pièces de Maeterlinck entre 1891 et 1918.

Ses travaux de recherche rejoignent ses créations autour des thématiques suivantes : écritures non dramatiques, tragédies du quotidien, picturalité de la scène.

Après avoir adapté et mis en scène Dix heures et demie du soir en été de Marguerite Duras (2010) ainsi que Matin et Soir de Jon Fosse (2013), il crée actuellement la pièce Dans une sorte de désert – tragédie de l’étonnement d’après les Souvenirs de Georgette Leblanc (2016-2019).

Vincenzo Mazza

est enseignant contractuel au département de théâtre de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3. Docteur ès Etudes théâtrales des Universités de Paris Ouest-Nanterre et Roma Tre, et membre de l’EA 4414/Histoire des Arts et des Représentations de l’Université de Paris Ouest-Nanterre, ses recherches portent sur les rapports entre dramaturges et metteurs en scène dans la première moitié du xxe siècle en France. Il a publié en 2017 Albert Camus et L’État de siège. Genèse d’un spectacle, chez Classiques Garnier. Il a organisé en février 2016, sous l’égide de la Société des études camusiennes, dont il occupe une place dans le conseil d’administration, le colloque Le Théâtre d’Albert Camus et le Siècle d’or au Collège d’Espagne de la Cité Universitaire à Paris. Avec le soutien de la Fondation Catherine Gide, il a organisé en décembre 2017, le colloque André Gide et le théâtre. Un parcours à re-tracer.

Isabelle Denhez

enseigne les études cinématographiques et la sémiotique à la faculté de journalisme, média et communication du Griffith College (Irlande) depuis 2015.

En 2011, elle a soutenu sous la direction du Dr. Mary Noonan un mémoire de Master sur le cinéma de Marguerite Duras à U.C.C. (Université de Cork). Après avoir réalisé son premier film à Londres, Isabelle Denhez l’a mis en scène pour le théâtre et pour l’écran en Irlande du Nord et du Sud. S’appuyant sur le bunraku japonais, elle explore avec l’actrice irlandaise Máirín Prendergast une mise-en-scène de la pièce Savannah Bay de Marguerite Duras. isabelle.denhez@ griffith.ie

Marie-Pierre Cattino

Après des études en psychologie à la faculté d’Aix-en-Provence, Marie-Pierre Cattino se consacre à l’écriture théâtrale à l’École du spectateur de théâtre de la Cité universitaire, puis se forme avec Michel Azama à l’école Jacques Lecoq en 2002-2003. Plusieurs de ses textes ont été lus et joués, en partenariat avec le Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, les Gémeaux à Sceaux, la Grande Galerie de l’Évolution. En 2006, elle obtient une bourse de l’association Beaumarchais et, en 2007, une autre du Centre national du livre, pour son texte Les Flèches perdues qui a été joué à Paris et en Normandie en 2009. Ses pièces sont traduites en allemand, en albanais, en arabe littéraire, en croate, en italien et en ukrainien, et sont jouées ou mises en espace dans ces différentes langues.

Publications récentes :

Ce quelque chose que je suis suivi de To be or not, éditions Koinè, décembre 2015. La vallée aux pommes, éditions Koinè, avril 2014, préface de Marc Dugowson. Les flèches perdues, éditions Koïnè, préface de Mohamed Madani octobre 2012.

Helga Finter

professeur émérite d’Esthétique et d’Histoire du théâtre à l’université Justus-Liebig de Gießen (Allemagne), dont elle a dirigé l’Institut für Angewandte Theaterwissenschaften de 1992-2002, est l’auteur d’ouvrages sur la poésie futuriste italienne et sur les utopies théâtrales de Mallarmé, Jarry, Roussel et Artaud. Elle a dirigé des ouvrages sur Georges Bataille, sur le rapport entre le théâtre et les autres arts, sur l’image après le 11 septembre [Das Reale und die (neuen) Bilder (Peter Lang, 2008)] et sur « représentation et résurrection »[Medien der Auferstehung, Peter Lang, (2012)]. Ses travaux sur la voix et la vocalité au théâtre font internationalement référence. Pionnière dans le champ, elle a publié en plusieurs langues un très grand nombre d’articles et d’études. Les ouvrages récemment parus : Le Corps de l’audible. Écrits français sur la voix, 1979-2012 (Peter Lang, 2014) et Die soufflierte Stimme : Text, Theater, Medien (Peter Lang, 2014) présentent l’ensemble d’un parcours où s’articulent esthétique théâtrale, histoire des techniques et psychanalyse dont ses études sur le théâtre de Marguerite Duras nourries de dramaturgies pour le Theater am Turm de Francfort/Main.

Marguerite Duras

Un théâtre de voix / A Theatre of Voices

Series:

Metrics

All Time Past Year Past 30 Days
Abstract Views 0 0 0
Full Text Views 59 31 0
PDF Downloads 0 0 0